Cerveau : 5 viandes qui sont de bons carburants

De nombreuses études scientifiques se sont intéressées au rôle de notre alimentation sur la santé du cerveau et sur la prévention de maladies comme la démence. Max Lugavere, un journaliste scientifique américain, s'est penché sur la question alors que sa maman a reçu un diagnostic de maladie d'Alzheimer. Ce dernier a passé près de 10 années à étudier l'impact de la nutrition pour prévenir certaines maladies du cerveau.

"Je me suis intéressé aux dernières recherches sur la nutrition et la santé cardiovasculaire, espérant y trouver des informations sur l'entretien du réseau des minuscules vaisseaux sanguins qui alimentent le cerveau en oxygène et en nutriments, explique Max Lugavre au sein de son livre La nutrition du cerveau, qu'il a écrit aux côtés du Dr Paul Grewal (éd. Thierry Souccar). J'ai découvert que les bactéries présentent dans nos intestins veillent en silence sur notre cerveau et que notre régime alimentaire moderne les condamnent littéralement à l'inanition".

Cerveau : misez sur le régime méditerranéen

"Au fur et à mesure que j'explorais le lien entre la nourriture et les risques de contracter des maladies telles qu'Alzheimer, je ne pouvais m'empêcher d'intégrer mes découvertes dans mon mode de vie, raconte le journaliste. J'ai constaté une amélioration pratiquement immédiate de mon niveau d'énergie qui ne faiblissait plus de la journée. Mes pensées semblaient plus fluides et mon humeur était généralement meilleure. J'ai également noté que j'avais moins de mal à me concentrer". Si initialement, les recherches de Max Lugavere étaient motivées par l'état de sa maman, il s'est laissé séduire par un régime favorable à la santé cérébrale.

Grâce à ses recherches, Max Lugavere a pu identifier ce qu'il appelle les "superaliments" pour le cerveau. Il va s'agir des aliments, qui de part leurs propriétés, ont le pouvoir de prévenir certaines maladies du cerveau comme la démence et de retarder son vieillissement. On retrouve notamment l'huile d'olive vierge extra dont les composés sont réputés pour stimuler le mécanisme d'autoréparation du corps. "L'huile d'olive est un aliment de base du régime méditerranéen dont les adeptes souffrent moins que les autres de la maladie d'Alzheimer", souligne le journaliste.

Ce dernier cite aussi l'avocat, les myrtilles, le chocolat, les œufs, les légumes verts foncés, le brocoli, le saumon sauvage ou encore les amandes. Leur point commun ? Ils sont sources de vitamines, d'oméga-3 et font pour la plupart partie intégrante du régime méditerranéen.

Amateurs de viandes, vous pouvez aussi vous régaler en prenant soin de votre cerveau. On passe en revue en images les viandes protectrices.

Le boeuf nourri à l'herbe

1/5
Cerveau : 5 viandes qui sont de bons carburants

"Orientez-vous vers du bœuf élevé de façon éthique en pâturage et 100 % nourri à l'herbe issu de préférence des fermes biologiques locales, rapporte Max Lugavere. Ne confondons pas la viande issue de l'élevage industriel avec celle provenant d'animaux sains qui ont pu se nourrir d'herbe". Outre les protéines, le bœuf nourri à l'herbe constitue une source importante de minéraux essentiels comme le fer, le zinc, facilement assimilable par l'organisme. Le bœuf est aussi une bonne source d'oméga-3, de vitamine B12 et de vitamine E. De vrais alliés pour vos fonctions cognitives.

Le porc

2/5
Cerveau : 5 viandes qui sont de bons carburants

La consommation de porc peut être bénéfique pour le cerveau. Selon des chercheurs de l’Université de Leeds, les personnes qui en consomment 50 g par jour réduiraient leurs risques de démence de 19%.

Le blanc de poulet

3/5
Cerveau : 5 viandes qui sont de bons carburants

La Fondation Alzheimer recommande de son côté de privilégier les viandes blanches et la volaille. "Cuisinez-les de préférence à la planche et remplacez le jambon par des blancs de poulets", préconisent leurs experts.

La dinde

4/5
Cerveau : 5 viandes qui sont de bons carburants

La Fondation Alzheimer préconise aussi la dinde en tranches.

Le veau

5/5
Cerveau : 5 viandes qui sont de bons carburants

La consommation de veau pourrait être protectrice pour le cerveau. Selon des chercheurs de l’Université de Leeds, les personnes qui en consomment 50 g par jour réduiraient leurs risques de démence de 19%.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

La nutrition du cerveau, Max Lugavere avec le Dr Paul Grewal, (éd. Thierry Souccar)

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.