Torture chez le coiffeur

Publié le 13 Octobre 2006 par Rédaction Medisite

Y'a des jours comme ça, où je me dis que j'aurais mieux fait de rester chez moi... Comme cette fois-là, où à l'occasion du mariage de mon beau-frère, je décidais de mettre le prix chez le coiffeur pour avoir un beau chignon...

Publicité

J'en rêvais depuis plusieurs semaines : avoir un beau chignon plutôt flou, un brin romantique, un peu "belle-des-champs-au-saut-du-lit".

A lire aussi : Le coach de ma vie !

Séance de torture chez le coiffeur

Une heure trente avant le début de la cérémonie, le compte à rebours est lancé. Je m'installe devant le miroir et détaille à la coiffeuse mes souhaits les plus chers. Je précise : ''"Surtout pas les cheveux tirés en arrière (ça fait vraiment une grosse tête) et pas de fioritures qui partent dans tous les sens'' (ça fait vraiment trop girly)''"''.

Publicité

Elle hoche de la tête, je comprends qu'elle a compris....Elle entame sa séance de torture. Quatre magazines plus tard (deux Biba, un Voilà et un Marie-Claire), j'ai le cuir chevelu en sang à cause des épingles qu'elle enfonce dans mon crâne innocent. ''"Mais si, mais si, faut' bien qu'ça tienne !"''. Bon.

Publicité

Je serre les dents. Je souffre en silence... Re-magazines et c'est fini.Damned, me voilà avec une tête de murène : les cheveux tirés en arrière et le sommet de la tête bordé de mini palmiers (comme pour la fête d'anniversaire de mes 10 ans !).

Vexée et déçue, je règle la "modique" somme de 46 euros et récupère en prime un sacré mal de crâne. Trop tard pour changer de coiffure, j'avale deux comprimés pour calmer la douleur des épingles assassines et je file à la fête. Moralité : on n'est jamais aussi bien coiffé que par soi-même.

mots-clés : été
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X