Sommaire

Prendre son temps

Se sentir prête : “La masturbation est un rendez-vous de plaisir avec soi-même, il faut prendre son temps, trouver un endroit calme dans lequel on se sent bien et être prête à ressentir du plaisir. Ce n’est pas une activité que l’on pratique sur commande, on le fait parce qu’on en a envie” explique Evelyne Dillenseger.

Laisser libre cours à ses fantasmes : En prenant votre temps, vous laissez libre cours à votre imagination. En vous relaxant, vos pensées vont alors se tourner vers des situations excitantes. La spécialiste explique que le plaisir se passe dans le corps et dans la tête.

"On peut accéder au plaisir en faisant appel aux fantasmes” précise Evelyne Dillenseger. L’activité fantasmatique a donc un fort impact érotique qui aide et accompagne la masturbation.

Retarder l’orgasme ? “Certaines femmes sont dans l’immédiateté et préfèrent avoir un orgasme rapidement, d’autres ont besoin d’un certain temps et de certains stimulis” précise la sexologue. Elle ajoute que retarder l’orgasme n'intensifie pas forcément le plaisir.

“L’orgasme est très subjectif, il est propre à chaque femme”. Il n’est donc pas recommandé de retarder l’orgasme si vous souhaitez un plaisir immédiat.

Utiliser ses deux mains

Ne négliger aucune zone de votre corps : Utiliser ses deux mains permet de stimuler plusieurs parties de votre corps dans le même temps.

”Avec les deux mains, on peut caresser le clitoris, le vagin, les seins, l’anus… et les zones propres à chacune. Il faut savoir que toute la peau est une surface érogène” explique Evelyne Dillenseger avant d'ajouter : "A vous de repérer vos zones érogènes en dehors de vos zones génitales."

Apprendre à se connaître : Pour découvrir quelles sont les zones les plus sensibles de votre corps, vous devez prendre le temps d’explorer chaque recoin de celui-ci : “Plus on se masturbe, plus on apprend à connaître son corps et ses réactions, plus on arrive à se contrôler et à trouver les zones excitatrices qui nous conviennent et nous plaisent” explique la sexologue.

Explorer à deux mains, c’est trouver plus rapidement le chemin vers l’extase.

Ajouter du lubrifiant

Facilite la pénétration : Malgré l’excitation, certaines femmes souffrent d’un manque de lubrification. Si la cyprine naturellement présente dans le vagin ne suffit pas lors de la masturbation, il est conseillé d’utiliser un gel lubrifiant. “Le lubrifiant permet de ne pas avoir mal et facilite la pénétration des doigts ou d’un sextoy” explique Evelyne Dillenseger.

Conseils : Opter pour un lubrifiant hydrophile permet de lubrifier et d’hydrater la muqueuse vaginale. Il possède également une action anti-irritante qui limite les sensations d’inconfort et de brûlures. De quoi éviter tous désagréments qui nuiraient au plaisir !

Investir dans un sextoy

Demander conseil : Le sextoy doit être adapté à votre organisme. “La taille, la qualité, la fiabilité et la matière sont des critères importants. Il est donc recommandé de demander conseil à des vendeurs dans des magasins spécialisés pour être guidé vers le jouet qui vous conviendra le mieux” explique Evelyne Dillenseger.

Éviter l’achat sur internet : On peut trouver une multitude de sextoys sur Internet. Le problème ? “On ne peut pas savoir si le sextoy nous correspond sans l’avoir eu entre les mains” explique la sexologue. Elle poursuit : “Ce genre d’achat est risqué, car le sextoy peut engendrer des douleurs s’il n’est pas adapté à votre corps. Le sextoy est un jouet intime, il faut le choisir et le toucher avant de l’acheter” précise-t-elle.

Ne pas se limiter à un sextoy : Godemichet, boules de geisha, vibromasseur, plug anal... La spécialiste précise qu’il ne faut pas hésiter à choisir plusieurs sextoys puisque chaque jouet possède une fonction précise. “Certains sextoys ont la particularité de stimuler le clitoris, d’autres, l’anus ou encore le vagin. Le choix du jouet se fait en fonction des goûts de chacune et selon le plaisir recherché” déclare la spécialiste.

Conseil : Il est important de mettre l’accent sur l’hygiène : “Le sextoy doit être nettoyé avant et après usage et il faut veiller à le lubrifier pour faciliter son insertion sans difficulté”.

Contracter ou frotter

Varier les plaisirs et expérimenter de nouvelles techniques sont des astuces qui permettent de trouver la pratique qui vous correspond le mieux.

Un frottement : Certaines femmes pratiquent l’auto-érotisme grâce à un frottement. Le frottement du sexe contre un support doux comme un oreiller ou un traversin permet de stimuler à la fois le clitoris et les lèvres.

Une contraction : “Le fait d’exercer des pressions sur la vulve en serrant simplement les cuisses peut être très excitant pour certaines femmes” explique Evelyne Dillenseger.“ Le matin au réveil ou le soir au coucher, certaines femmes ressentent des poussées d’excitation et ont recours à cette technique masturbatoire. Pour la réaliser, il suffit d’être à l'écoute de son corps, précise la sexologue.

Utiliser le jet d’eau du pommeau de douche

Selon l’étude effectuée par la sexologue Shere Hite, 2% des femmes utilisent la technique de masturbation grâce à l’eau.

Pression et température : Evelyne Dillenseger explique que la pression de l’eau du pommeau de douche peut stimuler le clitoris de façon directe ou indirecte. “Varier la pression et la température de l’eau peut être très excitant” précise-t-elle.

Conseil : Éviter de faire entrer l’eau à l’intérieur du vagin, cela pourrait provoquer des infections, des mycoses et des irritations.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.