Prostate, poumon, côlon : les 3 tumeurs les plus fréquentes chez l’homme

Un rapport de l'Institut National du Cancer révèle que les tumeurs les plus fréquentes chez l'homme se trouvent au niveau de la prostate, du poumon et du côlon.

Publicité

© Adobe StockLe cancer est la première cause de mortalité en France. Dans son rapport annuel intitulé "Les cancers en France" publié le 4 juillet 2018, l'Institut National du Cancer (INCa) révèle que les trois tumeurs les plus fréquentes chez l'homme sont localisées au niveau de la prostate, du poumon et du côlon.

Cancer du poumon : première cause de décès chez l'homme

"En 2017, le nombre de nouveaux cas de cancer en France métropolitaine est estimé à 399 626 dont 214 021 hommes et 185 605 femmes" peut-on lire dans le communiquéde l'INCa.

Chez l’homme, les trois tumeurs solides les plus fréquentes sont celles de la prostate avec 48 427 nouveaux cas en 2013, celles du poumon avec 32 260 nouveaux cas et les tumeurs colorectales avec 24 035 nouveaux cas.

Publicité
Publicité

Concernant les taux de mortalité, le cancer du poumon est la première cause de décès par cancer chez l’homme avec 20 815 décès. Le cancer colorectal a, quant à lui, provoqué 9 294 décès et le cancer de la prostate a causé 8 207 décès.

L'INCa précise que le cancer de la prostate et du poumon chez l’homme ont eu une incidence plus élevée dans les départements du nordde la France entre 2008 et 2010.

Comment se faire dépister ?

Cancer de la prostate : Les examens de référence qui permettent de diagnostiquer un cancer de la prostate sont le toucher rectal, le dosage de PSA (protéine synthétisée par la prostate) et la biopsie (prélèvements). Une fois le diagnostic posé, un bilan d’extension doit être réalisé. Ce bilan consiste à réunir un maximum d’informations avant de choisir le traitement approprié.

Cancer du poumon : En cas de signes généraux (fatigue, dysphagie…) ou typiques du cancer du poumon (toux persistante, enrouement chronique, crachats sanguinolents...), il est recommandé de consulter son médecin traitant qui pourra ainsi prendre en compte les symptômes, les facteurs de risque et effectuer un check-up. Chez ces malades potentiels ou les personnes à risque (fumeurs notamment), le dépistage par un spécialiste est une suite à envisager, que ce soit par radiographie thoracique, scanner, fibroscopie avec autofluorescence ou analyse des expectorations.

Cancer du côlon :Le cancer du côlon passe inaperçu dans un premier temps. C’est pourquoi il est très difficile de le détecter à un stade précoce. Dans le cadre du programme national de dépistage organisé du cancer colorectal, toutes les personnes âgées entre 50 et 74 ans sont invitées à effectuer un test de dépistage tous les deux ans. Les médecins remettent aux populations concernées une enveloppe qui contient un mode d’emploi, un formulaire et un dispositif pour prélever les selles. Après avoir rempli le formulaire et lu le mode d’emploi, le patient doit installer la feuille de recueil des selles sur la lunette des toilettes. Après la défécation, il doit ouvrir le tube fourni avec le kit et prélever des selles à l’aide de la tige. Il doit ensuite remettre la tige dans le tube et la visser. Après le test, il suffit de glisser le tube et le formulaire dans la grande enveloppe remise par le médecin, puis de l’envoyer par voie postale.

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X