DMLA : la maladie qui peut vous déclencher des hallucinations

Publié le 26 Octobre 2018 par Bénédicte Demmer, journaliste santé
Une nouvelle étude australienne explique avoir trouvé un mécanisme expliquant pourquoi certaines personnes atteintes de DMLA seraient victimes d'hallucinations. 
Publicité

© Adobe StockUne nouvelle découverte concernant la Dégénérescence maculaire liée à l'âge vient d'être révélée. Publiée dans la revue scientifique Current Biology, le 25 octobre dernier, l'étude pourrait bien avoir découvert pourquoi certaines personnes atteintes de la maladies sont victimes d'hallucinations. Un phénomène qui serait notamment dû à une activité anormale dans le cortex du cerveau responsable de la vision. La DMLA, est une affection oculaire de la partie centrale de la rétine, appelée macula qui entraîne la perte progressive de la vision centrale pouvant aller jusqu'à la cécité. La DMLA peut s’attaquer à un seul œil en premier. Quand les deux yeux sont touchés, ils peuvent l’être à divers degrés.

Publicité
Publicité

Des hallucinations chez des personnes "saines d'esprit"

Selon les chercheurs, de personnes atteintes de DMLA ont rapportée avoir été touchées par le syndrome de Charles Bonnet. Cette maladie, qui porte le nom du biologiste qui l'a découverte en 1760, concerne les personnes dites "saines d'esprit" qui sont victimes d'hallucinations visuelles structurées, souvent associées à une maladie de l'oeil, comme l'explique le Centre d'information, de Recherche et de Consultation sur les Expériences Exceptionnelles (CIRCEE). Pour cette étude, les chercheurs ont réparti plusieurs volontaires en 3 groupes : les premiers atteints de DMLA et d'hallucinations, les autres avec DMLA mais sans hallucination et les derniers sans problèmes de santé.

Une hyperstimulation du cerveau

En étudiant l'activité cérébrale de chaque sujet, les scientifiques ont remarqué une stimulation beaucoup plus haute et vive dans le cortex visuel des personnes atteintes de DMLA et d'hallucinatione qui n'est pas observée chez les autres. "Au cours de notre étude, aucune personne n'a été victime d'hallucination. On en conclut donc que cette hyperstimulation de l'activité cérébrale n'est pas celle qui les déclenche, mais certainement un facteur le favorisant", explique le groupe d'étude. Plusieurs recherches se poursuivent maintenant afin de découvrir le mécanisme exacte déclencheur d'hallucinations visuelles.

La rédaction vous recommande sur Amazon :
Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X