Un test génétique sanguin permettrait de détecter les personnes qui seraient plus à risque de lutter contre le syndrome de Lynch, la forme la plus fréquente du cancer du colorectal héréditaire. Cet outil a été développé et validé par une équipe internationale de chercheurs, les résultats sont publiés depuis le 3 décembre 2018 dans la revue médicale Genetics in Medecine. Le syndrome de Lynch est une affection génétique que l'on soupçonne chez les personnes atteintes d'un cancer colorectal avant 50 ans (avec un risque cumulé à 70 ans de 70 à 80%), ou s'il y a des antécédents de cancer colorectal dans la famille. Ce syndrome provoque la formation de multiples polypes dans le côlon, et peut être responsable de l'apparition d'autres cancers que celui du côlon, comme le cancer de l'endomètre, des ovaires, de l'estomac ou des voies urinaires.

Une démarche qui prolongerait la vie des patients

Pour le professeur d’oncologie à l'Université de l'Alberta (Canada) Sean Tavtigian, qui a dirigé cette étude novatrice, il était important et fondamentale "d’identifier correctement les changements génétiques responsables d’une maladie dans les soins cliniques. Cette démarche pourrait prolonger la vie des patients, réduire l'anxiété face au risque de maladie et utiliser l'argent des soins de santé de façon plus efficace", estime l’auteur de l’étude. La rapidité et la précision de ce test appelé CIMRA (Cell-free in vitro MMR Activity) permet à 97% d’améliorer la classification des variations génétiques.

Cancer du côlon : des pratiques dangereuses

Le cancer du côlon est le cancer digestif le plus fréquemment diagnostiqué. Des symptômes annonciateurs existent, mais il peut s'écouler un temps assez long (environ 10 ans) entre les premiers symptômes et le diagnostic de cancer. Ce temps de latence correspond au temps de développement de la tumeur.

Voici certains symptômes du cancer du côlon :

  • douleurs abdominales ;
  • saignements dans les selles ;
  • constipation ou diarrhée ;
  • perte d'appétit ;
  • présence d'une masse au niveau de l'abdomen ou du rectum ;
  • anémie ;
  • perte de poids ;
  • troubles digestifs : nausées, vomissements, ballonnements, gaz importants ;
  • occlusion intestinale.

Pour s’en prémunir le plus possible, il est important de connaître les différentes pratiques et habitudes susceptibles d’augmenter les risques de sa survenue. Le manque d’activité physique et la sédentarité représentent l’un des principaux facteurs de risque du cancer colorectal. Il est donc fortement conseillé de bouger, d’adopter une alimentation saine et équilibrée quotidiennement afin de favoriser le transit intestinal et d’éviter la prolifération bactérienne au sein du côlon.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

A functional assay–based procedure to classify mismatch repair gene variants in Lynch syndrome, Genetics in Medecine, 3 decembre 2018.

Vidéo : Cancer du côlon héréditaire : un test pour mieux le prendre en charge

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.