7 maladies qui peuvent vous paralyser

Publié le 13 Mars 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Difficultés à marcher, raideurs dans les muscles ou impossibilité totale de parler... Les maladies qui provoquent des handicaps moteurs ne sont pas si rares. AVC, Myopathie de Duchenne, maladie de Charcot, sclérose en plaques... Zoom sur ces pathologies qui peuvent vous paralyser. 
Publicité

La maladie de Charcot : des difficultés à marcher et respirer

© Adobe StockSLA (sclérose latérale amyotrophique), maladie de Charcot. Cette pathologie porte plusieurs noms. Rendue célèbre grâce au Ice Bucket Challenge en 2015, défi pour lequel les célébrités se nominaient à tour de rôle dans des vidéos où elles se renversaient des seaux d'eau froide sur la tête, elle existe pourtant depuis plus longtemps que ça.

Publicité

C'est quoi ? On compte environ 1 000 nouveaux cas en France chaque année. Dans sa forme spinale, cette maladie entraine une dégénérescence du motoneurone central, situé dans la partie latérale de la moëlle épinière, ainsi que les motoneurones de la face et du pharynx. Responsables des muscles volontaires qui permettent de marcher, parler et respirer, leur atteinte entraîne des difficultés de motricité des membres supérieurs et inférieurs progressive.

Publicité

Les signes de la maladie : une gêne au niveau de la marche, faiblesse dans les jambes et les pieds, un enraidissement du corps qui s'accentue, des difficultés à tenir les choses en mains, à articuler, une fatigue générale et une fonte musculaire.

AVC : Première cause de handicap moteur

L'AVC est loin d'être un accident cardiovasculaire anodin, c'est la première cause de handicap moteur acquis par l'adulte selon l'Institut du Cerveau et la Moëlle épinière. On compte 140 000 à 150 000 AVC par an, soit un toutes les quatre minutes, selon la Fédération Française de Cardiologie. La paralysie, entre autres, fait partie des signes d'alerte, mais aussi des séquelles dont souffrent les patients.

C'est quoi ? Une attaque cérébrale provoquée par une artère bouchée ou rompue dans le cerveau qui prive le cerveau d’oxygène et entraîne la mort des cellules nerveuses cérébrales. Si le patient n’est pas pris en charge rapidement le risque de séquelles augmente et parmi eux : un risque de paralysie partielle ou complète d’un ou plusieurs membres, mais aussi des troubles de la mémoire ou de l’équilibre et une réduction de la sensibilité des membres.

Les signes de la maladie : paralysie soudaine d’un bras, d’une jambe ou d’une partie du visage, problèmes pour parler ou trouver ses mots, difficultés pour voir.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X