Reste à charge zéro : pourquoi le tarif des mutuelles risque d’augmenter

Publié le 23 Octobre 2018 par Chloé Polidano, journaliste santé
Le journal Le parisien, rapport en exclusivité les résultats d'une étude menée par le cabinet conseil en assurance santé Santiane.fr, expliquant que si le reste à charge zéro a lieu sur les soins dentaires, optiques et prothèses auditives les contrats de mutuelles risquent d'augmenter surtout pour les seniors. 
Publicité

C'est une des promesses les plus attendues annoncée lors de la campagne présidentielle d'Emmanuel Macron. Cette semaine, mardi 23 octobre 2018, l'Assemblée nationale examine le projet de loi de financement de la Sécurite sociale qui prévoit notamment la réforme pour le reste à charge zéro. Les soins dentaires, optiques et prothèses auditives devraient donc être entièrement remboursés avec "normalement" aucune augmentation du tarif des cotisations mutuelles derrière. Problème ? Le Parisien rapporte en exclusivité une étude du cabinet conseil en assurance santé Santiane.fr, expliquant qu'il est presque sûr que les complémentaires santé seront obligées d'augmenter les frais de cotisations de leurs clients.

Publicité

9,3% d'augmentation des tarifs pour les seniors

"Santiane prédit même une hausse moyenne des tarifs de complémentaire de 6,8% au terme des trois ans de déploiement du dispositif", rapportent les journalistes du Parisien. Pour en arriver à cette conclusion, les experts de Sentiane se sont basés sur les remboursements mutuelles de 100 000 clients pendant deux ans en contrat individuel. Résultats, les plus impactés seraient ceux qui ont le plus recours à des soins dentaires et optiques c'est-à-dire : les seniors, pour qui la simulation a prédit une hausse moyenne de 9,3%, selon Le Parisien, pour le reste (étudiants et couples de mois de 65 ans) l'augmentation s’élèverait à 2,5%.

Publicité

Une prédiction qui reste à l'état d'hypothèse pour l'instant, mais qui ne devrait pas améliorer le taux de Français renonçant à se faire soigner, ce qui représentait déjà presque un Français sur deux , selon une étude d'avril 2018, du cabinet Deloitte, rapportée par Europe 1, si elle se réalisait.

Comment bien choisir sa mutuelle ?

Certes, il est difficile de présager de l’avenir en matière de santé, mais chacun connaît ses habitudes et ses besoins actuels. Si vous consultez régulièrement des médecins en honoraires libres, vous avez intérêt à étudier de près les contrats haut de gamme. Même chose si vous avez des problèmes de dentition nécessitant la pose de prothèses à court terme. En revanche, si vous avez affaire à des médecins qui pratiquent le tarif conventionnel, une couverture de base peut vous suffire. Par ailleurs, en principe, rien ne vous interdit de prendre plus tard une couverture plus étendue.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X