L’enfance d’Anny Duperey a été marquée par le décès accidentel de ses deux parents alors qu’elle n’avait que 9 ans. Une épreuve d’autant plus difficile qu’elle a ensuite été séparée de sa petite sœur Patricia alors âgée de 5 mois. Ces drames l’ont conduite à envisager le pire.

Anny Duperey : “à 13 ans, j'ai fait une espèce de simili tentative de suicide”

L’interprète de l’inoubliable Catherine Beaumont dans la série télévisée "Une famille formidable” est revenue sur cet épisode douloureux de sa vie dans l’émission d’Évelyne Thomas sur Non Stop People. "Ma petite sœur n'avait que cinq mois quand, un dimanche matin, j'ai retrouvé mes deux parents morts dans la salle de bain, asphyxiés par le monoxyde de carbone", a-t-elle confié.

Les deux enfants ont été séparées. L’actrice a été élevée par sa grand-mère paternelle et sa tante, tandis que sa petite sœur a été prise en charge par leurs grands-parents maternels.

L’artiste de 73 ans a expliqué. "Il y a eu d'abord une sorte de déni du deuil, un petit peu dépressive, jusqu'à l'âge de 13 ans”. Face à son mal-être, elle a voulu se supprimer “À 13 ans, j'ai fait une espèce de simili tentative de suicide en me foutant sous une bagnole qui n'a pas voulue de moi", se souvient-elle.

Celle qui avait déjà pu mettre des mots sur ce drame dans son autobiographie intitulée "Le Voile Noir" a ensuite raconté : "je sais, parce que j'ai lu des livres de psychologues que souvent, les enfants qui ont vécu un traumatisme comme ça, qui ont cette culpabilité de 'eux, ils sont partis, pourquoi pas moi' vérifient d'une certaine manière qu'ils ont le droit d'être sur Terre. Une fois qu'ils vérifient que, là-haut, on ne veut pas d'eux, ils se disent 'bon ben tant pis, je reste en bas'. Et là, généralement, on ne peut pas vous arrêter".


Méfiante envers le vaccin anti-covid

Anny Duperey, qui fait partie des victimes de la nouvelle formule du Levothyrox, se montre méfiante envers le vaccin contre la covid-19. La comédienne qui sera bientôt sur France 2 avec la série “La Faute à Voltaire” a confié dans l’émission qu’elle ne comptait pas se faire vacciner "pour le moment".

"Je pense qu'il est urgent d'attendre devant un produit complètement expérimental, qui n'a jamais été utilisé jusqu'à présent, qu'on appelle faussement un vaccin puisque ça fait plutôt partie d'une thérapie génique, dont on ne sait absolument pas les effets à long terme", explique-t-elle.

Elle n’est pas la seule française à faire preuve de défiance envers les nouveaux produits. Pourtant, l’ANSM qui surveille le déroulement de la campagne de vaccination, assure qu’“à ce jour, il n’y a pas de signal confirmé de sécurité avec les vaccins contre la COVID-19".

Information patient : votre expérience intéresse Medisite !

Répondez à notre questionnaire en 2 minutes :

Sources

Émission de Non Stop People du 8 février 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.