Maladie de Ménière (vertiges) : symptômes, causes, traitements

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLa maladie de Ménière (ou syndrome de Ménière) est une maladie de l’oreille interne qui se manifeste par des crises répétées de vertiges plus ou moins intenses. Des acouphènes peuvent aussi être associés à la pathologie. S'il n'y a aucun traitement curatif, certains traitements symptomatiques ont porté leurs fruits. On fait le point avec le Dr Maria Vinals Garcia, spécialiste en psychologie.
Maladie de Ménière (vertiges) : symptômes, causes, traitementsIstock

Définition : qu'est-ce que la maladie de Ménière ?

La maladie de Ménière est une maladie qui atteint l ’oreille interne. Il s’agit d’une maladie chronique qui provoque des vertiges et des acouphènes, évoluant par cirses, plus ou moins violentes. À terme, la maladie de Ménière peut évoluer vers une surdité unilatérale définitive. Entre les crises, les périodes de rémissions peuvent être prolongées. Il n’existe pas de traitement curatif, mais une prise en charge symptomatique et psychologique est nécessaire.

Photo : aspect de l'oreille interne

Photo : aspect de l'oreille interne© Creative Commons

Crédit : Didier Descouens, 7 November 2009 - CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0/deed.en

Chiffres : quelle est la prévalence de la maladie de Ménière ?

La maladie de Ménière touche plus de femmes que d’hommes. En Europe et en Amérique du Nord, où elle est la plus fréquente, la prévalence varie de 1 personne sur 600 à 1 personne sur 10 000, selon les études. 

La maladie de Ménière apparaît le plus souvent entre 40 et 60 ans.

Quels sont les symptômes de la maladie de Ménière ?

Au début de la maladie, les crises surviennent de manières assez rapprochées, allant de quelques semaines à quelques mois. Les crises peuvent ensuite s’espacer, voire disparaitre.

L’imprévisibilité des symptômes peut générer de l’anxiété. Certaines personnes souffrent d’une perte d’audition ou de troubles de l’équilibre permanents, en raison des lésions des cellules de l’oreille interne.

Les symptômes durent entre 20 minutes à 24 heures et génèrent un épuisement physique. Des facteurs psychologiques peuvent être rattachés à la survenue des symptômes (évènement de la vie personnelle, anxiété, stress…).

Les symptômes de la crise sont :

  • une sensation de plénitude dans l’oreille et des acouphènes intenses ;
  • un vertige intense et soudain, qui oblige à s’allonger ;
  • une perte partielle et fluctuante d’audition ;
  • des étourdissements et des pertes d’équilibre ;
  • des mouvements rapides des yeux, non contrôlables que l’on appelle le nystagmus ;
  • des nausées, des vomissements et des sueurs ;
  • des douleurs abdominales, des diarrhées.

Les signes annonciateurs de la crise, lorsqu’ils sont présents, sont :

  • une sensation d’oreille bouchée, en haute altitude ;
  • une perte partielle d’audition accompagnée ou non d’acouphènes ;
  • des céphalées ;
  • une hypersensibilité au bruit ;
  • des étourdissements ;
  • une perte d’équilibre.

Les symptômes pouvant persister entre les crises sont :

  • les acouphènes  
  • les troubles d’équilibre ;
  • une perte d’audition partielle ou totale.

Quelles sont les causes de la maladie de Ménière ?

La cochlée et le vestibule, organes de l’oreille interne sont remplis d’un liquide, l’endolymphe. Les symptômes de la maladie de Ménière seraient causés par un excès d’endolymphe dans l’oreille interne que l’on appelle hydrops endolymphatique. Ce phénomène augmente la pression dans l’oreille interne, ce qui empêche aux sons d’être perçus correctement et perturbe les signaux d’équilibre envoyés au cerveau. La cause de ce mécanisme physiopathologique n’est pas connue, mais plusieurs hypothèses sont émises. On note :

  • une réaction secondaire à un traumatisme crânien ;
  • une allergie ou une intolérance alimentaire ;
  • un mécanisme auto-immun.

