AVC : les aliments à éviter

Certifié par nos experts médicaux MedisiteEn évitant certains aliments qui favorisent l’hypertension artérielle, l’excès de cholestérol... vous pouvez réduire vos risques de faire un AVC. La liste de ceux dont vous devez limiter la consommation, avec les conseils du Dr Mikaël Mazighi, neurologue.
Sommaire

© Istock

L'accident vasculaire cérébral est une urgence médicale, qui correspond à l'obstruction ou à la rupture d'un vaisseau sanguin dans le cerveau. Dans 40 % des cas, il entraîne des séquelles importantes et irréversibles sur cet organe vital. Une prise en charge immédiate permet de réduire ce risque.

En France, un AVC survient toutes les quatre minutes - soit plus de 140 000 cas par an. Il représente la première cause de handicap physique acquis de l'adulte, la deuxième cause de démence et la deuxième cause de mortalité, selon l'Inserm.

Les infarctus cérébraux (ou AVC ischémiques) représentent 80 à 85 % des AVC. Dans ce cas, ils sont causés par l'obstruction d'une artère cérébrale par un caillot sanguin. Les hémorragies cérébrales représentent 15 % des AVC et les hémorragies méningées, 5 %.

Il existe plusieurs facteurs de risque vasculaires ; en agissant sur ces derniers, il est alors possible de réduire le risque de faire un premier AVC. L'Inserm cite les facteurs suivants :

  • le niveau de pression artérielle ;
  • l'excès de cholestérol ;
  • le diabète ;
  • l'obésité ;
  • la fibrillation auriculaire ;
  • le tabagisme ;
  • une consommation d'alcool excessive ;
  • la sédentarité.

Au regard des facteurs précédents, on comprend facilement le rôle de l'alimentation dans la prévention des accidents vasculaires cérébraux. Adopter une alimentation variée et équilibrée, de même que limiter certains aliments riches en graisses saturées ou en sel, permet d'agir sur le cholestérol, la tension, le diabète et, bien sûr, de réguler son poids.

© Istock

Le saucisson, trop gras et trop salé

Parmi les aliments qui augmentent vos risques d'AVC, on peut citer le saucisson - et la charcuterie en général. En cause, le sel et les mauvaises graisses que l'on trouve dans ces produits. « L'excès de sel (plus de 6 g par jour) favorise l'élévation de la tension artérielle en accroissant la rétention d'eau dans l'organisme. Cette tension accroît la pression sur les vaisseaux sanguins et peut entraîner une hypertension, l'un des principaux facteurs de risques pour l'AVC », explique le Dr Mazighi.

En outre, la charcuterie (saucissons, pâtés, jambon fumé, saucisses...) contient de mauvaises graisses (lipides trans ou saturées) qui font augmenter le mauvais cholestérol. Les saucissons et les pâtés font parties des charcuteries les plus grasses, avec plus 30 % de MG, favorisant ainsi les dépôts de cholestérol sur les parois des artères, un facteur de risque important dans la survenue des AVC.

Pour rappel, on distingue 2 sortes de cholestérol : le LDL, ou "mauvais cholestérol", qui en excès peut s'accumuler dans les parois des artères, provoquant une athérosclérose ; et le HDL, ou "bon cholestérol", qui récupère l'excès de cholestérol dans les organes et le rapporte au foie où il est éliminé.

Consommation : limitez la consommation de charcuterie à 1 ou 2 fois par semaine.

Vidéo : L'accident vasculaire cérébral - AVC

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Remerciements au Dr Mikaël Mazighi, neurologue et spécialiste dans le traitement de l'attaque cérébrale à l'hôpital Bichat (Paris), membre de l'association SOS attaque cérébrale

Accident vasculaire cérébral (AVC), Inserm, 13 mai 2019.