Sommaire

Forte baisse du nombre de médecins en Ile-de-France

Forte baisse du nombre de médecins en Ile-de-France© Istock

Riche en médecins par rapport à la moyenne nationale, l’Ile-de-France devrait perdre son avantage au cours des prochaines années. En cause : une population qui croit mais un nombre de praticiens qui baisserait de 20%. Ils sont 60 000 actuellement, mais ne pourraient être plus que 37 000 en 2030, selon les projections de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees). La médecine générale est particulièrement touchée : entre 2007 et 2016, la région francilienne a déjà perdu 18,7 % de ses médecins généralistes libéraux en activité. Densité actuelle : 512 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 299 médecins pour 100 000 habitants A noter : Cette baisse importante s’inscrit dans un mouvement global. Le nombre total de médecins en France devrait baisser de près de 10% au cours des dix prochaines années.

Dégringolade en Languedoc-Roussillon

La chute du nombre de médecins par habitant en Languedoc-Roussillon d’ici vingt ans devrait être spectaculaire : - 30% selon les estimations, une des situations les plus inquiétantes de l’Hexagone. Explication : l’effectif médical réel changerait peu mais le nombre d’habitants augmenterait fortement. Densité actuelle : 463 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 248 médecins pour 100 000 habitants A noter : L’évolution des besoins médicaux dans les années à venir devrait aggraver cette tendance, selon la Drees. La population française va en effet vieillir et la demande de soins s’accroître.

La Corse, futur désert médical

La Corse, futur désert médical© Istock

La Corse pourrait se transformer en désert médical d’ici 2030. Selon les projections de la Drees, elle deviendrait la région la moins bien lotie de France métropolitaine. L’île de Beauté compte à l’heure actuelle quelques 1300 médecins. En 2030, ils ne seront plus que 670. Densité actuelle : 396 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 212 médecins pour 100 000 habitants A noter : Partout en France, le mode d’exercice des médecins devrait évoluer. Ils choisiraient de plus en plus de travailler en hôpital. La part des praticiens libéraux en cabinet chuterait donc, aussi bien chez les généralistes que chez les spécialistes.

Le Centre, zone médicale sinistrée

Le Centre, zone médicale sinistrée© Istock

La région Centre souffre déjà d’un déficit de médecins par rapport à la moyenne nationale. Mais cet écart se creuserait encore au cours des vingt ans à venir. Le nombre de médecins par habitant devrait chuter de 12 %. En cause : l’action conjuguée d’une légère hausse de la population et d’une baisse du nombre de praticiens. Densité actuelle : 332 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 232 médecins pour 100 000 habitants A noter : L’effectif des médecins de campagne devrait baisser d’un quart d’ici 2030. Ils délaisseraient les milieux ruraux et même les banlieues au profit des grandes agglomérations disposant d’un centre hospitalier universitaire (CHU).

Picardie : toujours moins de médecins

Picardie : toujours moins de médecins© getty

Avec un nombre de médecin par habitant très inférieur à la moyenne française, la Picardie fait aujourd’hui figure de désert médical. Et la baisse supplémentaire de 3 % d’ici 2030 ne va pas arranger les choses. Densité actuelle : 238,5 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 248 médecins pour 100 000 habitants A noter : Les transformations du paysage médical français ne toucheront pas toutes les spécialités de la même manière. La médecine du travail pourrait perdre la grande majorité de ses effectifs d’ici 2030. Autres secteurs très touchés : la rééducation, l’ophtalmologie, la rhumatologie et la dermatologie.

Situation de crise dans les D.O.M.

Situation de crise dans les D.O.M.© Istock

Au tableau des déserts médicaux français, les Antilles et la Guyane figurent tout en haut du classement, suivies de près par la Réunion. Et la situation dans les départements d’outre-mer risque d’empirer. La raison : la forte hausse de la population devrait dépasser de loin l’arrivée de médecins. Densité actuelle : 201 (Antilles-Guyane) et 257 (Réunion) médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 196 (Antilles-Guyane) et 249 (Réunion) médecins pour 100 000 habitants A noter : Si le nombre total de praticiens baissera d’ici 2030, certaines spécialités devraient garder la tête hors de l’eau. La neurologie et la santé publique augmenteraient leur contingent, comme la chirurgie, l’endocrinologie et la pédiatrie.

