Sommaire

C’est l’Obs qui vient de révéler le contenu effarant de cette page Facebook. Derrière "le Divan des médecins", groupe censé favoriser l’entraide entre confrères, se cache en fait un forum immoral ou règnent humiliations, moqueries et commentaires obscènes sur leur patientèle. Plus effroyable encore : on découvre des photos des patients relayés par leurs médecins sur la page Facebook, suivies de commentaires et jeux de mots grossiers et injurieux.

Remarques sexistes, homophobes, moqueries sur les pauvres ou les personnes en surpoids

Créé en 2017, le Divan des médecins avait vocation à réunir plusieurs praticiens afin d’échanger sur leur métier et de partager des conseils pour mieux exercer. "Discussion ouverte à tout médecin francophone, diplômé ou étudiant, peut-on lire sur la présentation de la page Facebook. Tout ce qui se rapporte à la profession a vocation à être discuté dans ce cadre confraternel, bien évidemment dans le respect de chacun, le respect du secret médical et la confidentialité des publications", lit-on sur la présentation.

Mais les choses ont pour le moins dérapé. Sous les publications, les médecins humilient ouvertement leurs patients. Remarques sexistes, homophobes, moqueries sur les pauvres ou les personnes en surpoids… Les commentaires vont bon train et tout le monde y passe visiblement.

Les choses ne vont pas en rester là. L’Ordre des Médecins vient de procéder à une analyse juridique.

Les droits fondamentaux des patients bafoués

"Au-delà de l’aspect abject des propos tenus par des soignants (dont le métier, nous le rappelons est de "prendre soin"), nous soulignerons ici comment ces praticiens ont, en toute impunité, bafoué des droits fondamentaux reconnus par la loi et sont susceptibles d’encourir des sanctions disciplinaires et pénales", clame France Asso Santé (organisation de référence pour représenter les patients et les usagers du système de santé et défendre leurs intérêts).

"Quand les seins tombent comme ça, je refuse de les voir en consultation"

En effet, les membres du groupe ont régulièrement publié des photos de leurs patients, à des fins d’aide au diagnostic. Or, un rapide coup d’œil sur certaines de ces publications ne laisse pourtant aucun doute quant au caractère peu professionnel de la démarche, laisse entendre l’association de patients.

"Quand les seins tombent comme ça, je refuse généralement de les voir en consultation", peut-on lire dans les commentaires d’une photo dévoilant le décolleté d’une patiente.

"Syndrome de la fellation vigoureuse ?", plaisante un autre médecin, membre du groupe, sous une publication demandant un avis pour le cas d’un enfant de 7 ans, partiellement reconnaissable sur la photo, et atteint d’une mini-hémorragie sur son palais.

"Elle a des seins partout", écrit un autre en commentaire sous un cliché d’une patiente en surpoids.

"Bon ben là… pas très sexy je reconnais, partage un médecin. On me demande de vérifier si une phlébite ne se cache pas entre les plis ! Heureusement, j’avais un peu d’avance en consultation". "Voilà pourquoi on parle de vocation", ose rétorquer un de ces confrères.

Les exemples sont encore nombreux. "De multiples atteintes aux droits des patients et à leur dignité, ainsi que des violations caractérisées du secret professionnel, de la vie privée", s’insurge France Asso Santé.

Des photos et IRM volées à l’insu des patients

Des photos et IRM volées à l’insu des patients

"Hormis les moqueries et dénigrements en règle qui accompagnent celles-ci, c’est bien la confidentialité, le secret médical et le respect de la vie privée qui sont littéralement piétinées, rappelle l’association. Ici des visages parfaitement reconnaissables, là des clichés IRM mal anonymisés permettent d’identifier sans difficulté les patients concernés".

Or, à partir de l’instant où une publication permet d’identifier une personne, il faut que l’accord de cette dernière soit obtenu pour pouvoir partager le contenu. Sans quoi l’auteur s’expose à des sanctions.

Les photos partagées sur le Divan des Médecins ont été faites sans aucune information préalable, ni recueil du consentement. L’association parle de photos volées à l’insu du patient ou de tromperie sur l’utilisation qui en a été faite.

Les médecins risquent la radiation

Comme le révèle France Assos Santé, les praticiens ayant participé aux moqueries encourent des sanctions disciplinaires et pénales. En effet, leurs agissements relèvent du code pénal.

"La révélation d’une information à caractère secret par une personne qui en est dépositaire, est punie d’un an d’emprisonnement et de 15 000 euros d’amende", rappelle l’association.

En outre, il s’agit également d’une violation du Code de déontologie médicale, dans lequel on peut lire que "le médecin doit protéger contre toute indiscrétion les documents médicaux, concernant les personnes qu’il a soignées ou examinées, quel que soit le contenu et le support de ces documents". Les médecins en cause risquent potentiellement la radiation. Et l’association n’en attend pas moins.

"France Assos Santé sera très attentive aux suites de cette affaire, notamment à la réaction du Conseil national de l’Ordre des médecins. Nous attendons des sanctions à la hauteur des outrages et préjudices subis par les patients", déclare France Asso Santé.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

"Quand les seins tombent, je refuse la consultation". Sur Facebook, des médecins violent leur serment, l'Obs, 5 janvier 2020

Le "divan gate" ou quand des médecins exposent et stigmatisent leurs patients sur les réseaux sociaux, France Asso Santé, 9 janvier 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.