Sommaire

Bien souvent, une maladie de peau

Dans près de 90 % des cas, les démangeaisons proviennent d’une maladie de peau. Les lésions dermatologiques comme l’eczéma (dermatite atopique), lepsoriasis, l’urticaire, le lichen…, dès lors qu’il y a une inflammation, s’accompagne d’un prurit.
Sans oublier : les démangeaisons peuvent aussi provenir de piqûres d’insectes, de la présence d’un parasite (gale…), d’une sécheresse cutanée, d’une réaction au soleil.

Que faire : "Un important prurit a un retentissement majeur sur la qualité de vie. Cela peut conduire au suicide. Il faut le prendre en charge en trouvant la cause et en donnant un traitement pour soulager les démangeaisons. Aujourd’hui, les immunologistes mettent au point des molécules qui agiront spécifiquement sur la molécule du prurit (anti IL31)", explique le Dr Perrussel.

D’autres causes comme une intoxication médicamenteuse

Le risque de développer un accident cutané lié à la prise d’un médicament (toxidermie) quel qu’elle soit est imprévisible. L’allergie à un médicament peut entraîner de fortes démangeaisons.
Pourquoi : "C’est une réaction de rejet du corps face à une molécule. Cela peut être entraînée par tous les médicaments, de l’aspirine jusqu’aux nouvelles molécules lancées sur le marché", explique le Dr Perrussel.

Que faire : consultez rapidement votre médecin traitant et dermatologue.

Des maladies plus graves comme le diabète

Dans moins de 10 % des prurits, une maladie générale est en cause.
C’est le cas du diabète : le prurit est provoqué par une neuropathie diabétique, une des plus fréquentes complications chroniques du diabète. Elle se produit lorsque les niveaux élevés de glucose dans le sang endommagent les fibres nerveuses, et en particulier, celles des pieds et des mains, entraînant des sensations de brûlures, de picotements et de fortes démangeaisons.
Ces dernières assez fréquentes peuvent parfois attirer l’attention sur un diabète jusque là ignoré.

Que faire : consultez votre médecin traitant et votre dermatologue.

Un possible dysfonctionnement du foie

Plusieurs pathologies hépato-biliaires, dont les hépatites, s’accompagnent d’un prurit intense.
Pourquoi : "les démangeaisons sont principalement dues à l’accumulation et à une rétention de la bile sous la peau, produite par le foie et la vésicule biliaire", explique le Dr Perrussel.
En effet : en temps normal, la bile se déverse dans le tube digestif mais quand il existe une maladie hépatique qui crée un dysfonctionnement, la bile se répand dans le sang. Cela joue un rôle dans l’excitation des terminaisons nerveuses qui se trouvent sous la peau.

Que faire : consultez votre médecin traitant et votre dermatologue.

Une maladie rénale

Le prurit dit urémique survient chez environ 15 % des patients souffrant d’insuffisance rénale chronique et chez plus de 50 % des patients en hémodialyse.
Pourquoi : "en cas d’insuffisance rénale, les reins fonctionnent de plus en plus difficilement. Le sang n’étant plus suffisamment filtrés, des déchets organiques s’accumulent dans le sang entraînant des démangeaisons. Cela arrive bien souvent quand la maladie est déjà bien installée", explique le Dr Perrussel.

Que faire : suivez les recommandations de votre médecin et spécialiste.

Un cancer

Un lymphome (maladie de Hodgkin) favorise les démangeaisons. On retrouve le prurit également dans les symptômes d’autres cancers comme celui du sein, du cerveau, des poumons notamment.
Pourquoi : "c’est la prolifération des cellules cancéreuses qui entraîne les démangeaisons. On peut découvrir un cancer grâce à un prurit", explique le Dr Perrussel.

Que faire : suivez les recommandations de votre médecin et spécialiste.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Remerciements Dr Marc Perrussel, dermatologue à Rennes et membre du syndicat national des dermatologues

mots-clés : Diabète, Cancer
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.