Voisins : arrêtez les conflits, ils triplent votre risque de décès !

Une étude danoise montre que les conflits permanents avec des proches ou des voisins augmentent significativement la mortalité, surtout pour les hommes.
© gradt - Fotolia.comFotolia

Etre en guerre contre un membre de sa famille, un voisin ou un ami proche ne fait pas que de vous soucier. Une étude danoise publiée dans le Journal of epidemiology and community health, menée sur 9875 hommes et femmes, montre que le conflit prolongé double le risque de décès, surtout pour les hommes. Au début de la recherche, les sujets âgés de 36 à 52 ans ont répondu à plusieurs questions dont certaines sur leur relation avec leur environnement social et familial. Après 10 ans, les conclusions étaient claires. "Nous avons effectivement remarqué que les hommes étaient plus vulnérables sur ce plan (soucis avec des proches, ndlr), sans que l'étude ne nous fournisse d'explication, commente le Pr Rikke Lund, auteur de l'étude au Figaro. L'une des hypothèses est que les hommes tendent à avoir des réseaux sociaux plus réduits souvent focalisés sur leur partenaire, alors que les femmes développent des liens plus vastes et plus diversifiés. Ainsi, si la partenaire est source de sérieuses préoccupations ou de sollicitation permanentes, cela place les hommes dans une position plus vulnérable car ils n'ont personne vers qui se tourner pour en parler."

Les conflits avec les voisins encore plus nocifs !

L'étude a analysé les répercussions des différents types de conflits. Ceux avec les amis ou la famille multiplient par 2,5 la mortalité. Ceux avec le voisinage triplent ce risque. "Ils sont heureusement plutôt rares et ne concernent qu'1% des gens (au Danemark)" rassure le Pr Lund. Dans tous les cas, mieux vaut les éviter !

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Santé au quotidien