Infarctus ou arrêt cardiaque ?

Publié le 26 Novembre 2018 par Dr Anne-Christine Della Valle, médecin généraliste
L’infarctus, en fonction de son étendue, peut provoquer un arrêt cardiaque. En revanche, l’arrêt cardiaque n’est pas forcément la conséquence d’un infarctus. Savoir les différencier est indispensable pour adapter la prise en charge, qui est une urgence vitale.
Publicité

Comment reconnaitre un arrêt cardiaque ?

© IstockL’arrêt cardiaque correspond à l’interruption de l’activité cardiaque, c’est-à-dire de la fonction de pompe que doit assumer le cœur, provoquant ainsi l’arrêt de la circulation sanguine et l’apport en oxygène aux organes nécessaires à la vie.

Publicité
Publicité

Lors de l’arrêt cardiaque, le sujet ressent une brève sensation de malaise et perd rapidement connaissance. Il n’a alors plus aucune réaction aux stimulations. On ne perçoit plus de pouls à aucun endroit (poignet, fémoral, carotidien). Le teint est pâle et les battements du cœur ne se font plus sentir. Les mouvements respiratoires s’interrompent également.

A ce stade, la réanimation immédiate par massage cardiaque, bouche à bouche ou choc électrique externe si un défibrillateur est à portée de main est le seul moyen de ramener le sujet à la vie. De plus en plus de collectivités et de communes sont équipées de défibrillateurs, très simples d’utilisation. L’appel des secours doit être immédiat en composant le 15 ou le 18. Plus le temps écoulé entre l’arrêt cardiaque et la réanimation est long, plus le risque de décès est important ou les séquelles lourdes, en raison du manque prolongé d’oxygène au niveau du cerveau.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X