Malaise vagal : les symptômes les plus courants

Publié le 16 Octobre 2018 par La Rédaction Médisite
Le malaise vagal est courant. Bien qu’inquiétant, il est généralement bénin. Face à un malaise vagal, la fatigue est souvent invoquée comme pouvant en être la cause. Mais un malaise vagal a surtout des origines psychologiques ou émotionnelles. Découvrons ses principaux symptômes.
Publicité

© Istock

Nerf vague hyperstimulé et malaise vagal

Le nerf vague est un nerf crânien que l’on appelle parfois nerf cardiaque, nerf pneumogastrique ou encore nerf parasympathique. Le terme "vague" lui est attribué du fait de la vaste étendue de ses fonctions, que ce soit au niveau cardiaque, digestif, sensoriel ou encore moteur. Une stimulation trop importante du nerf vague entraîne un ralentissement de la sécrétion d’adrénaline et une chute de la tension artérielle, car l’activité cardiaque diminue. C’est la syncope, que l’on nomme le malaise vagal.

Malaise vagal : fatigue et autres causes

En cas de malaise vagal, la fatigue est souvent invoquée comme étant l’une des principales causes. Or, la fatigue nerveuse ou physique est surtout responsable d’un malaise lipothymique, c’est-à-dire une sensation de vertige sans perte de connaissance. Dans le cas du malaise vagal, la perte de connaissance – ou syncope vasovagale – peut avoir lieu, mais elle est de courte durée et réversible.

Publicité

Le malaise vagal a des causes psychologiques ou plus exactement émotionnelles. Une forte émotion peut en être à l’origine, d’autant plus si le patient est stressé ou surmené. La raison en est simple : le nerf vague est plus facilement stimulé par une émotion importante. Par ailleurs, une vive douleur peut aussi entraîner ce type de syncope. Enfin, le malaise vagal peut également faire suite à une hypotension orthostatique, à une déshydratation, voire à un effort physique important.

Publicité

Malaise vagal : les symptômes annonciateurs, ou prodromes

Certaines manifestations sont annonciatrices d’un malaise vagal. Ces prodromes sont :

- des palpitations ;

- des vertiges ;

- des bouffées de chaleur ;

- des fourmillements ;

- une impression de grande faiblesse ;

- un voile noir ou gris devant les yeux ;

- des tremblements ;

- une sensation d’angoisse liée au sentiment de perte de connaissance imminente.

La perte de connaissance n’est pas systématique. Lorsqu’elle a lieu, elle est toujours très brève, et les événements qui l’ont précédée sont parfaitement mémorisés par le patient.

Parfois, le malaise vagal peut s’accompagner d’une perte d’urines du fait du relâchement inconscient des sphincters.

Malaise vagal : les bons gestes

Si une personne est sujette au malaise vagal, il est vivement recommandé de consulter afin que la cause des syncopes à répétition soit traitée. Il est très important de pouvoir s’assurer qu'aucune pathologie grave n'est sous-jacente.

Durant un malaise vagal, certains gestes simples peuvent être effectués, c’est-à-dire :

- si le patient perd connaissance, le placer en PLS (position latérale de sécurité) et vaporiser son visage ;

- si le patient ne perd pas connaissance, asperger son visage à l’eau fraîche et surélever ses jambes afin que le sang puisse de nouveau remonter vers le cœur.

Il est indispensable d’appeler les secours lorsque le malaise vagal se produit chez une personne à la santé fragile (diabétique, cardiaque), qu'il y ait ou non perte de connaissance.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X