Sommaire

Le déchaussement dentaire, qu’est-ce que c’est ?

Le déchaussement dentaire, qu’est-ce que c’est ?

Le déchaussement dentaire appartient aux maladies de la gencive. "Le premier stade des maladies gingivales est la gingivite : la gencive est rouge, gonflée et saigne pendant le brossage", nous décrit le docteur Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD).
Quelle est l’origine de la gingivite ? "La présence de plaque dentaire, un enduit mou qui se colle sur les dents et qui contient des débris alimentaires, de la salive et des bactéries. Ces dernières produisent des toxines responsables de l’inflammation gingivale", nous répond le spécialiste.
Conséquence : "Si la gingivite n’est pas prise en charge, elle évoluera vers une parodontite caractérisée par la présence de poches parodontales", avertit le docteur Lequart. Situées dans l’espace entre la racine et la gencive, ces poches constituent des réservoirs d’accumulation de plaque dentaire. Le tissu de soutien dentaire est alors atteint, et les dents risquent à terme de se déchausser.

Vidéo. 5 conseils contre le déchaussement dentaire

Erreur 1 : négliger des gencives qui saignent

Erreur 1 : négliger des gencives qui saignentPourquoi ? "Un saignement des gencives n’est jamais normal, il faut impérativement consulter son dentiste, car tout le monde peut souffrir de parodontite", met en garde le docteur Lequart.
Les autres signes qui poussent à consulter : "Ce qui pousse souvent les patients souffrant de parodontite à consulter est une impression de dent plus longue. Et ce n’est pas qu’une impression car, suite à la destruction du tissu de soutien, une partie de la racine est découverte", témoigne le chirurgien-dentiste. Une mobilité ou un déplacement des dents attestant d’une dégradation du tissu de soutien sont également des causes de consultation pour parodontite.

Erreur 2 : ne pas se brosser suffisamment les dents

Erreur 2 : ne pas se brosser suffisamment les dentsLes dentistes préconisent un brossage de deux minutes deux fois par jour, matin et soir. En cas de parodontite, les recommandations passent à trois brossages par jour.
Pourquoi ? "Avec un bon brossage, la gingivite est réversible. La gencive enflammée peut dégonfler, arrêter de saigner et retrouver une couleur rosée et un aspect en peau d’orange", confie le docteur Lequart. "La phase de brossage des dents est essentielle pour parer à la récidive de maladie parodontale", ajoute-t-il.

Erreur 3 : avoir une brosse à dents rigide

Erreur 3 : avoir une brosse à dents rigidePourquoi ? "Les poils des brosses à dents souples nettoient mieux les espaces inter dentaires", assure le docteur Lequart.
Comment faire ? "Réalisez les brossages avec du dentifrice fluoré et une brosse souple, en exécutant des mouvements du rose vers le blanc pour que les poils de la brosse à dents aillent jusque dans les espaces entre les dents, ce qui ne sera pas possible avec une brosse trop rigide", décrit le chirurgien-dentiste.
Electrique ou manuelle ? "S’il est tout à fait possible de réaliser un brossage efficace avec une brosse à dents manuelle, la brosse à dents électrique présente l’intérêt d’éliminer plus de plaque dentaire pour une même durée de brossage. De plus, elle est généralement dotée d’un minuteur qui assure un brossage de deux minutes quand en moyenne, un brossage manuel ne dure qu’entre 47 à 53 secondes", déplore le spécialiste.

Erreur 4 : faire l’impasse sur le fil dentaire

Erreur 4 : faire l’impasse sur le fil dentairePourquoi ? "La brosse à dents ne peut pas atteindre tous les espaces inter-dentaires. Le nettoyage de ces espaces est donc un complément indispensable", révèle le docteur Lequart.
Comment faire ? "Choisissez d’utiliser un fil dentaire si vos espaces inter-dentaires sont étroits. S’ils sont plus larges, optez pour des brossettes inter-dentaires", propose le chirurgien-dentiste. Avec ces brossettes, qui ressemblent à des petits goupillons, réalisez des mouvements de va-et-vient entre chaque dent.
Bon à savoir : On peut aussi utiliser un bain de bouche en complément du brossage et des brossettes, à condition de bien le choisir : "le bain de bouche à visée thérapeutique prescrit après un traitement chez le dentiste doit faire l’objet d’un usage limité dans le temps car il est très antiseptique et risque donc de déstabiliser la flore buccale. Optez pour un bain de bouche à usage quotidien (aussi appelé solution dentaire) pour diminuer l’installation de plaque dentaire", préconise le spécialiste.

Erreur 5 : ne pas aller au moins 1 fois par an chez le dentiste

Erreur 5 : ne pas aller au moins 1 fois par an chez le dentisteVous rechignez à prendre rendez-vous chez votre dentiste ? Mauvaise idée !
Pourquoi ? "Il faut consulter son dentiste au moins une fois par an pour réaliser un détartrage. Ce soin élimine la plaque dentaire lorsqu’elle a évolué en tartre, et limite donc le risque de maladie parodontale", souffle le docteur Lequart.
En cas de parodontite : "En plus du détartrage classique qui enlève le tartre au-dessus de la gencive, le dentiste réalisera un surfaçage qui nettoie sous la gencive et désinfecte les poches parodontales", révèle le spécialiste. "Après ce traitement, il faudra s’astreindre aux visites dites de maintenance : une visite un mois après, puis la deuxième visite trois mois plus tard, la troisième encore trois mois plus tard avant de respecter une fréquence d’une visite tous les six mois", détaille le chirurgien-dentiste.
Attention : "Une fois le détartrage et le surfaçage réalisé, la parodontite est stabilisée. Il faut alors éviter la récidive, sans quoi les dents vont, à terme, tomber spontanément. Pour cela, la participation du patient est primordiale grâce à un brossage et à un entretien rigoureux des espaces inter-dentaires au quotidien", met en garde le docteur Lequart.

Erreur 6 : ne pas soigner son bruxisme

Erreur 6 : ne pas soigner son bruxismeLe bruxisme est le fait de grincer des dents. Il survient habituellement la nuit.
Pourquoi c’est une erreur ? "Le bruxisme augmente la sollicitation des ligaments et des tissus de soutien des dents. Il risque donc d’accentuer leur dégradation", prévient le docteur Lequart.
Comment faire ? Le port d’une gouttière anti bruxisme à réaliser sur mesure chez son dentiste permet d’abaisser ce risque.

Erreur 7 : être fumeur

Erreur 7 : être fumeurPourquoi ? "La fumée de cigarette agresse la gencive de manière physique à cause de la chaleur et chimique à cause de ses composants", dévoile le docteur Lequart.
Problème : "Le saignement des gencives n’est pas forcément présent pour alerter le fumeur qu’il souffre de maladie gingivale. En effet, la chaleur de la fumée de cigarette rétrécit le diamètre des vaisseaux gingivaux, et les saignements sont donc plus rares que chez les non-fumeurs", rapporte le chirurgien-dentiste.
Attention : "L’alcool accentue l’agression chimique de la gencive. Le risque de déchaussement dentaire est donc particulièrement accru chez les personnes alcoolo-tabagiques", met enfin en garde le spécialiste.

Merci au docteur Christophe Lequart, chirurgien-dentiste et porte-parole de l’Union Française pour la Santé Bucco-Dentaire (UFSBD).

> Un expert santé à votre écoute !

Vidéo : 5 conseils contre le déchaussement dentaire

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.