Sommaire

On en apprend décidément tous les jours sur le Covid-19, à l’origine de la pandémie qui sévit actuellement à travers le monde. Symptômes, personnes à risque, temps de guérison… Les informations dont nous disposons évoluent chaque jour. Une nouvelle étude parue le 14 mai dernier, au sein de la revue Nature Machine Intelligence, vient de partager une découverte sur les personnes vulnérables qui peut avoir toute son importance.

Pour rappel, on sait que les personnes les plus vulnérables face au coronavirus sont les patients de plus de 65 ans, ou atteints par des maladies chroniques (diabète, maladies cardiovasculaires, pathologie chronique respiratoire, insuffisance rénale, cancer évolutif…) ou encore les personnes immunodéprimées. Ces dernières sont susceptibles de développer une forme plus grave de la maladie en cas de contamination.

Mais jusqu’alors aucune étude n’avait été en mesure de nous aider à prédire le décès des patients plusieurs jours avant. C’est pourtant la promesse faite par des scientifiques de Wuhan à travers leur nouvelle recherche. Ces derniers ont identifié trois marqueurs biologiques qui, s’ils sont réunis chez un patient, pourrait signifier qu’il risque de décéder "dans les 10 jours", si l’on reprend leurs termes.

Covid-19 : trois marqueurs biologiques réunis chez tous les patients décédés

"L'augmentation soudaine des cas de COVID-19 exerce une forte pression sur les services de santé dans le monde, présentent les chercheurs. À ce stade, une évaluation clinique rapide, précise et précoce de la gravité de la maladie est vitale. Pour soutenir la prise de décision et la planification logistique dans les systèmes de santé, cette étude s'appuie sur une base de données d'échantillons de sang de 485 patients infectés dans la région de Wuhan, en Chine, pour identifier des biomarqueurs prédictifs cruciaux de la mortalité par maladie".

Durant leur étude, les scientifiques ont identifié trois marqueurs biologiques qui, lorsqu’ils sont réunis, sont révélateurs d’un état très grave. "Ils prédisent la mortalité de patients individuels plus de 10 jours à l’avance avec une précision de plus de 90 %", estiment les chercheurs.

Parmi les 485 échantillons de sang analysés, 201 appartenaient à des patients ayant survécu au Covid-19 et 174 à des personnes qui en sont décédées. Les trois biomarqueurs en question étaient présents dans les échantillons de sang de tous les patients décédés.

Les patients présentant ces biomarqueurs devraient être traités en priorité…

Avant d’entrer dans le vif du sujet et de vous décrire ces biomarqueurs en détail, il convient de comprendre que cette découverte est capitale selon les chercheurs. En effet, en connaissant les marqueurs en question, les médecins pourraient identifier rapidement les patients en danger de mort. L’idée serait de traiter en priorité les personnes présentant ces signaux, puisqu’ils risquent de succomber au coronavirus dans les 10 jours si la théorie des chercheurs chinois s’avère exacte.

"Dans l'ensemble, cet article propose une règle de décision simple et applicable pour prédire rapidement les patients les plus à risque, leur permettre d'être priorisés et potentiellement réduire le taux de mortalité", ajoutent les chercheurs.

L’autre bonne nouvelle ? “Les analyses sont très simples à effectuer dans tous les hôpitaux”, écrivent les scientifiques. Pour identifier les marqueurs, il conviendrait de pratiquer des analyses de sang.

Mais quels sont ces marqueurs ? On les passe en revue page suivante.

Covid-19 : quels sont ces marqueurs qui annoncent une forme grave ?

Covid-19 : quels sont ces marqueurs qui annoncent une forme grave ?© Istock

Trois biomarqueurs en question étaient présents dans les échantillons de tous les patients décédés du Covid-19, analysés pour les besoins de l’étude chinoises. Ils concernent le LDH (lactate déshydrogénase), les globules blancs lymphocytes et la CRP, ou protéine C-réactive.

