Cancer, diabète : les femmes qui ont un taux élevé de testostérone sont plus à risque !

D’après des chercheurs, avoir des niveaux élevés de testostérone chez les femmes serait lié à un risque de développer du diabète, des maladies métaboliques ou encore des cancers.
Sommaire

La testostérone est une hormone stéroïde qui déclenche le développement de caractéristiques sexuelles secondaires masculines. Bien que trouvés principalement chez les hommes, les ovaires chez les femmes libèrent de petites quantités de testostérone.

Or, lorsqu'elle est combinée avec des œstrogènes, la testostérone aide à la croissance et à la réparation des tissus reproducteurs d'une femme. Mais celle-ci entraîne aussi de nombreux risques pour la santé...

Cancer, diabète… Un risque plus élevé de maladies chez les femmes

Les chercheurs de l'unité d'épidémiologie du Medical Research Council (NRC) de l'Université de Cambridge, ont ainsi révélé dans la revue Nature Medicine que les femmes aux niveaux de testostérone plus élevés ont un risque accru d’avoir un diabète de type 2 (+ 37 %).

Les hommes, eux, bénéficiaient d’une réduction du risque de diabète de type 2 de 14 % s'ils avaient des niveaux de testostérone plus élevés.

Du côté du syndrome des ovaires polykystiques (SOPK), les femmes présentaient également un risque accru de 51 %.

"Nos résultats sont importants pour comprendre le rôle de la testostérone dans l'origine de ce trouble courant qu’est le SOPK", a déclaré le Dr John Perry de la MRC Epidemiology Unité à l'Université de Cambridge.

Par ailleurs, des niveaux hauts de testostérone chez la gent féminine favorisaient l'apparition d'un cancer, notamment du cancer de l'endomètre ou du sein.

Chez les hommes, des niveaux élevés d'hormones étaient liés à un risque plus important de cancer de la prostate.

"Chez l'homme, les thérapies réduisant la testostérone sont largement utilisées pour traiter le cancer de la prostate, mais jusqu'à présent, il n'était pas certain que des niveaux de testostérone inférieurs protègent également contre le développement du cancer de la prostate", a ajouté le Dr John Perry.

Structure chimique de la testostérone

Structure chimique de la testostérone© Creative Commons

Auteur : NEUROtiker. Date : 29 juin 2007. Licence CC : https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Testosteron.svg. Cette oeuvre est tombée dans le domaine public.

Testostérone : des effets différents chez les hommes et les femmes

L'équipe en a conclu qu'il y avait une composante génétique aux niveaux de testostérone chez les deux sexes, mais les effets étaient très différents entre les hommes et les femmes.

En effet, l'équipe a démontré que “les niveaux de testostérone peuvent être bénéfiques pour la santé des hommes mais peuvent être préjudiciables pour les femmes”.

Le Dr Katherine Ruth, de l'Université d'Exeter, l'un des principaux auteurs de l'article, a ajouté que "les résultats fournissent des informations uniques sur les effets de la testostérone sur la maladie. Ils soulignent l'importance de considérer les hommes et les femmes séparément dans les études, car nous avons constaté des effets opposés de la testostérone sur le diabète."

Qu'est-ce qu’une maladie métabolique ?

La maladie métabolique, également connue sous le nom de syndrome métabolique, est un terme désignant l’ensemble des maladies (diabète, hypertension artérielle, obésité, maladies cardiaques, AVC…) qui perturbe l’activité métabolique normale.

Or, notre métabolisme joue un rôle très important : il décompose les aliments ingurgités, tels que les sucres, les graisses et les protéines et les convertit en énergie. Il permet aussi de débarrasser le corps de tout déchet, comme l’urine par exemple. Quand ce processus ne fonctionne pas normalement, les vaisseaux sanguins sont endommagés et cela peut engendrer de graves problèmes cardio-vasculaires ou un AVC.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.