Poitou-Charentes, la plus forte hausse

Poitou-Charentes, la plus forte hausse© getty

Le Poitou-Charentes pourrait s’enorgueillir de la plus importante hausse du nombre de médecins d’ici 2030. De 5 000, leur nombre passerait à 6 300. Le Poitou-Charentes se placerait ainsi parmi les régions les mieux loties de l’Hexagone. Densité actuelle : 286 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 336 médecins pour 100 000 habitants A noter : Les médecins français vont rajeunir sur l’ensemble du territoire. La raison : des départs massifs en retraite. Dès 2012, l’âge moyen doit baisser pour atteindre à peine 45 ans en 2030. La tranche majoritaire deviendra celle des 35-39 ans.

L’Auvergne mieux classée que l’Ile-de-France

L’Auvergne mieux classée que l’Ile-de-France© Istock

Bon point pour l’Auvergne. Actuellement sous la moyenne nationale de la densité médicale, la région deviendrait bonne élève d’ici 2030. Avec un nombre de praticien par habitant supérieur à l’Ile-de-France. En cause : une augmentation du contingent de médecins et un léger recul de la population. Densité actuelle : 295 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 325 médecins pour 100 000 habitants A noter : La profession de médecin se féminise. A l’heure actuelle, environ 40 % des praticiens sont des femmes. Dans vingt ans, elles devraient être majoritaires.

Retour à la normale en Bretagne

Retour à la normale en Bretagne© getty

Autre région qui peut se réjouir : la Bretagne. Son retard en terme de médecin par habitant devrait se résorber dans les années à venir. Le nombre de praticiens augmenterait d’un quart d’ici vingt ans. Densité actuelle : 298 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 333 médecins pour 100 000 habitants A noter : Les projections de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees) se basent sur le maintien des tendances actuelles. Elles proposent aussi des variantes, dans le cas où le gouvernement modifierait certains paramètres. Exemple : une diminution du nombre de places en faculté entraînerait une baisse encore plus importante du nombre de médecins dès 2020.

La Franche-Comté en bonne position

La Franche-Comté en bonne position© Istock

Bonne nouvelle pour les Franc-Comtois : leur région devrait compter de plus en plus de praticiens. Elle passerait ainsi bien au-dessus de la moyenne nationale en terme de densité médicale. Densité actuelle : 298 médecins pour 100 000 habitants Densité en 2030 : 334 médecins pour 100 000 habitants A noter : Le ministère de la Santé a inscrit la question des déserts médicaux à son projet de loi Hôpital, patients, santé et territoires. Son but : "Contribuer à réduire les inégalités territoriales en santé". Mais, à cause de la durée des études de médecine et du renouvellement des générations notamment, ces décisions ne peuvent porter leurs fruits que dans dix ou quinze ans.

Le point sur les autres régions - 1ere partie

Le point sur les autres régions - 1ere partie© Istock

- Alsace : 322 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 280 en 2030 - Aquitaine : 332 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 339 en 2030 - Basse-Normandie : 272 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 309 en 2030 - Bourgogne : 269 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 252 en 2030 - Champagne-Ardenne : 262 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 297 en 2030 - Haute-Normandie : 251 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 266 en 2030 - Limousin : 332 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 327 en 2030

Le point sur les autres régions - 2e partie

Le point sur les autres régions - 2e partie© Istock

- Lorraine : 290 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 322 en 2030 - Midi-Pyrénées : 331 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 272 en 2030 - Nord-Pas-de-Calais : 286 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 287 en 2030 - Pays-de-la-Loire : 272 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 287 en 2030 - Provence-Alpes-Côte-d’Azur : 364 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 298 en 2030 - Rhône-Alpes : 321 médecins pour 100 000 habitants actuellement, 307 en 2030

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Vidéo : Punaises de lit : l'hôpital de Timone à Marseille encore touché

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.