"La vengeance est un plat qui se mange froid", dit-on. Pourtant, si l’on en croit la neuroscience, se venger ne ferait pas de bien à long terme.

"La vengeance semble si attrayante et si gratifiante. Mais alors que planifier la vengeance peut sembler merveilleux, l’après peut être différent, rapporte Geoff Beattie, professeur de psychologie, Université Edge Hill (UK) au sein de The Conversation. L'acte réel peut ne pas être à la hauteur de vos attentes".

En effet, si on a tendance à croire qu’on se sentira mieux lorsque l’on aura fait payer ses actes à notre ennemi ou lorsqu’il souffrira autant qu’on a souffert, il semblerait au contraire que la vengeance ne serait pas bénéfique.

Vengeance : pourquoi certains sont prêts à tout pour se venger

"Durant une étude menée en 2004 publiée dans Science, des chercheurs ont scanné le cerveau de participants alors qu'ils jouaient à un jeu économique centré sur la confiance", introduit le psychologue.

Dans le cadre de ce jeu, deux joueurs masculins ont interagi de manière anonyme : la personne A et la personne B. Chacun a commencé le jeu avec dix unités d'argent. La personne A a pris la première décision. Il pouvait, soit transférer ses dix unités à la personne B, soit les garder pour lui.

S'il transférait l'argent, les chercheurs quadruplaient le montant que la personne B recevait à 40 unités, donc B avait alors 50 unités. La personne B pourrait alors en renvoyer la moitié (25 unités) à A ou ne rien envoyer du tout. Si B agissait de manière digne de confiance et renvoyait la moitié de l'argent, ils se retrouvaient tous les deux avec 25 unités - un gros profit sur les dix avec lesquels ils avaient chacun commencé.

Les scientifiques se sont intéressés aux jugements d'injustice de A lorsque B gardait tout l'argent, ainsi que par leur désir de punir B. Les chercheurs se sont également intéressés à l’activité de certaines régions du cerveau de A alors qu'il cherchait à se venger.

Lorsque la confiance a été trahie de cette façon, les participants ont déclaré qu'ils voulaient se venger, ce qui s'est traduit par une activité accrue dans les régions du cerveau liées à la récompense, qu’on appelle le striatum dorsal. Ils ont également constaté que les participants ayant la plus forte activité dans cette région étaient prêts à engager des dépenses personnelles plus importantes (avec des unités monétaires déduites de leur propre compte) pour se venger.

Certains ont soutenu que la vengeance était une façon pour eux de punir la transgression et de rétablir l'ordre social.

La vengeance laisse un goût "amer"

Or, une autre étude de 2008 a démontré que les personnes qui se sont vengées présentaient souvent un moral plus bas après s'être livrés à un acte de vengeance.

Une autre étude publiée en 2014 a rapporté que les personnes qui se vengent suscitent un mélange d'émotions, loin d’être saines. Si les personnes ont déclaré se sentir satisfait de leur vengeance, elles ont aussi rapporté qu’elle laissait un goût "amer". Cela signifie que la vengeance a en fait la capacité de déclencher des émotions positives et négatives.

Comment faire pour oublier une envie de vengeance ?

Mais comment se remettre d’une injustice ou d’une trahison si la vengeance n’est pas une option ? "Cela peut parfois être très difficile, comme nous le savons tous. Une étude a explicitement demandé aux participants d'écrire sur des événements qui les ont blessés, en se concentrant sur les ‘avantages personnels’ comme la façon dont cela les a changés pour le mieux, pour voir si cela pourrait les aider à abandonner leur besoin de vengeance, propose Geoff Beattie. Les participants ont écrit qu'ils étaient devenus ‘plus forts’, qu’ils avaient découvert des ‘forces inconnues’ et étaient devenus plus ‘sages’ grâce à l'expérience. Ils ont également déclaré que cela avait ‘permis de nouvelles expériences".

Écrire sur des événements qui vous ont fait du mal semble une manière d’apprendre à pardonner à l'auteur, ou du moins, cela peut atténuer l’envie de vengeance. Les volontaires qui ont mis leurs blessures sur papier ont également réussi à réguler leur stress et leur colère à long terme, ce qui a finalement amélioré leur bien-être psychologique.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0022103116302554

http://wjhwww.harvard.edu/~dtg/CARLSMITH,%20WILSON,%20&%20GILBERT%20%282008%29.pdf

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/15333831/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.