Maladie de Lyme : les regions ou les tiques sont les plus dangereuses

50 133 : c’est le nombre de cas de borréliose de Lyme rapportés par le Réseau Sentinelles en France métropolitaine, sur l’année 2019. Cette zoonose se déclare généralement suite à une piqûre de tique infectée par la bactérie Borrelia burgdorferi sensu lato.

Le programme de recherche participative CiTIQUE a pour objectif de prévenir les risques de maladies infectieuses liées aux tiques, en établissant une cartographie du risque de piqûre dans l’Hexagone. Dans ce diaporama, nous vous dévoilons le pourcentage de tiques porteuses d’un agent pathogène, région par région, à partir des données de cette étude.

29 % des tiques françaises, porteuses d’une maladie

Le programme CiTIQUE, coordonné par INRAE, s’inscrit dans le cadre du premier plan national de lutte contre la maladie de Lyme et les maladies transmissibles par les tiques, lancé en 2016. Pour ce faire, il s’appuie sur l’application “Signalement TIQUE”, téléchargeable gratuitement depuis le mois de juillet 2017 et créée en partenariat avec le Ministère des Solidarités et de la Santé. En l’espace de quatre ans, elle a été téléchargée plus de 70 000 fois.

Depuis son lancement, plus de 56 000 signalements de piqûres de tiques sur l’ensemble du territoire (humains et animaux confondus) ont été efféctués. Plus de 35 000 tiques ont également été transmises aux chercheurs et archivées dans la seule « tiquothèque » française de tiques piqueuses. Par la suite, 2 500 d’entre elles ont été analysées.

Grâce aux tiques collectées depuis 2017, les scientifiques ont découvert que 15 % des tiques qui piquent les êtres humains étaient porteuses de la bactérie Borrelia burgdorferi sensu lato, à l'origine de la maladie de Lyme, et que 14 % étaient porteuses d’un autre agent pathogène potentiellement dangereux pour la santé humaine et animale.

Les tiques ne se cachent pas qu'en forêt !

Plus récemment, un nouveau volet du programme vient d’être lancé, afin de se pencher plus spécifiquement sur les piqûres de tiques survenues dans des jardins privés, en plein essor. Et pour cause, elles représentaient 47 % des piqûres signalées lors du confinement strict du printemps 2020, contre seulement 28 % entre 2017 et 2019.

“Alors que les principaux lieux de présence de tiques identifiés par le grand public sont les forêts, les zones boisées et humides, et les herbes hautes des prairies, le risque de piqûre dans les jardins publics et privés nécessite désormais des recherches spécifiques pour améliorer la compréhension de ce phénomène et rendre visible ce risque auprès des pouvoirs publics, des citoyens et des professionnels de santé”, indique le communiqué de presse de l’INRAE.

TiQUoJARDIN analyse le risque dans vos jardins

Dans ce but, les chercheurs ont donc lancé un nouveau projet baptisé TiQUoJARDIN, en partenariat avec l’Anses. Un kit de prélèvement a été transmis à 200 foyers volontaires de l’agglomération de Nancy. “Le projet est lancé localement dans un premier temps pour nous permettre de tester le protocole et d’optimiser notre organisation avant d’envisager un changement d’échelle”, précise Pascale Frey-Klett, coordinatrice du programme CiTIQUE.

Vous l’aurez compris, le risque de piqûre de tique ne se limitent pas aux promenades en forêt ou dans les hautes herbes… Ces petites bêtes peuvent aussi être présentes dans vos jardins. Découvrez le pourcentage de risque qu’elles soient porteuses d’un agent pathogène, en fonction de la région où vous habitez, dans notre diaporama.

Vous aussi participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Cartographier le risque de piqûre de tique en France : derniers résultats du programme CiTIQUE et nouveau volet sur le risque de proximité, INRAE, 27 avril 2021 : https://www.inrae.fr/actualites/cartographier-risque-piqure-tique-france-derniers-resultats-du-programme-citique-nouveau-volet-risque-proximite

Réseau Sentinelles, Maladie de Lyme : https://www.sentiweb.fr/france/fr/?page=table&maladie=18

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.