Correction de la myopie : comprendre votre ordonnance de lunettes

La myopie est un défaut visuel qui touche près d’un tiers de la population française. Pour mieux voir en cas de myopie, une correction s’impose.

Publicité

© Istock

Myopie : définition

La myopie est un défaut visuel, qui se traduit par une vision floue de loin et une vision rapprochée (ou vision de près) tout à fait correcte. Les spécialistes parlent d’un « œil géométriquement trop long ». Lorsqu’un objet éloigné est regardé avec un œil myope, l’image perçue est floue car elle est projetée devant la rétine, alors qu’en l’absence de défaut visuel, l’image serait projetée sur la rétine. La longueur d’un œil myope est en effet supérieure à celle d’un œil standard.

Publicité
Publicité

Peut-on prévenir la myopie ?

La myopie se déclare durant l’enfance ou, au maximum, jusqu’à 25 ans. Elle peut être d'origine génétique. Mais il semble que certaines conditions environnementales favorisent ce défaut, par exemple un déficit en lumière naturelle. Passer chaque jour suffisamment de temps à l’extérieur augmente la production, dans la rétine, de dopamine. Ce neurotransmetteur limite les risques de croissance excessive de l’œil, responsable de la myopie.

Myopie : le degré de correction

Les verres correcteurs sont la solution optique la plus couramment prescrite pour améliorer le quotidien des personnes myopes. Pour bénéficier de lunettes correctrices parfaitement adaptées à sa vue, il est indispensable de consulter un ophtalmologiste. L’ordonnance destinée à corriger la myopie se présente de la façon suivante :

- OD pour œil droit et OG pour œil gauche ;
- le degré de myopie, indiqué par un chiffre précédé du signe moins (-). Il oscille entre 0,25 (fréquent) à 20 (rare). Plus cette donnée est élevée, plus la myopie est importante.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X