Une présence importante de LDH signale un dommage tissulaire dans l’organisme

Une présence trop importante de LDH (lactate deshydrogénase) est un premier signe de gravité de la maladie selon les chercheurs. Cette enzyme, présente dans quasiment toutes les cellules vivantes du corps humain, joue un rôle dans la transformation des sucres en énergie. Son augmentation peut traduire un dommage tissulaire dans l’organisme, qui peut être le résultat d’une grande variété de situations pathologiques, dont la pneumonie.

En cas de maladie ou de lésion qui endommage les cellules, des LDH sont libérés dans le flux sanguin. Les niveaux de LDH sont donc mesurés grâce à un prélèvement sanguin, plus rarement à partir d’un prélèvement d’urine ou de liquide cérébrospinal. Chez l’adulte, le prélèvement se fait généralement au pli du coude.

Lymphocyte : un niveau bas révèle un problème d’immunité

Le second marqueur, pouvant annoncer une forme grave de Covid-19, concerne les lymphocytes, qui sont des globules blancs (leucocyte), responsables de l’immunité humaine. Un niveau trop bas doit inquiéter. Il indique que le corps peine à lutter contre le virus. Ces lymphocytes constituent entre 20 et 40 % de l’ensemble des globules blancs.

Une diminution de leucocytes peut évoquer certaines infections virales ou parasitaires, ainsi que l’anémie et certains cancers.

Le taux de lymphocytes est calculé par une simple prise de sang.

Une forte quantité de CRP révèle un état inflammatoire

En outre, le troisième marqueur se caractérise par une forte quantité de CRP, ou protéine C-réactive. Cette protéine est synthétisée par le foie après une inflammation aiguë dans l'organisme. Ce signe est révélateur d’une maladie respiratoire. Quand l'organisme est touché par une inflammation, son taux augmente rapidement dans les heures qui suivent et baisse rapidement dès que l'affection est soignée. Un haut niveau de CRP révèle un état inflammatoire persistant. Une prise de sang permet de le déterminer.

Covid-19 : quels symptômes présentaient les patients étudiés par les chercheurs chinois ?

Covid-19 : quels symptômes présentaient les patients étudiés par les chercheurs chinois ?© Istock

Les informations médicales de tous les patients ont été collectées par les chercheurs chinois entre le 10 janvier et le 18 février 2020.

La fièvre était le symptôme le plus courant

"Pour 375 patients, la fièvreétait le symptôme initial le plus courant (49,9%), suivi de la toux (13,9%), de la fatigue (3,7%) et de la dyspnée (2,1%)", indiquent les chercheurs de Wuhan.

Si la fièvre survient chez 90% des patients, elle doit néanmoins vous alerter si elle ne descend pas.

Sur les 375 cas inclus dans l'analyse, 201 ont récupéré du COVID-19 et sont sortis de l'hôpital, tandis que les 174 autres sont décédés.

Covid-19 : quels symptômes en cas de forme grave ?

"Environ une personne sur six contractant la maladie présente des symptômes plus graves. Toute personne qui a de la fièvre, qui tousse et qui a des difficultés à respirer doit consulter un médecin", prévient l’OMS.

Parmi les symptômes révélant un coronavirus "grave", on note les dyspnées et les anomalies respiratoires. La dyspnée se manifeste par un essoufflement important ou par l’impression inconfortable d’une respiration superficielle. C'est l'un des symptômes les plus inquiétants en cette période d'épidémie de coronavirus. On parle de dyspnée lorsque le réflexe de respiration devient un véritable effort conscient.

Parmi les patients atteints par le Covid-19, 30% des personnes victimes de dyspnée sont modérément essoufflés (dyspnée modérée).

Un léger état confusionnel est observé chez le malade dans 10 % des cas. Les personnes ainsi touchées ne savent plus très bien où elles en sont. Ce signe est, en principe, provoqué par le manque d’oxygène (hypoxémie).

D'autres symptômes peuvent présager une forme grave du coronavirus : on cite une chute de tension, tachycardie, ou encore la cyanose (lèvres et ongles bleutés).

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Un modèle de prédiction de mortalité interprétable pour les patients COVID-19, Nature Machine Intelligence, 14 mai 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.