Sommaire

"Michel Cymes a été informé de la recrudescence sur certains réseaux sociaux, de publicités et photomontages qui utilisent son nom, son image et/ou sa qualité de médecin pour assurer la promotion de divers produits ou méthodes aux prétendues vertus amaigrissante s ou à caractère médical", indique un récent communiqué diffusé par l’avocate de l’animateur, Florence Watrin.

Ne soyez donc pas surpris de tomber sur des publicités pour produits amaigrissants avec l’image du célèbre médecin et animateur de France 2, en naviguant sur le net. Attention, ne tombez pas dans le piège.

Le médecin le plus célèbre du PAF met en garde les internautes contre ces publicités "non autorisées et trompeuses". Certaines marques ne reculent décidément devant rien.

Michel Cymes n’assure la promotion d’aucune méthode, ni d’aucun produit amaigrissant ou à caractère médical

Crèmes, gélules, poudres et autres sirops à diluer… de nombreuses marques voulant commercialiser ces produits sensés "faire mincir après le confinement" ont réalisé des photomontages et ont utilisé le nom, l’image et la notoriété de Michel Cymes pour en assurer la promotion.

Pourtant le célèbre médecin insiste : "il n’assure la promotion d’aucune méthode, ni d’aucun produit amaigrissant ou à caractère médical". Ce dernier a d’ailleurs signalé ces publications sur certains réseaux sociaux, notamment Facebook et Instagram. Il appelle le public à faire preuve d’une grande vigilance à l’égard de ce type de publicité et "à ne pas y donner suite".

Des publicités pour des produits potentiellement dangereux

Ces "pièges minceur" ne sont pas sans risque selon Michel Cymes. Les produits en question sont "possiblement dangereux pour la santé et susceptibles de constituer des tentatives d’hameçonnage et/ou de fraude à l’égard des consommateurs, selon les premiers témoignages qui lui sont parvenus", ajoute le communiqué de presse.

Le coup de gueule de Michel Cymes, n’est pas sans rappeler les mésaventures vécues par Laurence Boccolini. Dans une publication Instagram diffusée ce 2 juin, l'animatrice de 57 ans a poussé un coup de gueule contre une nouvelle société malintentionnée, qui a encore une fois utilisé son image pour faire de la publicité sur internet.

En 2019 déjà, elle nous mettait en garde contre une publicité mensongère qui assurait que l'animatrice avait perdu 29 kilos en un mois grâce à la prise de compléments alimentaires.

"Si vous croyez que des gélules peuvent vous faire perdre 29 kilos en un mois, vous rêvez ! Cette arnaque traîne sur les réseaux depuis des mois ! Signalez mais please arrêtez d'y croire : c'est juste du bon sens !", avait-elle clamé.

Après un confinement qui a fait prendre du poids à bon nombre de Français (2,5 kg en moyenne selon une étude Ifop), les méthodes "miracles" pour maigrir envahissent le net. Tisanes, gélules, compléments alimentaires, électrothérapies… il faut pourtant s’en méfier et toujours demander de votre médecin avant de les tester. Au mieux, ces produits sont inefficaces, au pire, ils peuvent mettre votre santé en danger. Explications page suivante.

Plantes, coupe-faim, compléments alimentaires ou gélules : des effets indésirables

Plantes, coupe-faim, compléments alimentaires ou gélules : des effets indésirables© Istock

Attention, à ne pas vous faire avoir si vous souhaitez perdre du poids. Mieux vaut demander votre conseil à votre médecin plutôt que miser sur des solutions pêchées sur internet. Michel Cymes n’est évidemment pas le premier médecin à nous mettre en garde. En 2015, déjà, l’Ansm (Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé) alertait sur les nombreuses méthodes miracles pour "perdre du poids sans effort" qui circulent.

Les plantes peuvent interagir avec certains médicaments

Plantes, coupe-faim, compléments alimentaires ou gélules promettent souvent une perte de poids rapide et sans effort. Or, selon l’Ansm, leur efficacité est loin d’être avérée. Sans parler de leurs nombreux effets indésirables. "Il n’existe aucun produit miracle. Aucune des méthodes généralement proposées pour faire perdre du poids ne peut se vanter d’obtenir un amaigrissement significatif et surtout durable", soulignait l'Agence du médicament, dans un point le 7 juillet 2015.

Si les plantes peuvent sembler inoffensives, elles sont susceptibles d’interagir avec certains médicaments. L’Ansm citait notamment l’orange amère, utilisé dans certains compléments alimentaires. Vendue pour aider à mincir, elle peut exposer à des risques d’infarctus et de troubles cardiaques.

Coupe-faim et crèmes amincissantes : inefficaces selon l’Ansm

Quant aux coupe-faim et autres pilules censées capter les graisses, vendus en supermarché, ils n'ont démontré aucune efficacité. Enfin, les crèmes amincissantes, "si elles ne sont pas dangereuses, elles n’ont pas d'intérêt scientifiquement prouvé", laisse entendre l’Ansm.

Perdre du poids : le suivi d'un médecin est indispensable

Perdre du poids : le suivi d'un médecin est indispensable© Istock

"Contrairement à ce qui est communément pensé, la décision de perdre du poids n’est ni anodine ni sans conséquence, prévient l’Ansm. Bien que chez certaines personnes en excès de poids une telle démarche puisse apporter des bénéfices pour la santé, pour d’autres, elle peut entraîner la survenue d’effets néfastes plus ou moins graves, principalement lorsqu’elle ne répond pas à un objectif médical. Sans compter une reprise du poids perdu, voire plus, dans les mois suivant l’arrêt des mesures pour perdre du poids, qui résulte de mécanismes physiologiques utilisés par le corps pour assurer le fonctionnement de l’organisme malgré les variations de la balance énergétique".

C’est pourquoi, l’Ansm espère lutter contre la banalisation de ces interventions liée notamment aux efforts de promotion et à l'accès de plus en plus aisé aux produits ou méthodes se prévalant d’un effet amaigrissant, principalement sur Internet.

La démarche de perte de poids doit se faire sous le contrôle d’un médecin

"La prise en charge globale, individualisée, à long terme et sous le contrôle d'un médecin est indispensable pour obtenir des modifications durables des habitudes diététiques, comportementales et d’activité physique, nécessaires au maintien de la perte de poids à long terme", estime l’Ansm.

Le médecin permet au patient de faire un choix éclairé avec des attentes réalistes et ainsi prévenir les démarches de perte de poids sans fondement médical et/ou scientifique et de minimiser les risques pour sa santé.

"Un traitement médicamenteux ne peut être envisagé qu’en cas de nécessité médicale de perte de poids et de réponse insatisfaisante aux mesures sur l’alimentation, les habitudes comportementales et l’activité physique. La poursuite du suivi médical doit être encouragée même lorsque le traitement médicamenteux est arrêté", ajoute l’Ansm.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

AFP, communiqué Florence Watrin, 3 juin 2020

Évaluation des risques liés à l’utilisation de produits de santé à des fins d’amaigrissement, Ansm, juillet 2015

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.