Cancer du poumon : symptômes, traitements, chance de survie, prévention

Le cancer du poumon est l’un des cancers les plus fréquents en France. La majorité des tumeurs cancéreuses bronchiques sont liées au tabagisme chronique. Les femmes, jusqu’alors moins touchées que les hommes, voient l’incidence du cancer du poumon augmenter dans leur population, en raison de l’accroissement du tabagisme féminin au cours des dernières décennies. Quels sont les symptômes de ce cancer, ses traitements, ses chances de survie ?

Définition

Le cancer du poumon correspond au développement anarchique de cellules anormales au niveau des bronches. Il apparait généralement vers 50 ou 60 ans, mais le tabagisme chronique étant son principal facteur de risque, il peut se développer plus tôt dans la vie si le tabagisme a démarré très tôt dans la vie. Le tabac est responsable de près de 85% des cancers du poumon.

Il s’agit de l’un des cancers les plus meurtriers, en raison de sa capacité à métastaser par voie sanguine, compte-tenu de l’importance de la vascularisation pulmonaire. Plus son diagnostic est tardif, plus son pronostic est sombre.

Il existe principalement  2 types de cancer du poumon.

Le cancer du poumon à petites cellules

Ce type de cancer pulmonaire représente environ 20% des cas. C’est un cancer à progression rapide et son pronostic est sombre. Il peut répondre à la chimiothérapie ou à la radiothérapie.

Illustration : carcinome du poumon à petites cellules vu au microscope 

Illustration : carcinome du poumon à petites cellules vu au microscope© Creative Commons

Crédit : L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : KGH (étant donné la revendication de droit d’auteur) © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Le cancer du poumon non à petites cellules

Ce cancer bronchique représente environ 80% des cas. Il se développe plus lentement que le cancer à petites cellules et répond assez bien aux traitements. Il en existe plusieurs types :

  • L’adénocarcinome.
  • Le carcinome épidermoïde.
  • Le carcinome à grandes cellules indifférenciées.
  • D’autres formes très rares existent également.

Chiffres

Le cancer du poumon touche chaque année près de 40 000 personnes, et  80 à 90 % des cas sont liés au tabac. Le cancer bronchique est la première cause de décès par cancer.

Le cancer du poumon occupe le 2e rang parmi les cancers chez les hommes, derrière le cancer de la prostate, et le 3e rang chez les femmes, derrière le cancer du sein et le cancer colorectal.

Le tabac est  le principal facteur de risque du cancer bronchique. Il est responsable de 8 cas sur 10.

Alors qu'on note une diminution de ce cancer chez les hommes, le cancer bronchique est en progression constante chez les femmes depuis 1980, en raison de l’augmentation du tabagisme féminin.

Le nombre de cancers du poumon chez les sujets de plus de 70 ans est aussi en augmentation, et compte tenu de l’augmentation de l’espérance de vie, des traitements intensifs peuvent être proposés à ces sujets.

Le tabagisme est un fléau pour les jeunes et les femmes, qui ont vu leur consommation augmenter. Les campagnes de lutte contre le tabagisme doivent s’intensifier et s’adresser très fortement à ces populations.

Photo : scanner d'une tumeur cancéreuse dans le lobe supérieur du poumon gauche

 Photo : scanner d'une tumeur cancéreuse dans le lobe supérieur du poumon gauche© Creative Commons

Crédit : Lange123 © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0/

Symptômes

Au début de son évolution, le cancer bronchique ne provoque aucun symptôme. De plus, comme il survient souvent chez le fumeur, certains symptômes, comme une toux, sont déjà présents. Leur aggravation ou leur modification doit alerter. Les principaux symptômes du cancer bronchique sont :

  • Une toux qui persiste ou s’aggrave ;
  • Une douleur thoracique, persistante qui s’accentue à la toux ou à l’inspiration profonde ;
  • L’apparition d’une respiration sifflante ;
  • L’apparition d’un essoufflement, d’abord à l’effort, puis au repos ;
  • La présence de crachats sanglants ;
  • Une voix enrouée persistant plus de 3 semaines ;
  • Des bronchites ou pneumonies à répétition ;
  • Une perte de poids et d’appétit ;
  • Une fatigue chronique ;
  • Des maux de tête, des douleurs osseuses

Causes           

Les principales causes du cancer bronchique sont :

  • Le tabagisme : ce lien causal a été établi avec certitude dans les années 60. Le cancer du poumon est en déclin chez les hommes en raison de la réduction du tabagisme, mais a augmenté chez les femmes. Il tend aujourd’hui à se stabiliser.
  • L’exposition à la fumée secondaire.
  • L’exposition à des particules cancérogènes aériennes, comme celles provenant de l’amiante, de l’arsenic, du radon ou des polluants de l’air. 