Quels sont les facteurs de risques de la maladie de Ménière ?

Il n’existe pas de facteur de risque connu au développement d’une maladie de Ménière, mais on connait des facteurs de risque de déclenchement des crises. Il s’agit :

  • des périodes de stress ;
  • des périodes de grande fatigue ;
  • des changements de pression barométrique (montagne, avion…) ;
  • de la consommation d’aliments très salés ou de café.  

Quelles sont les personnes à risque face à la maladie de Ménière ?

Les sujets à risque de maladie de Ménière sont :

  • les personnes dont un membre de la famille est atteint de la maladie de Ménière. Il existerait une prédisposition génétique à la maladie.
  • les habitants d’Europe du Nord ;
  • les femmes sont 3 fois plus atteintes que les hommes.

La maladie de Ménière est-elle contagieuse ?

La maladie de Ménière n’est pas une maladie contagieuse.

Qui, quand consulter ?

En cas de vertiges, il est nécessaire de consulter son médecin traitant, qui, après un interrogatoire et un examen clinique minutieux, pourra vous orienter vers un oto-rhino-laryngologiste. Ce dernier   pratiquera un bilan complet de l’oreille interne.

Évolution de la maladie de Ménière

Lorsque la maladie de Ménière évolue pendant de nombreuses années, une surdité définitive peut apparaitre.

Quels examens et analyses ?

L’examen clinique fait par le médecin met en évidence un nystagmus. Ce nystagmus est typiquement horizonto-rotatoire et sa fréquence ou son amplitude sont diminuées lors de la fixation oculaire.

Les examens complémentaires nécessaires face à une suspicion de maladie de Ménière sont :

  • l’audiogramme tonal, réalisé par l’ORL. C’est l’examen le plus évocateur de la Ménière. Une surdité ascendante ou en plateau signe le diagnostic.
  • l’impédancemétrie qui révèle une surdité endo-cochléaire ;
  • les épreuves caloriques permettent d’apprécier la réflectivité vestibulaire ;
  • Les épreuves rotatoires ;
  • les potentiels évoqués myogéniques induits par des stimuli sonores.

Tous ces examens sont réalisés par l’ORL. Un scanner cérébral peut accompagner ce bilan en cas de doute sur une origine centrale du vertige.

Traitements : comment se soigne la maladie de Ménière ?

Plusieurs types de prise en charge sont possibles pour soulager les symptômes de la maladie de Ménière.

Les médicaments

Le traitement de la maladie de Ménière a pour objectif de traiter les crises et le fond de la maladie. En cas de crise, le repos au calme est le premier geste à mettre en place.

Les médicaments utilisés en cas de crise sont :

  • les anxiolytiques, en raison du caractère très angoissant des crises ;
  • les anti-vertigineux ;
  • les médicaments luttant contre les vomissements ;
  • un traitement intra-veineux peut être nécessaire en cas de crise extrêmement violente : des médicaments diurétiques et des produits osmotiques comme le mannitol permettent de soulager les crises violentes.

La prise en charge psychologique

La prise en charge psychologique constitue l’un des éléments essentiels du traitement de la maladie de Ménière compte tenu de l’angoisse générée par les crises et du caractère parfois invalidant au quotidien.

Pourquoi envisager une prise en charge psychologique ?

La réponse du Dr Maria Vinals Garcia, docteur en psychologie :

"Les thérapies cognitives, narratives et comportementales donnent de bons résultats. La maladie de Ménière ayant probablement un caractère psychosomatique, les médicaments sont souvent inefficaces et les thérapies d’accompagnement de la personne peuvent apporter un bénéfice certain".

Les mesures hygiéno-diététiques

Les principales règles à respecter sont :

  • une diminution de la consommation de caféine ;
  • une diminution de la consommation d'alcool ;
  • une diminution de la consommation de chocolat ;
  • un régime pauvre en sel
  • une vie calme ;
  • le sevrage tabagique.

