Comment voir un infarctus sur un ECG ?

Le diagnostic d’infarctus est évoqué devant des symptômes spécifiques, en particulier la douleur thoracique oppressante et irradiant dans le bras gauche. Le diagnostic de certitude peut être très simplement fait grâce à la réalisation d’un ECG.

Publicité

© Adobe Stock

Qu’est-ce qu’un ECG et comment se déroule-t-il ?

L’ECG signifie électrocardiogramme. Il s’agit d’un examen simple et non invasif, de première intention, permettant d’enregistrer l’activité électrique du cœur. Il se déroule très rapidement, ne nécessite aucune préparation et est indolore. Le sujet est installé en position allongée et des électrodes autocollantes lui sont posées au niveau des poignets et des chevilles. Six autres électrodes sont placées en regard du cœur, pour permettre d’enregistrer l’activité de chaque partie du coeur. L’enregistrement est fait en quelques secondes et un tracé permet d’identifier si certaines zones du coeur dysfonctionnent, ou si des troubles du rythme sont présents.

Publicité
Publicité

Pourquoi faire un ECG pour diagnostiquer un infarctus ?

L’électrocardiogramme est nécessaire et suffisant pour le diagnostic d’infarctus du myocarde. En effet, lorsque certaines parties du muscle cardiaque sont nécrosées en raison de l’obstruction des artères qui l’irriguent, son activité électrique est modifiée et cela apparait sur le tracé de l’électrocardiogramme. Cet examen permet également de dater l’infarctus. Cet examen simple et rapide permet, en cas de douleur thoracique, d’établir le diagnostic de nécrose myocardique et de réaliser une prise en charge rapide. L’électrocardiogramme permet de voir si l’infarctus est étendu et/ou profond. Il peut être réalisé en cabinet médical, par le SAMU ou les pompiers, ou à l’hôpital. L’électrocardiogramme est également intéressant après le traitement car il permet de suivre l’efficacité de la reperfusion de l’artère obstruée.

Quels sont les signes de l’infarctus sur un ECG ?

Le tracé de l’ECG est divisé en segments, correspondant aux dérivations. Un battement cardiaque apparait sous la forme d’un tracé dont les segments sont symbolisés par les lettres PQRST. Une partie de l’ECG (ou dérivations) permet de visualiser l’activité électrique de la partie inférieure du cœur, une autre zone celle des parties latérales, des parties antérieurs ou supérieures, ce qui permet en cas d’anomalie, de situer la zone nécrosée et se faire une idée de l’artère obstruée. Un sus-décalage du segment ST dans certaines dérivations est un signe d’infarctus récent dans la zone du cœur correspondante. La présence d’une onde Q est également un signe très évocateur. On l’appelle "onde Q de nécrose". Elle signifie la présence d’un infarctus ancien. Un sus-décalage du segment ST dans plusieurs dérivations doit provoquer un traitement de reperfusion en urgence. En raison de son caractère vital, le diagnostic de l’infarctus sur l’électrocardiogramme doit être connu de tout personnel médical et constitue l’un des premiers éléments de connaissance apportés aux étudiants en médecine.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X