Cancer du sein : l'infertilité, un facteur de risque ?

Selon une étude américaine parue dans la revue Human Reproduction, les femmes ayant dû attendre plus de douze mois pour tomber enceinte auraient un risque de cancer du sein accru. Un risque qui selon les chercheurs serait supérieur de… 18%.
Cancer du sein : l'infertilité, un facteur de risque ?Adobe Stock

Le cancer du sein est le premier cancer féminin en France, c’est-à-dire le plus fréquent. Il touche majoritairement les femmes de plus de 50 ans. Mais selon les résultats d’une étude américaine menée aux Etats-Unis à la faculté de médecine de l’Université de Stanford (Californie), l’origine de la maladie pourrait être liée à un facteur ancré dans la vie des femmes bien en amont de la cinquantaine. Selon les scientifiques, des difficultés à avoir des enfants augmenteraient le risque de développer un cancer mammaire de manière significative, sachant qu’une femme est considérée comme ayant eu des problèmes de fertilité, dès lors qu’elle n’est pas tombée enceinte après douze mois d’essai.

64 345 femmes infertiles ont été étudiées

Le Dr Gaythree Murugappan, spécialiste en endocrinologie de la reproduction et ses confrères ont passé au crible les données de 64 345 femmes diagnostiquées « infertiles ». Ils les ont comparées à 3 128 345 autres cobayes féminins ne présentant cette fois aucun soucis de fertilité. Un travail de longue haleine qui a pris quatre ans.

Un risque de cancer du sein accru de 18%

Résultat ? Leur enquête leur a permis de conclure à un risque de cancer du sein augmenté de 18% chez les femmes « infertiles » comparativement au groupe des femmes n’ayant aucun problème à tomber enceinte. Mais les scientifiques ont aussi fait une autre découverte. Le fait d’accoucher pourrait avoir un rôle protecteur anti cancer. Le risque de tumeur évalué à 1 sur 56 chez les personnes infertiles tomberait alors à 1 sur 86.

Les problèmes de fertilité associés à d’autres tumeurs

Enfin l’étude a permis d’aller plus loin dans la connaissance des cancers favorisés par l’infertilité. On savait déjà que les femmes ayant eu des difficultés à avoir des enfants étaient plus exposées aux tumeurs associées aux hormones, notamment celles des ovaires ou de l’utérus. On sait désormais grâce à cette étude américaine, que des problèmes de fertilité seraient également facteurs de cancers non hormonaux, poumons, foie, vésicule biliaire ou encore, leucémie.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Vidéo : Cancer du sein : le nombre de grossesses responsable ?