Elle pensait qu’il s’agissait d’un simple mal de ventre. Pourtant, en décembre 2021, Rebecca Atton apprend qu’elle souffre en fait d’un cancer de l’intestin de stade 4. "Lorsqu’on m’a diagnostiqué le cancer, j’étais pourtant en pleine forme et en bonne santé", confie-t-elle auprès du site britannique Mail Online. "Je n’avais aucun symptôme à l'exception d'un mal de ventre, ce qui était inhabituel pour moi. J’ai donc cherché un traitement auprès de mon médecin généraliste, et c’est à ce moment-là que j’ai appris ma maladie."

Depuis l’annonce de son cancer, la jeune mère célibataire en est à son sixième traitement ciblé. Toutefois, les chimiothérapies se sont avérées inefficaces. "Je me sens dévastée à l’idée de laisser ma fille de 10 ans derrière moi."

Des traitements inefficaces et un cancer qui se propage

Alors que jusqu’à présent, les traitements qui lui ont été administrés n’ont pas prouvé leur efficacité, Rebecca Atton révèle dans une vidéo YouTube que son cancer s’aggrave de jour en jour. En effet, celui-ci s'est maintenant propagé à la muqueuse de son estomac. Par ailleurs, les tumeurs situées au niveau de son foie augmentent considérablement. "Mon cancer est en mouvement. Les tumeurs de mon foie, qui provenaient de mon intestin, ont augmenté et le cancer s'est également propagé à la muqueuse de mon estomac."

"Même maintenant, mes amis n'arrivent pas à croire mon diagnostic, ma peau est belle, je n'ai pas perdu mes cheveux, j'allais régulièrement au gymnase, j'ai arrêté de fumer avant d'avoir 40 ans", indique-t-elle. "Soyons clairs, j'ai moins de 10 % de chances de vivre plus de cinq ans", livre-t-elle auprès de Mail Online. "C’est pour cette raison que j’ai ouvert une cagnotte afin de collecter des fonds et payer des thérapies alternatives. Je suis pleinement consciente que le traitement ne me guérira pas. Cependant, cela pourrait prolonger un peu ma vie."

Cancer de l’intestin : un dépistage organisé à partir de 50 ans

Après l’annonce de son cancer de l’intestin, la jeune femme décide de sensibiliser les plus jeunes au dépistage du cancer de l’intestin. En Angleterre, selon la National Health Service (NHS), le système de santé britannique, celui-ci est proposé aux personnes de plus de 60 ans. En France, le dépistage est instauré pour les personnes âgées de 50 à 74 ans, qu’ils soient un homme ou une femme. En effet, à cet âge, ils reçoivent une invitation à participer au test.

Pour le réaliser, le médecin traitant fournit des plaquettes d’hémoccult. Les personnes concernées doivent ensuite déposer un échantillon de selles sur un carton qui est ensuite envoyé au laboratoire.

  • Si le résultat est négatif, c’est-à-dire qu’aucune trace de sang n’est détectée dans les selles, le test devra être renouvelé deux ans plus tard.
  • Si du sang est détecté dans les selles, le patient médecin traitant et le patient reçoivent un courrier les incitant à faire pratiquer une coloscopie. De nombreux polypes et tumeurs coliques de petite taille ont pu être ainsi dépistés et traités avant qu’elles n’arrivent au stade de cancer invasif.

Cancer de l’intestin : quels sont les symptômes ?

Pour rappel, on parle de cancer de l'intestin lorsqu'une tumeur se manifeste dans le gros intestin. En fonction de l'emplacement exact de celui-ci, il peut également être appelé cancer du côlon ou du rectum.

Le cancer de l'intestin, qui fait partie des cancers colorectaux, reste longtemps silencieux. C'est pourquoi il est important de connaître les signes qui apparaissent lorsqu'une tumeur cancéreuse se développe au niveau de la muqueuse intestinale.

La présence de sang dans les selles est un des symptômes les plus courants

L'intestin est la partie de votre système digestif qui a pour rôle de décomposer les aliments. En raison de l'emplacement de cet organe, les symptômes peuvent être perceptibles lorsque vous vous rendez à la selle. La présence de sang dans les selles constitue un des principaux symptômes. Ce dernier apparaît dans 90 % des cas de cancer de l'intestin. Rassurez-vous toutefois, ce symptôme peut aussi révéler des hémorroïdes.

Parmi les premiers symptômes des cancers intestinaux, on retrouve aussi les diarrhées et la constipation, voire les deux en alternance. "S'ils apparaissent brutalement et persistent dans le temps, sans aucune cause apparente, cela nécessite de consulter", nous prévenait le Dr Olivier Marty, gastro-entérologue, auprès de Medisite. "La tumeur en se développant peut obstruer le côlon, créant soit un phénomène irritatif (diarrhée), soit/et un phénomène de retenue (constipation)."

Par ailleurs, selon le NHS, certains signaux devraient également vous avertir s'ils persistent pendant plus de trois semaines. Parmi eux :

  • Les changements dans les habitudes intestinales ;
  • Les maux de ventre ;
  • La constipation ;
  • Les ballonnements après le repas ;
  • Une perte de poids inexpliquée.

Si ces symptômes s'éternisent, consultez immédiatement un professionnel de santé.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.dailymail.co.uk/femail/article-11370383/41-year-old-mother-seeking-treatment-four-weeks-daughter.html

https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Se-faire-depister/Depistage-du-cancer-colorectal

https://www.express.co.uk/life-style/health/1583581/bowel-cancer-symptoms-hematochezia-rectal-bleeding-sign

Merci au Dr Olivier Marty, gastro-entérologue

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.