Prostate : éjaculer plusieurs fois par mois, c’est bon pour la santé !

Un nouveau défi, le #NoNutNovember, lancé sur la toile consiste à ne pas éjaculer pendant un mois pour accroître le plaisir au prochain rapport. Une initiative loin d'être bénéfique pour la santé puisque la fréquence d'éjaculation aurait une fonction préventive contre le cancer de la prostate. 

Publicité

En ce mois de novembre, un nouveau défit s'empare de la toile. Lancé sur le forum américain Reddit, ce challenge baptisé #NoNutNovember consiste à ne pas éjaculer pendant un mois entier afin de créer une sorte de frustration sexuelle et ressentir plus de plaisir à la reprise de l'activité sexuelle au mois de décembre. Un défi qui entre en contraste avec le mouvement Movember qui a lieu chaque année dédiant le mois de novembre à la sensibilisation des patients contre les cancers masculins. En effet, au-delà du plaisir, l'éjaculation a une fonction préventive notamment contre le cancer de la prostate.

Publicité
Publicité

Plus de 20 éjaculations par mois divise le risque de cancer de la prostate par 2

Le cancer de la prostate fait partie des plus fréquents. Selon la Ligue contre le cancer il touche environ 40 000 nouveaux patients chaque année et cause 10 000 morts annuels". "La fonction essentielle de la prostate est de sécréter une composante du liquide spermatique qui, avec les spermatozoïdes fabriqués dans les testicules, constitue le sperme; c'est la contraction de la prostate qui permet l'éjaculation", explique le site de la Ligue contre le cancer. Comme tout organe, la prostate peut être touchée par une tumeur, or l'éjaculation serait un processus permettant d'éviter que la pathologie ne se développer.

Plusieurs études ont déjà démontré l'idée selon laquelle la fréquence d'éjaculation entrait en compte dans la prévention du cancer de la prostate. En août 2018, une étude chinoise publiée dans le Journal Of Sexual Medicine, expliquait avoir rescencé les données de 22 recherches sur le sujet, soit les cas de 55 490 volontaires. Les résultats avaient montré qu'une éjaculation hebdomadaire modérée était liée à un moindre risque de cancer de la prostate. Un bénéfice que nous confirme le Pr François Desgrandchamps, urologue selon qui, il faut avoir plus de 20 éjaculations par mois, pour diviser à peur près par deux le risque de cancer. "Ce qui compte c’est que le liquide séminal ne soit jamais trop longtemps en contact avec la prostate parce qu’il y a des substances oncogènes dedans. Il faut que toutes ces substances soient évacuées plutôt que de les garder près de sa prostate". En dessous de 20 éjaculations, leur bénéfice est beaucoup moins net.

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X