En temps que pneumonie virale, la Covid-19 est bien connue pour s'attaquer aux poumons des patients. Les cas les plus préoccupants se sont ainsi trouvés en insuffisance respiratoire.

Or, il se pourrait que le variant Omicron infecterait moins les poumons que ces prédécesseurs. C'est en tout cas le constat de six études, encore préliminaires. D'après leurs résultats, Omicron s'en prendrait davantage à notre gorge. Ces études, essentiellement menées sur des animaux, doivent cependant encore être confirmées.

Omicron pénètre les bronches plus facilement

L'une des études, menée par des chercheurs de la faculté de médecine de l'Université de Hong Kong, a estimé que la souche Omicron se réplique 70 fois plus vite que le variant Delta. Or, il se trouverait que la souche sud africaine se réplique moins efficacement dans le tissu pulmonaire, comparé aux autres souches. Cela peut expliquer pourquoi les malades touchés par Omicron semblent développer une forme moins grave de Covid-19.

En revanche, Omicron serait plus rapide pour pénétrer les bronches ou les tubes qui traversent les voies respiratoires supérieures, à savoir les cellules de la gorge.

Une autre étude préliminaire reprise par nos confrères du Guardian explique que la maladie causée par Omicron est moins grave que celle provoquée par Delta ou par la souche originale provenant de Wuhan.

Il semblerait qu'avec Omicron, "la maladie soit éliminée plus rapidement et que les animaux se rétablissent plus vite, ce qui concorde avec les données cliniques qui nous parviennent" détaille le virologue James Stewart, auteur principal de l'étude.

Omicron est plus transmissible, car il se réplique par la gorge

Si Omicron se réplique davantage dans la gorge, cela peut peut expliquer pourquoi il est plus transmissible, ce qui contribuerait à expliquer sa propagation rapide, indiquent les chercheurs. À l'inverse, u n virus qui infecte les tissus pulmonaires sera potentiellement plus dangereux, mais moins transmissible.

Selon le professeur James Stewart, des chercheurs du Molecular Virology Research Group de l'Université de Liverpool ont diffusé un communiqué le lendemain de Noël qui montre qu'Omicron entraîne une "maladie moins grave" chez la souris. L'étude a montré que les souris infectées par Omicron perdent moins de poids, ont une charge virale plus faible et souffrent de pneumonie moins sévère.

"Les premières indications laissent penser que c'est une bonne nouvelle, mais ce n'est pas une raison pour baisser la garde, car si vous êtes cliniquement vulnérable, les conséquences peuvent être grandes – il y a des décès à cause d'Omicron", rappelle le Pr Stewart.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

http://www.med.hku.hk/en/news/press/20211215-omicron-sars-cov-2-infection 

https://www.theguardian.com/world/2022/jan/02/new-studies-reinforce-belief-that-omicron-is-less-likely-to-damage-lungs

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.