Le zona résulte de la réactivation du virus varicelle-zona de la famille des herpès virus contracté généralement des années plus tôt. "Le virus de la varicelle reste latent dans les ganglions nerveux. Lorsqu’il se réactive, il se multiplie et progresse le long des fibres nerveuses", explique la dermatologue Isabelle Gallay

L’agent pathogène est susceptible de se réveiller pendant les périodes de stress et de fatigue, qui entraînent une baisse des défenses immunitaires. "Nous avons d’ailleurs observé une hausse des cas de zona durant le confinement", ajoute l’experte. Les maladies provoquant un déficit immunitaire comme le VIH ou le cancer peuvent aussi être à l’origine de la réactivation du virus VZV.

Environ 20% des personnes ayant déjà eu la varicelle, déclencheront un jour ou l’autre un zona.

Les symptômes du zona à reconnaître ?

"Le premier signe d’un zona est une douleur importante sur une zone localisée du corps. Le patient peut également faire part d’une sensation de brûlure. La peau peut aussi être très rouge", explique l’experte.

Après quelques jours, un symptôme révélateur apparaît : une éruption cutanée. Ces boutons ont la particularité d’être les uns à côté des autres sur une partie limitée du corps. Ils flétrissent et sèchent généralement au bout de 5 à 7 jours. Les croûtes, pour leur part, mettent une dizaine de jours à disparaître.

D’autres symptômes peuvent aussi être présents pendant l’infection

  • 1 ou 2 petits ganglions palpables le plus souvent sous le bras ;
  • une légère fièvre (38 degrés) ;
  • une grande fatigue ;
  • des démangeaisons ;
  • une hypersensibilité de la zone : la peau est sensible aux frottements ou au toucher.

La zone infectée reste douloureuse pendant 3 à 4 semaines. Toutefois, cela peut parfois durer plusieurs mois.

Zona : quelle est la forme la plus dangereuse ?

Dans près d’un cas sur deux, le zona apparaît au niveau du thorax, on l’appelle alors le zona intercostal. Toutefois, il peut aussi toucher d’autres parties du corps comme le dos, le cou, l’abdomen et le visage.

"Si le zona apparaît au niveau des yeux, il faut rapidement consulter. De préférence un ophtalmologue, mais s’il n’est pas disponible, il faut aller voir son généraliste pour traiter l’infection rapidement. Le zona ophtalmique peut entraîner de nombreuses complications". On peut entre autres citer : la conjonctivite, des dommages à la cornée, une paralysie des mouvements oculaires, voire la cécité.

Zona : quand consulter ?

Quand le zona est particulièrement douloureux, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin. Il prescrira un traitement pour soulager les souffrances et donner des conseils pour éviter que les lésions cutanées ne s'infectent.

Le Dr Isabelle Gallay précise "les personnes âgées ne doivent pas attendre pour consulter afin de traiter le plus vite possible l’infection et éviter ainsi les séquelles comme les douleurs chroniques. Les complications sont en effet plus fréquentes chez ce type de patients".

"Il faut par ailleurs rapidement consulter si le zona touche un enfant en bas âge sujet à l’eczéma, car il peut vite se généraliser",ajoute-t-elle.

Le zona est-il contagieux ?

Le liquide contenu dans les vésicules abrite le virus de la varicelle. Ainsi, les personnes n’ayant jamais contracté cette maladie, peuvent être infectées au contact des vésicules d'une personne présentant un zona. En revanche, il n’est pas possible de transmettre le zona en lui-même puisqu’il s’agit d’une réactivation du virus de la varicelle. Le meilleur moyen de prévention reste le vaccin.

Sources

Merci au Dr Isabelle Gallay, dermathologue.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.