GPA : les pays où elle est légale

Publié le 29 Août 2018 par La Rédaction Médisite
Le désir d'enfant pousse certains couples, homosexuels ou hétérosexuels, à recourir à une mère porteuse, quel qu'en soit le prix. Cette pratique, connue sous les initiales GPA, est autorisée dans certains pays, mais interdite en France.
Publicité

6752048-inline-500x333.jpg© Istock

GPA : qu'est-ce que c'est ?

Les initiales GPA signifient "gestation pour autrui". Dans les pays dans lesquels elle est légale, elle est réalisée dans un laboratoire. Le sperme du futur papa féconde in vitro un ovocyte prélevé sur la mère désirant un enfant ou sur l'ovocyte d'une donneuse si la mère en désir d'enfant est stérile. Une fois la fécondation effective, l'embryon est implanté dans l'utérus de la mère porteuse, qui n'est pas la mère biologique du futur enfant. La mère porteuse n'apporte donc pas son génome au fœtus : elle n'est là que pour accueillir l'embryon le temps de la grossesse.

Publicité
Publicité

GPA : dans quels pays est-il possible d'y avoir recours ?

Formellement interdite en France, la GPA est légale dans certains pays, y compris européens. Chaque législation nationale est différente et parfois l'autorisation de recourir à la GPA est implicite. Ainsi, en Belgique, en Pologne, en Slovaquie et aux Pays-Bas, aucune loi n'encadre la GPA. Mais comme aucune loi ne l'interdit non plus, elle est considérée comme autorisée. Certains pays européens ont préféré encadrer juridiquement la GPA. La Roumanie et l'Irlande autorisent par exemple cette pratique et établissent avec précision la rémunération versée à la mère porteuse. Au Royaume-Uni, la GPA contre rémunération est interdite, mais elle est tolérée si aucun versement d'argent n'intervient entre la mère porteuse et les futurs parents.

mots-clés : Gpa
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X