Cancers : les régions les plus touchées
Sommaire
Certifié par nos experts médicaux Medisite

Cancer colorectal : Pays-de-Loire, Limousin, Auvergne...

title=Le cancer du colon et du rectum est répandu dans toute la France, mais on relève une incidence particulière dans certaines régions, notamment à l'extrême Nord et sur un axe Est-Ouest.

Les régions les plus touchées : Nord-Pas de Calais, Pays-de-Loire, Poitou-Charentes, Limousin, Auvergne, Bourgogne, Champagne, Lorraine, Alsace.

Les régions les moins touchées : Languedoc-Roussillon, PACA, Corse, Ile-de-France.

Hypothèses : L'alimentation et la consommation excessive d’alcool ont été identifiées comme deux facteurs importants du cancer du colon rectum. Hypothétiquement, l'alimentation habituellement plus calorique et moins riche en fruits et légumes dans les régions du Nord de la France peut avoir un rôle dans ces différences régionales. Il ne faut cependant pas négliger les facteurs démographiques, comme une population ouvrière plus importante dans le Nord que dans le Sud, identifiée comme étant plus sensible.

Le cancer du colon et du rectum est le troisième cancer le plus fréquent chez l’homme après la prostate et les poumons, et le deuxième chez la femme après celui du sein (FNORS). Dans ce type de cancer, la nutrition joue un rôle extrêmement important. Une alimentation riche en fruits et légumes, doublée d’une activité physique régulière, réduisent les risques.
Au contraire, une alimentation peu variée, trop riche en calories, et une sédentarité excessive les augmentent, au même titre qu’une consommation excessive de tabac et d’alcool.

Importance du dépistage : La plupart des cas surviennent après 50 ans, le cancer du côlon peut être dépisté est facilement prévenu. Dans 80% des cas, une tumeur bénigne précède le cancer de plusieurs années ! Il est donc primordial de se faire dépister dès 50 ans, et ce tous les deux ans !

Attention : les hypothèses avancées ne sont que des pistes de réflexion. Elles ne sont en aucun cas exhaustives et sont aujourd’hui à l’étude. Aussi, les hommes et les femmes ne sont pas touchés de la même manière : pour voir les répartitions en détails reportez-vous aux ratios standardisés fournis par l’INVS.

Illustration : ESTIMATION REGIONALE DE L'INCIDENCE DES CANCERS COLORECTAL CHEZ L'HOMME DE 1980 A 2005 - Carte des Ratios Standardisés d'Incidence (SIR) régionaux en 2005

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):
La rédaction vous recommande sur Amazon :