Infertilité : comment savoir si on est infertile ?

L’infertilité est un problème tabou mais grandissant dans nos sociétés modernes. D’après les données de l’Enquête nationale périnatale (ENP) et de l’Observatoire épidémiologique de la fertilité en France (Obseff), 15 à 25% des couples sont concernés par l'infertilité au bout d'an de rapports sexuels réguliers. L'infertilité désigne en pratique une absence de grossesse, malgré des rapports sexuels réguliers (2 à 3 par semaine) non protégés pendant au moins 12 mois. Ainsi, après un an de tentatives, il est donc conseillé de consulter et s’orienter vers un médecin spécialiste des troubles de la reproduction. 

Infertilité : quelles sont les causes chez l’homme et la femme ?

Dans ce dossier, vous trouverez l’ensemble des informations sur les symptômes de l’infertilité, mais également ses causes, chez l’homme comme la femme. Polypes de l’endomètre, endométriose, obstruction des trompes… Les causes féminines entraînant des problèmes de fertilité sont multiples et vous pourrez les découvrir en détail pour trouver le traitement de procréation médicalement assisté qui vous convient le mieux. Chaque problème a sa solution et nos journalistes vous détaillent à l’aide d’experts à déterminer quelles personnes doivent avoir recours à la stimulation ovarienne, au don de sperme ou d’ovocyte, à l’insémination artificielle ou à la FIV. 

Saviez-vous que votre alimentation était directement liée à vos chances de concevoir un enfant ? Il se trouve en effet que notre hygiène de vie moderne a réellement affecté notre fertilité. Ce n’est pas un hasard si aujourd’hui 1 couple 6 a des problèmes pour concevoir. Avec une nutritionniste, Medisite vous donne également les clés pour adopter un régime alimentaire qui booste la fertilité. Les tentatives pour concevoir peuvent être ponctuées d'échecs et le chemin peut être long et difficile à gérer psychologiquement pour les couples ou personnes seules qui l’affrontent. Découvrez dans ce dossier les conseils d’un psychologue pour vous permettre de vivre le plus sereinement possible cette période difficile.

PMA : comment se deroule une FIV ?

PMA : comment se déroule une FIV ?

La fécondation in vitro (FIV) permet de recréer, en laboratoire, le phénomène naturel de fécondation c’est à dire de la rencontre entre les gamètes (spermatozoïdes de l’homme...

8 aliments qui boostent la fertilite

8 aliments qui boostent la fertilité

Saviez-vous que votre alimentation était directement liée à vos chances de concevoir un enfant ? Il se trouve en effet que notre hygiène de vie moderne a réellement affecté notre...

Bilan de fertilité : comment se déroule-t-il ?

Avant d’avoir recours à toute technique d’assistance médicale à la procréation (AMP), il est nécessaire de réaliser un bilan complet de fertilité. "Après une consultation qui comprend un interrogatoire des deux membres du couple, suivi d'un examen gynécologique habituel de la patiente, on réalise les bilans complémentaires", explique à Medisite le Docteur Sophie Werlen Giraudet, gynécologue-obstétricienne spécialisée dans la PMA. Du côté féminin, on réalise une prise de sang pour s’assurer que tout va bien au niveau hormonal." Par ailleurs, la spécialiste précise qu'il est également nécessaire de faire une radio des trompes (hystérosalpingographie) pour vérifier la cavité utérine et la perméabilité tubaire

"Du côté masculin on demande un spermogramme". Pour rappel, cet examen a pour but de quantifier les spermatozoïdes normaux et anormaux, étudier leur mouvement et leur morphologie, ainsi que doser différentes substances que le sperme doit normalement contenir. Cet examen est réalisé en clinique avec un recueil par masturbation. À noter que le spermogramme doit tout d'abord se faire après une période d'abstinence sexuelle de trois à cinq jours (définie par l'OMS). L’homme ne doit réaliser aucune éjaculation afin d'éviter un moindre volume de sperme et une moindre densité de spermatozoïdes en vue de l’examen. 

Spermogramme : comment le réaliser ?

Pour rappel, ppour parvenir à une grossesse, il est nécessaire d’avoir un certain nombre de spermatozoïdes sur le prélèvement. "Parfois, il arrive d'être en dessous de la norme, ce qui explique la difficulté d’obtenir une grossesse spontanée", précise la gynécologue-obstétricienne spécialisée dans la PMA. Selon elle, il faut avoir "au moins un million de spermatozoïdes au TMS (test de migration survie)." En effet, ce test vise à déterminer la quantité de spermatozoïdes théoriquement utilisables. On parle alors d'oligospermie. S'ils sont insuffisants, la spécialiste conseille d’avoir recours à la fécondation in vitro.

"Dans la majorité des cas, on procède à des inséminations lorsqu’il n'existe pas d’explication à cette infertilité." On parle alors d’infertilité inexpliquée ou d'idiopathique. "Dans environ 30% des cas, il n’y a pas d’explications à l’infertilité", précise Sophie Werlen Giraudet. 

"Dossiers Dossiers Grossesse" : pour aller plus loin