Sommaire

Hypertension : facteur de risque numéro 1

tension avc facteur de risqueLes facteurs de risque de l’AVC sont des facteurs vasculaires qui ne diffèrent pas des grands facteurs de l’infarctus du myocarde, notamment. La différence c’est leur ordre d’importance. "Ainsi le principal facteur de risque de l’infarctus est l’hypercholestérolémie alors que pour l’AVC, c’est l’hypertension", explique le Pr Mathieu Zuber, chef du service de neurologie et de neuro-vasculaire du groupe hospitalier Paris Saint-Joseph.


Etes-vous hypertendu(e) ? L’hypertension se caractérise par une pression systolique égale ou supérieure à 14 (ou 140) et une pression diastolique de 8 (ou 80) ou moins. Si vous avez 14/8 ou plus de tension, vous êtes hypertendu(e). "Dès que l’on a un point de plus, on multiplie par 30 à 40% le risque de faire un AVC" alerte notre interlocuteur.


Que faire ? Faire surveiller sa tension régulièrement et bien suivre son traitement si on est déjà diagnostiqué comme hypertendu.

Tabac : facteur de risque numéro 2

tabac avc facteur de risqueSi vous fumez, vous multipliez grandement votre risque de faire un accident vasculaire cérébral. Pourquoi ? "Le tabac encrasse les artères, tout particulièrement celles qui montent vers le cerveau comme les artères carotides" répond le Pr Zuber.


Que faire ? Il faut réduire votre consommation de tabac, voire dans l’idéal l’arrêter définitivement.

Cholestérol, diabète, obésité : à surveiller !

cholestérol, diabète, obésité avcCholestérol, diabète (tous confondus), surcharge pondérale, sédentarité et alcoolisme. Si vous cumulez un ou plus de ces cinq facteurs à l’hypertension ou au tabac, vous augmentez nettement vos risques de faire un AVC. Explication : "Ces facteurs pris individuellement ont un effet relativement faible sur le risque d’AVC. Ils potentialisent en fait les deux principaux que sont l’hypertension et le tabac", indique le Pr Zuber.


Que faire ? Il est essentiel de surveiller son hygiène de vie : adopter une alimentation saine et équilibrée, consommer de l’alcool occasionnellement et toujours en étant raisonnable, faire de l’exercice régulièrement. Il est aussi important de bien suivre son traitement médical quand il y en a (traitement antidiabète ou anticholestérol par exemple).

L’AIT : un signe annonciateur à ne pas négliger

AIT AVCCertaines personnes sont plus à risque de faire un AVC dans les heures ou dans les jours qui suivent parce qu’elles ont fait un AIT (accident ischémique transitoire). De quoi s’agit-il ? "C’est un trouble neurologique qui dure quelques minutes, toujours moins d’une heure. Les symptômes sont les mêmes que l’AVC mais sont transitoires. Du coup la personne s’inquiète beaucoup mais comme tout redevient normal après, elle se dit que ce n’était pas grave. Or c’est une menace d’AVC", prévient le Pr Zuber.


Reconnaître un AIT : Le signe le plus connu est l’hémiplégie (paralysie d’un côté du corps, parfois d’une partie du corps (visage, bras, jambe)). Puis les troubles sensitifs (perte de sensibilité d’une moitié du corps), le trouble visuel brutal (soit un œil qui ne voit plus soit pour les deux yeux on ne voit plus d’un côté (à gauche ou à droite)), et le trouble du langage (bredouiller, dire un mot pour l’autre). Ces symptômes peuvent se manifester seuls ou associés.


Que faire ? Si vous avez présentez un ou plusieurs de ces signes, consultez en urgence.


A noter : Les personnes présentant un trouble cardiaque (anomalie de la valve cardiaque, insuffisance ou arythmie) ou ayant déjà fait un infarctus du myocarde ont également un risque supérieur à la moyenne de faire un AVC.

Passé 50 ans, le risque d'AVC augmente

age 50 ans avcComme pour la plupart des maladies cardio-vasculaires, le risque de faire un AVC augmente avec l’âge. On recense ainsi 15% d’accidents vasculaires cérébraux chez les moins de 50 ans, 25% chez les moins de 65 ans et plus de 50% chez les personnes de 75 ans et plus. L’âge moyen de survenue est de 73 ans, quel que soit le sexe (les hommes sont plus à risque).

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.