AstraZeneca : les profils les plus a risque face au caillot sanguin

Suite à la survenue de cas de caillots sanguins après administration de AstraZeneca, ce vaccin a fait l'objet d'une surveillance drastique. Proposé pour se prémunir contre la Covid-19, il impliquerait en effet un risque rare de thromboses atypiques (caillots sanguins) et de thrombocytopénie (baisse des plaquettes dans le sang), confirme l'ANSM.

Depuis la mi-mars, la Haute Autorité de Santé ne recommande donc plus la vaccination des moins de 55 ans avec AstraZeneca, en raison des risques de thromboses. Or, pour les plus de 55 ans, l'analyse des risques comparative montre que le risque de développer des caillots est très faible et le risque de Covid-19 est, lui, très fort. D'où la notion de "balance bénéfice/risque jugée positive" par les autorités. "La Commission européenne a également demandé à l’EMA [Agence Européenne du Médicament, ndlr] de poursuivre en l’approfondissant l’évaluation du contexte dans lequel s’inscrit ce risque", ajoute l'ANSM.

"Même si le risque de thrombose est extrêmement faible, le principe de précaution s'applique, commente le Dr Thomas Kassab, pharmacien officinal. Et comme il a été observé que chez les sujets relativement jeunes (moins de 55 ans), il pouvait survenir de façon très rare des formations de caillots dans les veines, alors par précaution AstraZeneca fut contre-indiqué au moins de 55 ans". Outre l'âge, d'autres facteurs sont susceptibles de vous exposer au risque de caillot sanguin en cas de vaccination avec AstraZeneca. On évoque les profils les plus à risque dans notre diaporama, avec le Pr Stéphane Gayet, infectiologue au CHU de Strasbourg.

"On ne vaccine jamais 'à la va-vite' ou à l’aveugle"

"Il est important de rappeler que les événements thromboemboliques [la formation de caillots sanguins, ndlr] sont extrêmement rares, nous rassure Thomas Kassab. Ensuite, il est important de garder à l'esprit que les thromboses ou la formation de caillots sanguins sont des pathologies fréquentes. La plus connue des maladies thromboemboliques est la phlébite et il n'y a à pas besoin d'être vacciné pour être victime d'une thrombose, d'un caillot ou d'une phlébite".

On rappelle aussi que dans la grande majorité des cas, les vaccins sont très bien tolérés. En outre, avant chaque vaccination un questionnaire précis et une évaluation est faite par le professionnel de santé qui vaccine (pharmacien, médecin, infirmier, sage-femme, etc). "Le but de déceler toute contre-indication à une vaccination. On ne vaccine jamais 'à la va-vite' ou à l’aveugle, confirme le Dr Kassab. Toujours en tenant compte du contexte du patient, de ses antécédents, de ses allergies et autres. Cette vérification préliminaire est obligatoire et est faite systématiquement par chaque professionnel de santé".

Sources

Merci au Pr Stéphane Gayet, infectiologue hygiéniste au CHU de Strasbourg

Merci à Thomas Kassab, pharmacien officinal

Retour d’information sur le PRAC d’avril 2021, ANSM, 20 avril 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.