Ménopause : 1 femme sur 2 n'ose pas en parler à son conjoint !

Une enquête révèle que les Français parlent très peu de la ménopause. Plus encore, l’ignorance reste considérable sur ce sujet. On fait le tour de la question, en images.
Menopause : 1 femme sur 2 n-ose pas en parler a son conjoint !

La ménopause est un sujet encore tabou et trop méconnu en France. C’est en tout cas ce que révèle un nouveau sondage Kantar, pour le groupe MGEN et la Fondation des Femmes. Pourtant, il s’agit d’une étape inévitable de la vie des femmes, qui marque la fin de la fécondité, et peut s’accompagner d’une série de symptômes.

Ménopause : un sujet tabou, dont on ne parle pas

81 % des Français ne parlent jamais, ou très peu, de la ménopause. Même au sein du couple, ce sujet semble difficile à aborder : seulement une femme sur deux en a déjà discuté avec son conjoint. Plusieurs raisons expliquent cette difficulté à en parler. Pour 34 % des sondés, c’est un sujet pénible auquel on n’a pas envie de penser. Pour 29 %, c’est un sujet tabou, délicat à évoquer, tandis que 23 % ne savent tout simplement pas à qui en parler.

Par ailleurs, ce sondage révèle qu’on ne se soucie de la ménopause qu’à partir du moment où l’on est directement concerné. Ainsi, 84 % des femmes ménopausées se sentent bien informées, contre 40 % chez les moins de 40 ans. Pour en savoir plus, elles se tournent en majorité vers les professionnels de santé ou leur entourage proche.

On peut néanmoins supposer un déficit d'information, puisque 42 % des personnes concernées déclarent ne pas faire la différence entre ménopause et préménopause. Seule la moitié des femmes ménopausées ou en période de préménopause voit très bien de quoi il s'agit.

Ménopause : un impact sur la santé trop méconnu

Spontanément, 65 % des Français définissent la ménopause d'abord par ses impacts (ne plus avoir ses règles, ne plus avoir d'enfants), ses symptômes et ses inconvénients. Ainsi, ils évoquent les bouffées de chaleur (84 %), la prise de poids (63 %), la perte de libido (36 %)... Mais seulement 34 % des sondés savent qu’elle peut affecter la santé.

Seuls 39 % parlent de la ménopause comme une étape normale de la vie d’une femme. Pour rappel, celle-ci correspond à l’arrêt du fonctionnement ovarien, et donc à la fin définitive des règles. Elle est précédée de la périménopause, qui peut durer de quelques mois à quelques années.

Si le risque d’aggravation de l’ostéoporose est plutôt bien connu (par 69 % des Français), les autres problèmes de santé que peut engendrer la ménopause le sont beaucoup moins. Ainsi, seuls 39 % des sondés ont déjà entendu parler du risque de problèmes cardiovasculaires, 38 % du risque de cancers, et 37 des risques métaboliques (diabète, hypercholestérolémie…).

La ménopause, source de rejet au sein de la société

Une certaine gêne, voire une honte, semble être associée à cette étape de la vie. Ainsi, 60 % des femmes ménopausées ou en période de pré-ménopause sont contre sa prise en considération au travail… Quitte à en souffrir sans rien dire.

13 % d’entre elles ont d’ailleurs caché ses effets dans le cadre de leur travail, et 12 % dans le cadre de leur vie privée. Seulement 22 % des salariées se disent prêtes à parler des troubles liées à la ménopause avec leur supérieur.

Et lorsqu’on parle enfin de la ménopause, c’est parfois pour la tourner en dérision : 34 % des femmes ménopausées ou pré-ménopausées ont déjà entendu des commentaires ironiques ou des blagues au sujet de la ménopause, et 8 % d’entre elles ont déjà reçu des remarques négatives qui leur était directement adressées. On peut donc comprendre les difficultés qu’éprouvent les femmes à en parler…

Une pétition pour une consultation gynéco gratuite sur la ménopause

Face aux résultats de ce sondage, nos consœurs et confrères de Femme Actuelle ont décidé de réagir. Ce lundi 3 février 2020, ils lancent une pétition adressée à la ministre des Solidarités et de la Santé, Agnès Buzyn, “pour une consultation gynéco gratuite sur la ménopause”.

Son but : que toutes les femmes, à partir de 45 ans, bénéficient d’une consultation gratuite chez un gynécologue, prise en charge à 100 % par la Sécurité sociale. Le sondage Kantar révèle que 93 % des Françaises de moins de 50 ans sont favorables à une telle mesure.

Aidez Unicef à venir en aide aux enfants démunis ! Découvrez le leg

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Sondage "Les Français et la ménopause", Kantar pour la Fondation des Femmes et le groupe MGEN.