Hypothyroïdie : des traitements trop lourds augmenteraient le risque d'AVC

Une nouvelle étude présentée lors d'une conférence de Chicago (Etats-Unis) suggère que les patients prenant des traitements lourds contre l'hypothyroïdie, seraient à risque de développer un problème d'arythmie cardiaque augmentant le risque d'AVC.

Publicité

© Adobe StockUn nouvel avertissement pour les personnes qui suivent un traitement contre l'hypothyroïdie. Une récente étude dont les résultats ont été présentés lors d'une conférence à Chicago aux Etats-Unis, par le Medical Center Heart Institute de Salt Lake City explique que prendre trop de médicaments lorsque la pathologie n'est pas très élevée augmente le risque de fibrillation auriculaire. Ce trouble est caractérisé par un rythme cardiaque plus élevé que la normale. En d'autres termes : le coeur bat trop vite. Un facteur favorisant le risque d'AVC.

Publicité
Publicité

"Serions nous entrain de mettre inutilement certaines personnes en danger?"

Au cours de cette étude, les chercheurs ont étudié les cas de près de 174 000 patients, sous traitements, dont les niveaux d'hormones Free thyroxine (fT4) ont été enregistrés. Tous ont été classés en fonction de la gravité de leur taux de fT4. Selon les résultats, parmi les patients, dans le groupe était considéré avec un taux de fT4 élevé, 40% ont eu une augmentation du rythme cardiaque contre seulement 16% chez ceux qui avaient un niveau le plus faible de l'hormone donc avec moins de traitements, au cours des 6 ans de durée de l'étude. "Le problème c'est que l'hypothyroïdie est associée à une perte de poids impliquant que certains patients soit traités immédiatement avec les doses fortes", avertissent les médecins. "Serions nous entrain de mettre inutilement certaines personnes en danger de fibrillation auriculaire et donc d'AVC ?", conclut, l'un des chercheurs.

Plus de recherches doivent être maintenant effectuées sur une échelle beaucoup plus grande avant d'émettre la moindre conclusion officielle. Mais selon le groupe d'étude, cela pourrait vouloir dire qu'il faut revoir la classification du niveau d'hormones chez les patients en les classant peut-être de façon moins.

Qu'est-ce que l'hypothyroidïe ?

L’hypothyroïdie est la maladie endocrinienne la plus répandue après le diabète. Elle touche essentiellement les femmes. Ses causes les plus fréquentes sont les affections auto-immunes (les défenses immunitaires sont anormalement dirigées contre la glande thyroïde) et les causes iatrogènes (effets indésirables de certains traitements). Les symptômes sont nombreux mais pas nécessairement tous présents, quelquefois seule la prise de sang permettra de diagnostiquer la maladie. On peut ainsi voir apparaître une asthénie (fatigue), une hypothermie (baisse de la température), une bradycardie (rythme cardiaque diminué) ou une constipation.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X