Que devient le corps après un don d'organe ?

Publié le 10 Novembre 2018 par Océane Redon, journaliste santé
Indispensable pour permettre à de nombreuses personnes de continuer à vivre, le don d’organes suscite de nombreuses interrogations. Notamment sur ce que devient le corps du défunt, une fois les prélèvements effectués. Le Professeur Olivier Bastien, directeur Prélèvement Greffe organes - tissus à l’Agence de la biomédecine, lève le voile sur ces mystères.
Publicité

En quoi consiste un don d’organes ?

© Adobe StockIl s’agit d’un acte gratuit et anonyme consistant à donner, après sa mort, un ou plusieurs de ses organes à des personnes malades, en attente de greffes. En France, la loi considère que tout le monde est donneur d’organes (peu importe l’âge) s’il n’a pas exprimé d’opposition de son vivant. Une fois le certificat de décès signé, avant que des prélèvements puissent être envisagés, le personnel médical doit vérifier si le défunt est inscrit sur le registre national du refus ou s’il avait évoqué son opposition par écrit ou par oral à ses proches.

Publicité
Publicité

Un corps respecté pendant l’acte

"Des analyses de laboratoire et des examens d’imagerie sont effectués à l’hôpital pour évaluer la qualité des organes et des tissus et trouver les receveurs compatibles avec la personne décédée", explique le Professeur Olivier Bastien, directeur Prélèvement Greffe organes - tissus à l’Agence de la biomédecine. Pendant l’acte à proprement parler, "le défunt est traité avec grand respect". Comme pour toute opération, le prélèvement reste un acte chirurgical effectué au bloc opératoire, dans les mêmes conditions et avec le même soin que pour une personne en vie.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X