La relaxation et l’activité physique

La relaxation permet de diminuer les effets des acouphènes. En cas d'inefficacité des médicaments ou en complément, une rééducation vestibulaire par un kinésithérapeute spécialisé peut être proposée. Différents exercices sont réalisés en utilisant un fauteuil rotatoire, des lunettes spécifiques, une plateforme dynamique ou un trampoline.

La chirurgie

La mise en place d'un drain trans-tympanique (dispositif inséré dans la membrane du tympan pour permettre l'aération de l'oreille moyenne), effectué sous anesthésie locale ou générale, peut diminuer l'intensité et la fréquence des crises. Le traitement chirurgical de la maladie de Ménière reste exceptionnel.

Comment les appareils auditifs peuvent-ils aider le patient ?

Mon conseil de médecin généraliste :

"La mise en place d'appareils auditifs spécialisés peut améliorer les sensations provoquées par les acouphènes et l'audition. Ces appareils sont de plus en plus discrets".

Traitements du vertige de Ménière : où en est la recherche ?

La recherche est actuellement orientée vers l’identification des causes et des facteurs environnementaux et biologiques susceptibles d’être à l’origine de la maladie de Ménière. L’étude des cellules ciliées de l’oreille interne est une piste utilisée par les chercheurs. La compréhension du mécanisme physiologique permettra d’évoluer vers des traitements efficaces.

Précautions : peut-on prendre l'avion avec la maladie de Ménière ?

En cas d'atteinte sévère, les voyages en avion doivent être limités, car les variations de pression barométrique peuvent provoquer des crises.

Comment prévenir la maladie de Ménière ?

La prévention de la maladie de Ménière consiste essentiellement à prévenir la survenue et l’intensité des crises.

Les médicaments

Certains médicaments permettent de réduire la pression dans l’oreille interne comme les diurétiques (furosémide, amiloride et hydrochlorothiazide). Les médicaments vasodilatateurs peuvent également être utiles, comme la bétahistine. La bétahistine agit spécifiquement sur la cochlée et est efficace contre les vertiges.

L’alimentation

Certaines règles alimentaires peuvent contribuer à diminuer l’intensité et le nombre de crises. On vaut mieux :

  • adopter une alimentation pauvre en sel ;
  • éviter de manger des aliments qui contiennent du glutamate monosodique , source de sel ;
  • éviter la caféine, que l’on trouve dans le chocolat, le café, le thé et certaines boissons gazeuses ;
  • limiter la consommation de sucre ;
  • manger et boire régulièrement.

Le mode de vie

Le mode de vie peut également influer sur l’intensité et la fréquence des crises de Ménière. Il est donc recommandé :

  • de réduire son stress ;
  • en cas d’allergies, éviter les allergènes ou les traiter à l’aide d’antihistaminiques;
  • de ne pas fumer.
  • d’avoir un éclairage important durant le jour, et un éclairage léger la nuit afin de faciliter les repères visuels pour prévenir les chutes ;
  • d’éviter l’aspirine qui peut déclencher des acouphènes.

Comment vivre avec la maladie de Ménière ?

Le syndrome de Ménière est souvent invalidant pour les patients compte tenu des répercussions sur la vie quotidienne, personnelle et professionnelle. Un suivi psychologique est souvent nécessaire pour apprendre à vivre avec la maladie.

Sites d’informations et associations

Des sites d’intérêt et d’informations sur la maladie de Ménière sont consultables sur internet :

  • Amadys : AMADYS-LFCD est une association d’intérêt général, sans but lucratif de malades souffrant de dystonies ou de spasme hémifacial. Son but principal est de regrouper les adhérents malades dans un climat d’amitié,vaincre leur isolement, les informer par un bulletin de la vie de l’Association et des nouvelles thérapeutiques de traitement. 
  • L’Association France acouphènes (Revue, dossiers, conférences, témoignages et groupes de parole).
  • Orphanet, le portail des maladies rares.
Source(s):

Stratégie diagnostique et thérapeutique dans la maladie de Ménière, Société Française d’Oto-Rhino-Laryngologie et de Chirurgie de la Face et du Cou

La maladie de Ménière, service d'ORL du CHU de Caen

Maladie de Ménière, orl-chirurgie.fr