Comment reconnaitre un arrêt cardiaque ?

L’arrêt cardiaque correspond à l’interruption de l’activité cardiaque, c’est-à-dire de la fonction de pompe que doit assumer le cœur, provoquant ainsi l’arrêt de la circulation sanguine et l’apport en oxygène aux organes nécessaires à la vie.

Lors de l’arrêt cardiaque, le sujet ressent une brève sensation de malaise et perd rapidement connaissance. Il n’a alors plus aucune réaction aux stimulations. On ne perçoit plus de pouls à aucun endroit (poignet, fémoral, carotidien). Le teint est pâle et les battements du cœur ne se font plus sentir. Les mouvements respiratoires s’interrompent également.

À ce stade, la réanimation immédiate par massage cardiaque, bouche-à-bouche ou choc électrique externe si un défibrillateur est à portée de main est le seul moyen de ramener le sujet à la vie. De plus en plus de collectivités et de communes sont équipées de défibrillateurs, très simples d’utilisation. L’appel des secours doit être immédiat en composant le 15 ou le 18.

Plus le temps écoulé entre l’arrêt cardiaque et la réanimation est long, plus le risque de décès est important ou les séquelles lourdes, en raison du manque prolongé d’oxygène au niveau du cerveau.

Quel est le lien entre infarctus et arrêt cardiaque ?

L’infarctus correspond à l’obstruction d’une ou plusieurs artères irrigant le cœur. Il provoque des douleurs thoraciques à type d’oppression, des difficultés respiratoires et une sensation de malaise. La perte de connaissance n’est pas systématique.

L’infarctus du myocarde n’est, heureusement, pas toujours suivi d’un arrêt cardiaque. Si une seule ou deux artères seulement sont bouchées, les autres artères compensent et permettent de conserver une activité cardiaque suffisante jusqu’à la prise en charge.

En revanche, si l’obstruction des artères est générale, cela provoque un infarctus massif et l’activité cardiaque est interrompue. L’infarctus provoque alors un arrêt cardiaque et sa prise en charge est une urgence vitale, car le décès peut malheureusement bien souvent survenir, dans ce cas.

Quelles sont les principales causes de l’arrêt cardiaque ?

L’arrêt cardiaque peut être provoqué par de multiples causes. Elles peuvent être d’origine cardiaque comme l’infarctus massif, les troubles du rythme sévères ou l’insuffisance cardiaque terminale, compliquée d’œdème pulmonaire aigu.

L’arrêt cardiaque peut aussi avoir une cause hémorragique, après un accident ou une rupture d’anévrisme par exemple, provoquant une hémorragie massive, externe ou interne. Il peut également être dû à des causes thrombotiques, comme l’embolie pulmonaire. Le choc anaphylactique, consécutif à une allergie, peut aussi être à l’origine d’un arrêt cardiaque.

> Un expert santé à votre écoute !

Vidéo : Infarctus : top 3 des réflexes à oublier

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.