12 gels hydroalcooliques a eviter

Depuis le début de l’épidémie de Covid-19, vous avez pris l’habitude de vous frictionner régulièrement les mains avec une solution hydroalcoolique : en sortant des transports, en arrivant au bureau, en allant voir des amis, avant de déjeuner au restaurant… Et c’est très bien. Mais encore faut-il être en possession d’un gel hydroalcoolique vraiment efficace.

Or, il semble que de nombreuses marques surfent sur la peur du virus pour se remplir les poches, au détriment de la santé des consommateurs. En témoignent les rappels et procédures de retrait qui s’enchaînent depuis quelques semaines, concernant des solutions hydroalcooliques totalement inefficaces. Découvrez les gels concernés par les mesures de retrait, selon la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes) dans notre diaporama. Attention, notre liste n'est pas exhaustive.

Comment bien choisir son gel hydroalcoolique ?

L’Agence nationale de sécurité du médicament a émis plusieurs recommandations quant à l’usage des solutions hydroalcooliques. Celles-ci doivent être utilisées sur des mains non-souillées, en l’absence d’un point d’eau disponible - dans le cas contraire, un lavage des mains classique à l’eau et au savon doit être effectué. Un temps de friction d’au moins trente secondes doit être respecté - jusqu’à ce que vos mains soient sèches.

En outre, l’ANSM invite à privilégier “les produits hydro-alcooliques présentés sous forme de solutions ou de gels testés selon la norme NF EN 14476 ou testés sur un virus de la grippe selon la méthodologie de cette norme”. Elle précise que “ces informations doivent figurer explicitement sur l’étiquetage”.

Vous ne trouvez pas de produit correspondant à cette norme ? Dans ce cas, vous pouvez opter pour “les produits à base d’alcool éthylique (ou éthanol), d'alcool propylique (propane-1-ol ou n-propanol) ou d'alcool isopropylique (propane-2-ol ou isopropanol)”.

Leur concentration optimale doit être comprise entre 60 % et 70 % (volume/volume) ou entre 520 et 630 mg/g. Cette concentration doit, elle aussi, “figurer visiblement sur l’étiquetage”.

Rappel de la solution hydroalcoolique dénommée "Gel Mains"

1/12

"L'utilisateur pense légitimement utiliser un produit le protégeant des bactéries et virus existant. Or, au regard de la teneur en éthanol retrouvée, ce produit ne peut apporter la protection nécessaire. De plus, l'étiquetage n'apporte pas les informations nécessaires eu égard au risque inhérent d'utilisation du produit", alerte la DGCCRF le 5 novembre dernier.

Rappel du produit "Cleansing Hand Gel" de marque HEMA

2/12

"Pour les consommateurs les plus vulnérables, il y a un risque de confusion avec une denrée alimentaire et donc d'intoxication", selon la DGCCRF.

"Le consommateur est appelé à cesser immédiatement l'utilisation de ce produit et à le rapporter en magasin contre remboursement, lorsque les conditions sanitaires le permettront", ajoute la DGCCRF.

Rappel des gels hydroalcooliques de marque VERITA FARMA

3/12

"La teneur en éthanol de ce produit est insuffisante pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne. De plus, l'étiquetage, très insuffisant, du produit minimise les risques pour les utilisateurs", indique la DGCCRF.

Rappel des gels hydroalcooliques de marque Kleengel 75 ml

4/12

"L'étiquetage de ce produit minimise les risques inhérents à son utilisation : produit très inflammable pouvant entraîner une sévère irritation des yeux", alerte la DGCCRF.

Rappel du gel hydroalcoolique YDBY

5/12

"La teneur est insuffisante en éthanol pour assurer une asepsie satisfaisante et l'étiquetage est non conforme et insuffisant au regard notamment des dangers en matière d'inflammabilité et de sensibilisation cutanée", souligne la DGCCRF.

Rappel d'un gel pour les mains hygiénisant de marque ON DERMO

6/12

"En raison d'une teneur combinée en éthanol et isopropanol insuffisante, ce produit n'a pas d'efficacité antibactérienne et antivirale démontrées et/ ou absence d’une partie de l’étiquetage de danger liée à l’inflammabilité", estime la DGCCRF.

Rappel de gel hydroalcoolique El Temizleme Jeli de la marque Clean and Pure

7/12

Le gel hydroalcoolique El Temizleme Jeli de la marque Clean and Pure, en flacons de 150 ml, était rappelé en raison de son taux d’éthanol insuffisant. 

Rappel du Gel Hijyenik, de la marque Ficomed

8/12

La DGCCRF avait de publier un avis de rappel de gel hydro-alcoolique (150 ml) de la marque Ficomed Hijyenik, en raison en raison d’une teneur en éthanol insuffisante.

Rappel d'un gel mains nettoyant “Hand Sanitizer”, de la marque Symex

9/12

Ce gel possède une "teneur en éthanol insuffisante pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne", écrit la Répression des fraudes, qui recommande à ceux qui en auraient fait l'acquisition de "ne plus l'utiliser et de le rapporter au lieu d'achat".

Rappel de la Solution Hydroalcoolic, de la marque Vecteur Energy

10/12

Ce produit est non conforme est même dangereux en raison d’une teneur insuffisante en éthanol pour assurer une véritable action anti-virale et anti-bactérienne.

Gel hydroalcoolique Vichy de marque Vichy : déconseillé par 60 Millions de consommateurs

11/12

"En dehors de l'alcool, présent dans les proportions recommandées dans ce produit, les quantités des autres composants ne sont pas mentionnés. Il manque également la mention de la norme  EN 14476 garante de l'efficacité du gel", alerte l'association de consommateurs.

Spray antibactérien mains de marque Puressentiel : déconseillé par 60 Millions de consommateurs

12/12

"Aucune norme affichée sur ce produit n'est mentionnée sur ce produit et la présence d'huiles essentielles dans sa composition augmente le risque d'allergie", souligne 60 Millions de consommateurs.

Sources

Rappels produits, DGCCRF. 

Les produits hydroalcooliques, ANSM. 

60 Millions de consommateurs

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.