Les douleurs thoraciques sont très souvent associées à l'infarctus du myocarde. Or une étude américaine de 2016 publiée dans la revue JAMA Internal Medicine montre que seulement 6% des patients arrivés aux urgences pour des douleurs thoraciques, en font effectivement un.

En effet, les douleurs à la poitrine ne sont pas toujours le signe d'une crise cardiaque. Trois éléments peuvent vous aider à savoir si les souffrances ressenties sont une autre pathologie que la maladie cardiovasculaire la plus meurtrière dans le monde.

Si la douleur thoracique s’atténue avec le sport

Lors d’une crise cardiaque, les douleurs thoraciques surviennent souvent après une période d’effort physique intense. Ainsi, si la douleur s’atténue avec l’effort physique, il est probable qu’il ne s’agisse pas d’un problème cardiaque.

En effet, les experts de la clinique de Cleveland, interrogés par le magazine américain Best Life, expliquent que lorsqu’une douleur ressentie au niveau de la poitrine diminue pendant une séance de sport, il est fort probable que cela soit dû à un reflux gastrique. Ce dernier est provoqué par un sphincter inférieur de l’œsophage trop détendu, qui a pour conséquences de faire remonter l’acide de l’estomac dans l'œsophage durant l’exercice.

Si la douleur est vive et localisée

Les spécialistes assurent également que si une douleur est intense et localisée à un endroit, provoquant une sensation de coup de couteau, c’est probablement autre chose qu’une crise cardiaque.

Cela est encore plus vrai si la douleur survient lorsque vous respirez profondément, toussez ou changez de position. Dans ce cas, il y a des risques que cela soit un problème d’ordre pulmonaire, d’autant plus si la douleur est concentrée du côté droit de la poitrine, et loin du cœur. Un des principaux cas d’affections pulmonaires pouvant provoquer ces douleurs, est la pleurésie. Il s’agit d’une inflammation de la plèvre pulmonaire pouvant affecter la respiration.

Si la souffrance est de très courte durée

Quelle que soit l'intensité de votre douleur thoracique, si elle dure brièvement, le diagnostic de crise cardiaque s’éloigne. Ces courtes souffrances vont plutôt être associées à une inflammation du cartilage costal, la fibromyalgie ou même le zona. Elles peuvent aussi être liées à des blessures comme des côtes contusionnées ou un muscle tiré dans la paroi thoracique.

À l’inverse, la Mayo Clinic, établissement médical américain, rappelle - de son côté - que si la douleur persiste plusieurs heures sans être suivie d'autres symptômes, la cause n’est probablement pas une crise cardiaque. Toutefois, les médecins rappellent qu’il est important de consulter si la douleur thoracique persiste plus de 5 minutes.

Pour mémoire, 12 000 personnes en moyenne décèdent d’une crise cardiaque en France, dont une personne sur 10 dans l’heure qui suit la crise. Il est donc capital de réagir le plus rapidement possible et contacter les urgences en cas d’apparition des différents symptômes : douleur thoracique, essoufflement, nausées, malaise, fatigue.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://bestlifeonline.com/chest-pain-not-heart-attack-news/

https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/infarctus-myocarde/definition-survenue-facteurs-favorisants

https://www.inserm.fr/dossier/infarctus-myocarde/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.