Dans la commune d'Alba-la-Romaine, en Ardèche, la baignade est interdite jusqu’à nouvel ordre. Les autorités veulent en effet éviter un nouvel accident, suite à la mort d’un chien intoxiqué.

La baignade interdite pour cause "d’eau contaminée"

Les algues bleues se développent assez rarement en Ardèche ou en Drôme, mais on peut les retrouver partout en France.

Lorsqu’elles apparaissent, elles viennent perturber de nombreuses zones de baignade, et plus particulièrement les plans d'eau stagnants lorsqu'ils sont accompagnés de fortes chaleurs épisodiques.

À Alba-la-Romaine, c’est une rivière avec des trous d'eau qui est contaminée par les algues bleues.

Les personnes s'y baignent, accompagnées souvent par leurs animaux.

Les autorités conseillent de ne pas se baigner au contact de ces algues bleues et de ne pas laisser son animal s'abreuver.

Si vous êtes entrés au contact des cyanobactéries, prenez une douche minutieuse pour éliminer les risques liés à leur toxicité. Vous devez également ne pas boire l’eau de la rivière et nettoyer à l’eau claire le matériel utilisé lors de la baignade.

La baignade sera à nouveau autorisée dans l'Escoutay et le ruisseau la Madeleine lorsque l'Agence régionale de Santé aura terminé ses analyses, et que la mairie d'Alba-la-Romaine aura retiré ses panneaux d'interdiction de baignade.

Cependant, ce n'est pas la première zone de baignade interdite.

Plusieurs lacs et étangs de la région du Sud-Ouest ont déjà été interdits à la baignade à cause d’un taux excessif de cyanobactéries : la plage du Taron à Biscarrosse (40), l'étang de Saint-Estèphe (24), ou encore le lac de Lavaud (16).

Les cyanobactéries ou "algues bleues" : quels dangers pour la santé ?

Les cyanobactéries sont des micro-organismes qui prolifèrent dans les eaux stagnantes, riches en nutriments. D’où leur présence dans les lacs, étangs et rivières.

Souvent appelées "algues bleues", elles peuvent colorer l’eau mais n’ont rien à voir avec les algues vertes. Les cyanobactéries réapparaissent régulièrement l’été, se nourrissant de chaleur, lumière et nutriments (azote et phosphore).

Leur couleur bleue-verte provient de leur capacité de photosynthèse, identique à celle des plantes.

Les cyanobactéries peuvent devenir dangereuses pour la faune et la flore lorsqu'elles prolifèrent dans le milieu. Elles libèrent des cyanotoxines, néfastes pour la santé de l’homme et mortelles pour les animaux.

Les personnes peuvent être exposées aux toxines cyanobactériennes par de l'eau contaminée, que ce soit en la consommant ou en s'y baignant. Les effets les plus graves et les plus fréquents sur la santé sont dus à la consommation d'eau contenant des toxines.

Selon l'OMS, elles peuvent produire divers effets secondaires : irritation cutanée, crampes d'estomac, vomissements, nausée, diarrhée, fièvre, angine, céphalées, douleurs musculaires et articulaires, vésicules autour de la bouche et atteinte hépatique.

Les personnes qui nagent dans des eaux contenant des toxines cyanobactériennes peuvent avoir également des réactions allergiques telles que l'asthme, une irritation des yeux, des éruptions et des vésicules autour de la bouche et du nez.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucun cas mortel lié aux cyanobactéries chez l’homme en France.

Vous souhaitez participer au salon des seniors ? Obtenez une invitation gratuite et venez nous rencontrer en cliquant ici >

Sources

"Baignade interdite en Ardèche à Alba la Romaine à cause des cyanobactéries", France Bleu, 21 juillet. 

"Maladies liées à l'eau, toxines cyanobactériennes", OMS.