Photo : le lien entre tabagisme et cancer pulmonaire est démontré depuis les années 60

Photo : le lien entre tabagisme et cancer pulmonaire est démontré depuis les années 60© Fotolia

Facteurs de risques  

Les principaux facteurs de risque du cancer du poumon sont :

  • Fumer la cigarette : le risque dépend de l’âge d’entrée dans le tabagisme, du nombre d’années et de la quantité de cigarettes consommées par jour.
  • Fumer la pipe ou le cigare : le risque existe mais est moins important qu’avec la cigarette, car la consommation de cigare ou de pipe est souvent moindre.
  • L’exposition au tabagisme passif.
  • lLexposition professionnelle à des produits cancérogènes comme l’amiante, le radon, le chrome, ou les vapeurs de fours à gaz.
  • Consommer de faibles quantités de fruits et de légumes.

Personnes à risque

Les sujets à risque de développer un cancer du poumon sont :

  • Les tabagiques chroniques.
  • Les sujets exposés professionnellement.
  • Les sujets exposés quotidiennement au tabagisme passif.
  • Les fumeurs ayant une prédisposition génétique au cancer, qui développe un cancer alors que le tabagisme est modéré.
  • Les sujets atteints de maladie pulmonaire chronique, comme la sclérodermie, ou la fibrose (séquelle d’une pneumonie ou de la tuberculose).

Durée

Plutôt que de durée on parlera de pronostic et taux de survie (cf plus bas).

Qui, quand consulter ?

En cas d’apparition ou d’aggravation de symptômes pulmonaires, surtout chez le fumeur, une consultation chez le médecin généraliste s’impose. Celui-ci procèdera à un examen clinique (à partir des symptômes) complet et programmera une radiographie pulmonaire et un bilan sanguin. Le sujet sera ensuite adressé à un pneumologue qui élargira le bilan pour établir un diagnostic de certitude et réaliser un bilan d’extension. En cas de cancer avéré, le patient sera ensuite adressé dans un service de cancérologie.          

Examens et analyses

Les examens complémentaires ont pour objectif d’établir un diagnostic de certitude, de réaliser le bilan d’extension du cancer et d’évaluer l’état général du patient, pour choisir un traitement efficace et bien toléré.

Ces examens sont :

  • Une radiographie pulmonaire, examen de première intention qui permet de visualiser une ou plusieurs opacités pulmonaires.
  • La fibroscopie bronchique, examen de référence pour un diagnostic de certitude.
  • La biopsie : généralement réalisée au cours d'une fibroscopie bronchique. Lorsque la biopsie par fibroscopie est impossible, il est possible, sous anesthésie locale, de prélever des tissus, du liquide pleural ou des ganglions, pour une analyse histologique (qui a rapport à la structure des tissus vivants).
  • Le scanner thoraco-abdomino-pelvien, pour réaliser le bilan d’extension.
  • La spirométrie pour évalue la fonction respiratoire.
  • Un bilan cardiaque pour estimer le risque cardiovasculaire.
  • Un bilan biologique pour évaluer l’état général du patient.

Photo : cancer bronchique à petites cellules (à droite) par radiographie

Photo : cancer bronchique à petites cellules (à droite) par radiographie© Creative Commons

Crédit : melvil — Travail personnel © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by-sa/4.0

Comment se déroule la fibroscopie bronchique ?

La fibroscopie est l’examen de référence pour visualiser et biopsier une tumeur bronchique. Une petite caméra est introduite dans les bronches via la trachée, par une narine, et permet de voir l’état de la paroi bronchique. Les cellules sont prélevées par biopsie, lavage ou brossage.

Cet examen dure une vingtaine de minutes et est réalisée sous anesthésie locale. Il n’est normalement pas douloureux, mais peut être très inconfortable. Il ne génère pas d’effets secondaires sauf quelques petits crachats de sang transitoires et peu abondants.

Les biopsies ne doivent être réalisées lors de cet examen si le sujet est sous traitement anti-coagulant en raison du risque hémorragique pulmonaire.

La fibroscopie bronchique permet le diagnostic de la plupart des cancers bronchiques mais sa normalité n’exclut pas forcément un cancer, si la tumeur n’est pas accessible au fibroscope.

Pronostic

Le pronostic du cancer du poumon est sombre avec une survie à 5 ans globalement proche de 15%, tous stades confondus et à 9% à 10 ans. L’évolution et le pronostic sont liés au type et au stade de la tumeur.

