Sommaire

Une trop grande consommation de caféine

Une trop grande consommation de caféine© FotoliaPourquoi ? "La molécule présente pricipalement dans le café, (mais aussi dans les boissons energisantes ou le thé) provoque en elle-même un effet sur la digestion en diminuant le tonus du sphincter inférieur de l'oesophage et stimulant la production acide gastrique", explique le Dr Veyrie.
Quels effets ? Remontées acides dans le fond de la gorge.

Manger trop de charcuterie

Manger trop de charcuterie© Fotolia"Tout est une question de qualité et de quantité" souligne avec insistance le Dr. Nicolas Veyrie, chirurgien viscéral et digestif. "Pris en quantité raisonnable et sélectionnés avec soin, les aliments dont nous allons parler n’impactent pas toujours la qualité de la digestion".

Les graisses
Pourquoi ? Les lipides (charcuteries, viandes rouges, plats en sauce, fromage, beurre…) devraient composer 20% de notre alimentation, mais il n'est pas rare que cela soit plus élevé. Le temps de digestion est donc particulièrement important à cause du temps de solubilisation des graisses. Il se fait essentiellement grâce aux acides biliaires contenus dans la bile et secrétés par le foie au niveau du duodénum juste après l’estomac. Du coup, l’estomac secrète plus d’acidité, le foie plus de bile et les lipides dans le côlon font un appel d’eau" explique le Dr Veyrie.
Quels effets ? Aigreur d’estomac, éructations, selles grasses voire diarrhéiques.

Les aliments qui fermentent
C’est le cas de la plupart des végétaux comme le chou.
Pourquoi ? Lorsque ces végétaux arrivent au niveau du côlon, les bactéries les dégradent et emettent des gaz en grande quantité (méthane, sulfure d'hydrogène).
Quels effets ? Douleurs abdominales, flatulences excessives, ballonnements.

Les aliments qui "brûlent" l’estomac
Pourquoi ? Epices et piments, agissent directement sur la sécrétion de l'acidité gastrique.
Quels effets ? Ils provoquent pour certains, inconfort digestif, brûlures d’estomac voir reflux gastriques acides.

Manger vite et ne pas mâcher assez

Manger vite et ne pas mâcher assez© FotoliaPourquoi ? "Manger vite c’est manger en plus grande quantité", insiste le Dr Veyrie. Lors d’un repas, le cerveau met environ 20 minute à transmettre la sensation de satiété. "Pour le même temps, la personne va donc manger 2, 3 à 4 fois plus. C'est ce qu'on appelle la tachyphagie", commente le chirurgien. De plus, un estomac rempli et distendu secrète plus d'acide gastrique. Les mécanismes antireflux peuvent donc être dépassés. Bien mastiquer les aliments permet de réduire le travail ultérieur de l'estomac.
Quels effets ? Inconfort gastrique, acidité gastrique avec reflux acides alimentaires.

Fumer après un repas

Fumer après un repas© FotoliaPourquoi ? La fumée du tabac, chargée en toxines, passe directement dans l’estomac et agresse les cellules fabriquant le mucus qui protège de l’acidité gastrique. De plus, "le tabac s’additionne souvent à d’autres habitudes nocives pour la digestion comme l’alcool, les aliments gras ou le café" précise le Dr Veyrie.
Quels effets ? A terme le tabac peut mener à une gastrite ou un ulcère à l’estomac et évidemment demeure un facteur de risque de cancer gastrique.

S'allonger pour faire un sieste après le repas

S'allonger pour faire un sieste après le repas© FotoliaPourquoi ? "Pendant la digestion, l’afflux de sang dans le système digestif se répercute sur l’afflux dans le système cérébral : nous entrons dans une phase d’assoupissement censée optimiser le travail de notre estomac", explique le Dr Veyrie. "Cependant la sieste entraine spontanément la position allongée, cause mécanique de reflux gastriques au début de la digestion. Il est donc préférable d’adopter une position semi-assise", conclut-il.
Quels effets ? Remontées acides.

Surcharger son estomac

Surcharger son estomac© FotoliaPourquoi ? "L’estomac étant surchargé, le temps de la digestion est plus lent et plus compliqué. L’acide gastrique qui aide à bien digérer peut irriter la muqueuse de l’estomac et remonter dans l’œsophage (remontées acides)", explique le chirurgien digestif.
Quels effets ?Reflux gastriques, aigreurs d’estomac, éructations.

Boire trop de boissons gazeuses

Boire trop de boissons gazeuses© FotoliaPourquoi ? Les boissons gazeuses peuvent devenir unproblème dans le cas d'une consommation excessive. Le gaz carbonique présent dans ces boissons distend l’estomac, se dégage sous forme d’éructations et l’acide carbonique qu'il émet s’ajoute à l’acidité gastrique. La grande quantité de sucre également présente dans ces boissons stimule, elle aussi la production d'acide gastrique.
Quels effets ? Acidité gastrique, reflux gastriques, ballonnements, éructations.

Boire trop d'alcool

Boire trop d'alcool© FotoliaPourquoi ? "L’alcool diminue la tonicité du sphincter inférieur de l’œsophage qui ferme le passage entre l’estomac et l’œsophage", explique le Dr Veyrie. En grande quantité, il entraine donc des remontées acides. "De plus, il a tendance, en nous désinhibant, à nous faire manger plus gras, favoriser les comportements addictifs comme la cigarette, voire nous donne envie de nous allonger/dormir, ce qui accentue les risques de reflux ou même de vomissement", précise le chirurgien.
Quels effets ? Remontées acides, vomissements.

Stresser "pour un rien"

Stresser "pour un rien"© FotoliaPourquoi ? "Tout comme le stress peut nous faire bégayer, faire battre rapidemment notre coeur, occasionner des rougeurs, des sueurs… Il peut avoir un impact sur notre système digestif", indique le Dr Veyrie, chirurgien digestif. Le stress modifie et influence notre système nerveux autonome. Il inhibe notre système parasympathique censé aider la digestion et favorise notre système nerveux sympathique qui ralentit l’activité digestive, très énergivore, pour privilégier des fonctions qui lui permettrons de faire face. Le stress a donc potentiellement une réelle incidence sur la digestion.
Quels effets ? Hypersécrétion acide, contractions gastriques, douleurs digestives, crampes d’estomac…
A noter : le stress coupe généralement l’appétit.

Prendre trop d'anti-inflammatoires

Prendre trop d'anti-inflammatoires© FotoliaPourquoi ? Les anti-inflammatoires non stéroïdiens, dont beaucoup sont "cachés" comme dans l’Ibuprofène® ou le Nurofen® ont un effet direct en passant dans le sang et agissent sur les mécanismes cellulaires de production du mucus gastro-protecteur. Cela diminue la protection contre l'acidité. "Le problème est que beaucoup de personnes utilisent ces médicaments comme des antalgiques pour soigner les céphalées, migraines ou les douleurs de règles sans savoir qu'ils contiennnet ces AINS", souligne le Dr Veyrie.
Quels effets ? Ulcères gastro-duodénaux, gastrites.

Remerciements au Dr Nicolas Veyrie, chirurgien viscéral et digestif, pour sa collaboration à cet article.

mots-clés : Ibuprofène
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.