Sommaire

Quand faut-il arrêter sa pilule ?

grossesse arreter pilule© Fotolia

grossesse arreter pilule

La pilule agit sur l’hypophyse, une petite glande dans le cerveau, pour supprimer l’ordre habituellement donné aux ovaires de fournir la cellule féminine nécessaire à la formation d’un œuf : l’ovule. Le fait d’arrêter la pilule libère ce freinage et ces retentissements. Petit à petit, les ovaires "se réveillent", reprenant leur fonction jusqu’à leur terme : l’ovulation. Parallèlement dans l’utérus, la muqueuse qui le tapisse peut reprendre la croissance en vue d’une nidation prochaine. L’arrêt de la pilule doit se faire à la fin de la plaquette en cours.


A savoir : la première ovulation qui suit l’arrêt de la pilule peut survenir normalement ou être décalée ce qui provoquera un retard de règles.

Est-ce dangereux de démarrer une grossesse immédiatement après l’arrêt de la pilule ?

pilule demarrer grossesse© Fotolia

pilule demarrer grossesse

Non pas du tout ! Les gynécologues ont pu un temps conseiller d’attendre un à trois mois avant de tenter une grossesse (en utilisant des préservatifs par exemple pour remplacer la pilule). Le but était de favoriser une meilleure reprise de l’ovulation et une meilleure qualité de la muqueuse dans laquelle se fera la nidation de l’œuf. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. L’essai bébé peut être réalisé dès l’arrêt du contraceptif.


A savoir : Si la grossesse survient dans les 3 mois suivant l’arrêt de la pilule, le pourcentage de grossesses multiples ou de malformations fœtales n’augmente pas.

La pilule réduit-elle la fécondité ?

pilule fécondité© Fotolia

pilule fécondité

De nombreuses femmes pensent que la prise de la pilule réduit la fécondité ou encore que plus on la prend longtemps, plus ce sera long avant de tomber enceinte. Un essai clinique* rassemblant 60 000 femmes utilisant la pilule comme contraceptif a démontré qu’il n’en était rien ! Parmi elles, 2064 ont arrêté leur contraception pour avoir un enfant.
Résultats sur la fécondité : 21,2% de femmes sont tombées enceintes après un cycle menstruel, très proche des 20 à 25% pour les grossesses naturelles. 79% sont tombées enceintes un an après l’arrêt de la pilule, un taux comparable à celui des non-utilisatrices de contraceptifs. Par ailleurs, la pilule n’influerait pas plus ou moins sur la fertilité des femmes plus âgées. Les taux de grossesse étant similaires après 35 ans, entre celles ayant pris la pilule et les autres.
Résultats sur le délai de survenue de la grossesse : 79% des femmes qui ont pris la pilule pendant moins de deux ans sont tombées enceintes dans l’année. Ce fut la même chose pour 81% des femmes qui y ont eu recours pendant plus de deux ans.


A noter : Prendre la pilule sans interruption n’aurait aucune influence sur la fertilité.


*Past Oral Contraception Use Does Not Negatively Affect Time to Conception, Mai 2007, Congrès du collège américain des gynécologues et obstétriciens, San Diego.

La grossesse ne survient pas : quand s’inquiéter ?

pas de grossesse pilule© Fotolia

pas de grossesse pilule

Il faut savoir que seulement 50% des femmes, en dehors de tout problème, tombent enceintes au bout de 6 mois. La pilule ne détériore aucunement les ovaires ni aucun autre organe. La femme retrouve donc dans un temps variable les ovaires qu’elle avait avant de démarrer sa contraception, avec un fonctionnement parfait ou insuffisant, selon ce qu’ils étaient déjà.
En théorie : dans les 2 premières années de tentative, une femme a autant de chance d’être enceinte spontanément que si elle a recours à une aide médicale.
En pratique : il est difficile pour un médecin, devant l’inquiétude ou l’impatience du couple, de ne pas intervenir avant 2 ans. Souvent l’aide apportée peut consister en de simples explications, une mise en confiance sur la normalité de la situation. S’il semble que le problème soit une difficulté de reprise de fonctionnement ovarien après arrêt de la pilule, une aide médicale d’induction d’ovulation pourra être employée. Parfois, le médecin peut juger de la nécessité d’intervenir plus rapidement, notamment en fonction de l’âge de la patiente (on n’attendra pas autant chez une femme de 38 ans, que chez une de 20 ans).

Les cycles et les règles peuvent-ils être perturbés après l'arrêt ?

pilule cycle perturbé© Fotolia

pilule cycle perturbé

Après l’arrêt de la pilule, les ovaires vont de nouveau permettre l’ovulation via la fabrication de 2 hormones féminines : les oestrogènes avant l’ovulation, et oestrogènes et progestérone après l’ovulation. Plusieurs cas de figures peuvent se présenter selon la vitesse de reprise de leur fonctionnement :

- Les ovaires sont insensibles au réveil : Aucune hormone ne reprenant leur synthèse, il n’y aura pas de règles pour une période variable. Il s’agira le plus souvent d’un phénomène passager, spontanément résolutif.
- Les ovaires se réveillent doucement, ne fabriquant d’abord que des oestrogènes sans parvenir à l’ovulation donc sans production de progestérone. Dans ce cas, les règles pourront survenir de façon irrégulière et imprévisible, en avance ou retard, et sans signifier qu’il y aura eu ovulation.
- Les ovaires se réveillent d’emblée ou après en temps de latence, pour atteindre leur fonctionnement optimal : les règles surviendront chaque mois, 14 jours après l’ovulation.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.