Épidémies : la gastro-entérite frappe toute la France et la bronchiolite perd du terrain

Si l'épidémie de bronchiolite perd du terrain, celle de la gastro-entérite continue, elle, de progresser. Aucun département n’est épargné.

Gastro-entérite : la France en alerte rouge !

Le norovirus de la gastro continue de s'étendre ! Cette semaine (du 6 janvier au 12 janvier), les médecins généralistes et pédiatres du réseau Sentinelles ont sonné l'alerte, et force est de constater que la France "voit rouge".

Bien que le seuil épidémique ne soit pas encore atteint, la semaine dernière, un ratio de 398 patients pour 100 000 habitants a consulté pour des symptômes de vomissements et/ou diarrhées, accompagnés de nausées, de douleurs abdominales et de fièvre. Avec des pics dans certaines régions : 677 pour 100 000 dans les Pays de la Loire, 568 dans les Hauts-de-France et 489 en Nouvelle-Aquitaine.

Diarrhée aiguë : situation observée pour la semaine du 06/01/2020 au 12/01/2020 :

Diarrhée aiguë : situation observée pour la semaine du 06/01/2020 au 12/01/2020 :

Réseau Sentinelles.

Concernant les cas rapportés : l’âge moyen des malades était de 30 ans (de 3 mois à 95 ans). Les hommes représentaient 47 % des cas.

"L'incidence observée la semaine dernière continue d'augmenter, mais de façon plus modérée. Ce niveau d'activité est toujours élevé au regard des données observées pour la même semaine au cours des 10 dernières saisons. Comparé aux données disponibles depuis 1991, ce niveau d'incidence a néanmoins été régulièrement observé en médecine générale durant les épidémies hivernales", notent les responsables de Sentinelles dans leur dernier bulletin épidémiologique.

Bronchiolite : la fin de l'épidémie est proche

Selon Santé Publique France, on assiste à une nette diminution des indicateurs épidémiologiques de bronchiolite dans toutes les régions de France.

En Ile-de-France, les spécialistes se veulent même très positifs : c'est la fin de l'épidémie dans cette région française.

Parmi les 2 315 enfants de moins de 2 ans vus aux urgences pour bronchiolite,
979 (42 %) ont été hospitalisés et 2 111 (91 %) étaient âgés de moins de 1 an.

Parmi les 979 enfants hospitalisés, 915 (94 %) étaient âgés de moins de 1 an.

Par rapport à la semaine dernière, les chiffres sont en baisse. On compte - 45 % de passages aux urgences, - 37 % d'hospitalisations et - 49 % d'actes médicaux pratiqués par SOS médecins.

Gastro-entérite : l'épidémie s'intensifie depuis le début de l'année

Après les vacances de Noël, l'ensemble du territoire était globalement touché par la gastro-entérite.

Le Réseau Sentinelles avait recensé 326 cas de diarrhée aiguë pour 100 000 habitants pour la première semaine de l'année 2020.

Les régions les plus touchées par cette épidémie étaient la Nouvelle-Aquitaine (426 cas pour 100 000 habitants), le Grand Est (426 cas) et le Pays de la Loire (415 cas). La Normandie et l'Ile-de-France étaient un peu moins impactées, avec respectivement 111 et 189 cas pour 100 000 habitants.

Diarrhée aiguë : situation observée pour la semaine du 30/12/2020 au 05/01/2020 :

Diarrhée aiguë : situation observée pour la semaine du 30/12/2020 au 05/01/2020 :

© Réseau Sentinelles

L'épidémie de gastro-entérite a démarré dès la semaine de Noël

L'épidémie a commencé dès le mois de décembre dans certaines régions de France métropolitaine, avant de s'étendre. Les cas de gastro-entérite ont ainsi fortement progressé au cours de la semaine de Noël (du 23 au 29 décembre).

Le taux d’incidence des cas de diarrhée aiguë a été estimé à 289 consultations pour 100.000 habitants cette semaine-là, selon les estimations du réseau Sentinelles, contre 177 la semaine précédente.

Au niveau régional, les taux d’incidences les plus élevés ont été observés en : Grand Est (656), Occitanie (411) et Nouvelle-Aquitaine (402).

Les régions les moins touchées sont les Hauts-de-France (99 cas), l’île-de-France (128 cas), et la Bourgogne-Franche-Comté (128 cas).

Les cas de bronchiolites augmentent également

La gastro-entérite n’a toutefois pas été la seule maladie à faire des ravages.

La bronchiolite, maladie respiratoire fréquente qui touche les bébés de moins de 2 ans, a entraîné un peu plus de 5.000 passages aux urgences au cours de la semaine du 23 décembre, soit 10 % de plus que la semaine précédente, selon le bulletin hebdomadaire de l’agence sanitaire Santé publique France.

Cette épidémie est en cours dans toutes les régions métropolitaines depuis la semaine du 9 décembre.

Environ un tiers (35 %) des enfants vus aux urgences ont été hospitalisés, en très grande majorité (93 %) des bébés de moins d’un an. La bronchiolite a, en outre, entraîné 797 passages de SOS Médecins (15 % de plus que la semaine d’avant).

Quels réflexes adopter pour éviter la gastro-entérite pendant l'épidémie ?

Lors de l’épidémie de gastro-entérite, il convient de rester prudent si une personne de l’entourage est atteinte. Les mesures d’hygiène doivent être strictes. Le contact avec la personne atteinte doit être évité, au maximum. Le lavage des mains est la mesure fondamentale pour éviter la contamination. Il doit avoir lieu avant et après avoir touché des aliments. De même, il doit être effectué avant et après être allé aux toilettes.

Sachant que la majorité des microbes passent par le contact avec les mains, le lavage des mains doit se faire à l’eau et au savon ou en utilisant des solutions hydro-alcooliques. La durée de la friction des mains doit d’être d’au moins 15 secondes pour être efficace.

Le nettoyage minutieux des surfaces tient aussi une place importante dans la lutte contre la contagion. Les mesures préventives de renforcement immunitaire par vitamine C ou homéopathie ont une certaine efficacité pour lutter contre les infections virales hivernales, dont la gastro-entérite. Il n’existe pas de vaccination contre la gastro-entérite.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.