Méningite : 7 symptômes qui doivent alerter

La méningite correspond à l'inflammation des membranes enveloppant le système nerveux central appelées "méninges". Si les méningites virales sont le plus souvent bénignes, celles d'origine bactérienne, plus rares, peuvent entraîner le décès en quelques heures. Medisite vous donne les symptômes d'alerte.

Publicité

Une raideur ou une douleur à la nuque


La nuque devient raide, douloureuse avec une résistance croissante lorsqu'on tente de pencher la tête devant. Cela peut s'accompagner de douleurs dans les jambes et les bras.
Pourquoi : "L’inflammation des méninges secondaire à l’infection s’associe à un certain degré d’hypertension intracrânienne. Cette hypertension est responsable du syndrome méningé, dont la raideur de la nuque est une des expressions" explique le Dr Weil-Olivier, pédiatre.
Ce symptôme peut ne pas se produire chez les enfants de moins de 5 ans, notamment les nourrissons (à l'inverse, une hypotonie* de la nuque est alors possible).
Que faire : Si vous soupçonnez une méningite, contactez en urgence le 15.

A lire aussi : La méningite A+C

Publicité
Publicité

* une diminution du tonus musculaire.

Des maux de tête importants

Des maux de tête importants et brutaux sont observés (après l’âge de 3 ans) associés à des signes d'irritabilité. Ils sont intenses, diffus, exagérés par la lumière, le bruit et les mouvements, et ne peuvent être calmés par les antalgiques. Cela peut s'accompagner d'étourdissements et d'une incapacité à répondre aux stimulations extérieures.
Pourquoi : "La pression intracrânienne accrue en est à l’origine. Il s’y ajoute une vascularite*. Le manque d'oxygène secondaire dans les cellules nerveuses cérébrales, associé parfois à un œdème cérébral, entraîne une souffrance cellulaire des neurones qui peut provoquer des convulsions, des déficits neurologiques et un coma dans les cas les plus graves", explique le Dr Weil-Olivier, pédiatre.
Que faire : Si vous soupçonnez une méningite, contactez le 15.

* inflammation des vaisseaux sanguins du cerveau

Une fièvre élevée

Une fièvre élevée (38-39°C) perdure accompagnée d'une modification du comportement
Pourquoi : "La fièvre correspond à un dérèglement du "thermostat" situé dans le système nerveux central, lié à des substances pyrogènes* libérées par les agents infectieux", explique le Dr Catherine Weil-Olivier, pédiatre.
Chez l'enfant de moins de 2 ans, il peut y avoir des fluctuations de température**. La fièvre peut s'accompagner d'un refroidissement des mains et des pieds, d'un changement du comportement associant des cris, des pleurs ou des gémissements sur un ton élevé, une somnolence alternée de périodes d'agitation même quand on prend l'enfant dans ses bras, un refus de se nourrir, une tendance à arquer le dos et à tirer sur le cou.
Que faire : Si vous soupçonnez une méningite, contactez le 15.

* qui élève la température et donne de la fièvre
** il peut passer d'une forte fièvre à une hypothermie (- 36°5C) en quelques heures. En plus, la fièvre est souvent absente chez les bébés de moins de 3 mois.

Une gêne à la lumière

La lumière vive et même artificielle n'est plus supportée. La personne cherche à se calfeutrer dans l'obscurité. En même temps, des signes d'irritations sont de plus en plus importants.
Pourquoi : "Cette gêne à la lumière traduit l’inflammation méningée" explique le Dr Weil-Olivier.
Les enfants de moins de 5 ans n'ont pas toujours des signes de photophobie.
Que faire : Si vous soupçonnez une méningite, contactez le 15.

 
La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X