  • Chez les hommes, la survie à 5 ans est de 13% et de 9 % à 10 ans.
  • Chez les femmes la survie à 5 ans est de 17 % et de 12 % à 10 ans.

Le cancer du poumon est le cancer le plus meurtrier, avec le cancer du pancréas. La réponse initiale au traitement peut être satisfaisante, mais les rechutes sont fréquentes.                                                  

Traitements

Le traitement du cancer du poumon peut passer par plusieurs techniques. Le choix du traitement dépend de la taille de la tumeur, de son stade, de son extension, de l’âge et de l’état général du patient.

Le choix du traitement a lieu au cours de réunions de concertations pluridisciplinaires réunissant un chirurgien thoracique, un cancérologue, un radiothérapeute et tout autre professionnel de santé dont l’expertise pourrait apporter un bénéfice au patient.

Le traitement est ensuite discuté avec la personne atteinte du cancer.

Quel est le traitement du cancer à petites cellules ?

La chirurgie n’est pas le traitement de choix des cancers bronchiques à petites cellules. La radiothérapie et la chimiothérapie sont souvent associées pour réduire la taille de la tumeur et éviter les métastases. Ces cancers répondent bien à la chimiothérapie. Cependant, les rechutes sont fréquentes. La radiothérapie peut être employée pour le traitement des métastases.

Photo : femme recevant une chimiothérapie, portant un système de refroidissement pour protéger ses ongles

Photo : femme recevant une chimiothérapie, portant un système de refroidissement pour protéger ses ongles© Creative Commons

Crédit : Jenny Mealing — Cold mits and wine coolers! © CC - Licence : https://creativecommons.org/licenses/by/2.0/

Quel est le traitement du cancer non à petites cellules ?

  • La chirurgie peut représenter le traitement de choix du cancer bronchique à petites cellules, lorsque la tumeur est localisée. Le chirurgien peut réaliser une tumorectomie (intervention consistant à enlever la partie où la tumeur est localisée), une segmentectomie (ablation d'un segment du poumon), une lobectomie (ablation d’une partie du poumon) ou une pneumonectomie totale (excision du poumon). Quelques jours en soins intensifs sont nécessaires après l’intervention et une rééducation respiratoire de plusieurs mois est recommandée.
  • On peut associer la radiothérapie et /ou la chimiothérapie à la chirurgie pour limiter le risque de récidive.
  • Des traitements par immunothérapie donnent des résultats très prometteurs sur les cancers bronchiques non à petites cellules, métastasés ou non.

Comment se faire soigner immunothérapie ?

Réponse du docteur Béguier, radiothérapeute :

"Même si une faible proportion de patients à accès à l’immunothérapie à l’heure actuelle, ces traitements constituent l’avenir des cancérologues tant leurs résultats sont  prometteurs."

Dans quels cas a-t-on accès à des soins palliatifs ?

Dans les cas où le diagnostic de cancer bronchique est fait à un stade très avancé, les effets secondaires des traitements risquent d’être plus importants que les bénéfices attendus. Des soins palliatifs sont alors proposés (chimiothérapie, radiothérapie, soins de confort…).

Quel est le suivi ?

La surveillance doit être régulière et rapprochée, sans oublier le traitement de la douleur, le soutien psychologique et social, et surtout le sevrage tabagique.

Prévention

Les mesures préventives pour lutter contre le développement d’un cancer du poumon passe évidemment d’abord par le sevrage tabagique. Mais d’autres mesures préventives permettent de lutter le risque.

Les principales mesures préventives contre le cancer du poumon sont :

  • Le sevrage tabagique définitif : cinq ans après avoir cessé de fumer, le risque de cancer du poumon diminue de moitié. Quinze ans après l’arrêt complet du tabac, le risque rejoint celui des personnes qui n’ont jamais fumé. Le meilleur moyen d'éviter cette maladie est de ne jamais commencer à fumer.
  • Eviter le tabagisme passif.
  • Eviter l’exposition professionnelle aux substances cancérogènes.
  • Avoir une alimentation saine.
  • Avoir une activité physique régulière.
  • Eviter l’exposition à l’amiante et au radon, notamment à son domicile.

Comment se faire dépister du cancer du poumon ?

Le cancer du poumon ne bénéficie pas encore d’un dépistage organisé, notamment chez les fumeurs. De nombreuses études sont en cours pour évaluer l’intérêt de la mise en place d’un dépistage de masse, en évaluant le rapport coût/efficacité. Quoiqu’il en soit, des symptômes bronchiques chez le fumeur doivent absolument inciter à un bilan pulmonaire complet.

Sites d’informations et associations

Des sites d’intérêt et d’informations sur le cancer du poumon et son dépistage sont disponibles sur internet. Il s’agit de :

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.