Sommaire

Neven Ciganovic connaît très bien la . Ce blogueur croate a subi plusieurs interventions depuis 1992 afin d’atteindre son objectif : ressembler à une poupée masculine Bratz. Toutefois, sa rhinoplastie réalisée en 2017 lui a joué des tours. Il s’est réveillé après l’anesthésie avec une érection persistante !

Rhinoplastie : un nouveau nez et une érection pendant 3 mois

Neven Ciganvic avait certes un nouveau nez à son réveil, mais également un membre très en forme. "Quand je me suis réveillé de l’anesthésie, j’ai traversé une période très dure, littéralement très dure. J’ai eu une érection complète pendant près de trois mois. Je pense que j’ai même battu le record du monde", raconte l’influenceur au journal Metro.

Ce trouble, appelé un , se caractérise par une érection douloureuse qui dure plus de quatre heures sans stimulation sexuelle. Si le problème ne se résorbe pas avec du froid, il est nécessaire d’opérer. En effet, l’homme qui souffre de ce trouble, peut perdre son pénis. L’amateur de chirurgie esthétique a donc dû repasser sur le billard pour sauver ses organes génitaux. Ce n’est qu’après la troisième intervention que l’érection a pris fin.

L’homme de 48 ans assure à la presse britannique : "Dieu merci, je n’ai plus de problèmes avec mon priapisme. Même maintenant, après cette complication, je suis heureux, car mon érection dure encore beaucoup plus longtemps que les autres gars".

Toutefois les raisons de la complication inattendue de sa reste inexpliqué pour les professionnels de santé. "Les médecins n'ont pas de vraies théories sur les raisons pour lesquelles cela m'est arrivé et en fait cela peut se produire pendant l'anesthésie, le sommeil profond ou pour des raisons telles que la génétique, la tension artérielle ou des problèmes dans les veines, mais dans mon cas, ils ne savent pas vraiment ce qui a causé le problème", a ajouté le Croate.

Priapisme : il a sa théorie

Si les médecins ne sont pas parvenus à identifier la cause de son priapisme, le blogueur qui souhaite ressembler à une poupée, pense pour sa part avoir trouvé son origine en nettoyant un placard.

"J'ai trouvé des compléments alimentaires nommés L-Arginine, que je prenais à l'époque pour avoir plus de force dans la salle de sport et j'ai lu sur la boîte qu’il pouvait y avoir des effets secondaires possibles sur votre tension artérielle et que ce supplément pompe le sang dans vos veines et cela peut causer ce problème", explique-t-il puis assure "j'ai également lu que cela pouvait aider à stimuler la libido d'un homme, mais à l'époque, je ne savais pas que cela pouvait m'arriver, je l'ai juste utilisé pour aider au gymnase".

Si Neven Ciganovic n’a pas renoncé à la chirurgie esthétique après sa mésaventure, il souhaite inciter les personnes intéressées à faire des recherches avant de passer sous le bistouri. "Pour ceux qui veulent subir une intervention chirurgicale : soyez prudent avec le médecin chez qui vous allez, vérifiez les critiques sur Internet, vérifiez son expertise, car vous pouvez vous tromper", conseille-t-il.

Chirurgie esthétique : les risques à connaître

Chirurgie esthétique : les risques à connaître© Istock

En France, seules les opérations de chirurgies réparatrices sont prises en charge par la sécurité sociale. C’est-à-dire les interventions liées à la reconstruction de l’apparence physique détériorée par une maladie, un accident ou une malformation congénitale.

Les opérations purement à visée esthétique ne sont pas remboursées.

Si les ratés de la chirurgie esthétique font couler beaucoup d’encre, ils sont heureusement assez rares. Toutefois, il ne faut pas oublier que ces interventions -comme toutes les opérations - comportent des risques. Le premier est de faire une mauvaise réaction à l'anesthésie. Il ne faut pas oublier les infections ainsi que les problèmes de cicatrisation.

Par ailleurs, il y a aussi un risque psychologique. Le patient peut avoir des difficultés à appréhender son nouveau physique. Autre risque : si le complexe est nourri par une dépression sous-jacente, la chirurgie esthétique n'améliore pas la situation. Ce changement peut même aggraver les troubles de l'image existants.

Pour éviter les regrets et erreurs médicales, il faut être particulièrement vigilant dans le choix de son chirurgien. La première chose à faire est de vérifier sa qualification en se rendant sur le site du . Il doit bien être inscrit en tant que chirurgien plasticien. Il est également conseillé de contacter plusieurs praticiens via internet et observer le temps et la qualité de la réponse.

Priapisme : que faire quand son érection dure longtemps ?

Les médecins parlent de quand une érection douloureuse dure plus de 4 heures. En moyenne, on dénombre 1,5 cas pour 100 000 hommes par an.Ce trouble qui touche surtout les corps caverneux (tissus présents dans le pénis qui permettent à la verge de se dresser), peut être provoqué par :

  • une anomalie du flux sanguin comme une occlusion des veines ou un reflux du sang bloquant l’arrivée d’un sang oxygéné : c’est ce qu’on appelle un priapisme à flux réduit
  • une augmentation du flux artériel : ce priapisme à haut débit est souvent provoqué par traumatisme du périnée (accident avec une selle de vélo), une lésion d’une artère caverneuse ou encore une chirurgie de revascularisation pénienne.

Lors de ces troubles, le pénis est privé de sang et d’oxygène, il est donc important d’agir pour éviter les séquelles comme la nécrose. Si l’érection est présente depuis moins de 6 heures, des mesures assez simples peuvent résoudre le problème :

  • appliquer une poche de glace ;
  • faire de l’exercice : monter des escaliers, des flexions des genoux ;
  • des rapports sexuels ou éjaculations répétées : pour les cas les moins douloureux.

Si l'érection persiste, l’intervention d’un médecin est nécessaire. Il peut injecter un médicament dans le pénis qui provoque un rétrécissement des vaisseaux sanguins, "rincer" les veines avec une solution saline ou encore ponctionner le sang présent dans les corps caverneux.

Sources

Man left with a three-month erection after getting a nose job wants to make sure you don’t go through the same thing, Metro, 12 aout 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.