Sommaire

La lipoaspiration : hanches, cuisses, bras, menton…

La lipoaspiration : hanches, cuisses, bras, menton…© IstockBut de l’opération : éliminer un excès de graisses au niveau des hanches, des cuisses, des bras, réduire la culotte de cheval…

Comment ça se passe ? Sous anesthésie locale, générale ou péridurale, on aspire la graisse par de minuscules incisions. Un pansement compressif postopératoire est nécessaire (lipo-panty à garder jour et nuit, trois semaines). Le résultat définitif est visible après quatre mois.

Quels sont les risques ? Si la peau est peu élastique, une ondulation cutanée peut apparaître. Des hématomes volumineux, une infection, un épanchement lymphatique ou une phlébite peuvent survenir.

Combien ça coûte ? Entre 1200 et 6000 €, selon les actes chirurgicaux à réaliser (nombre de zones à traiter, volume de graisse à retirer, type d’anesthésie), les honoraires de l'anesthésiste et du chirurgien, ainsi que les frais de séjour en clinique.

La correction des paupières

But de l’opération : raviver le regard alourdi par des paupières tombantes.

Comment ça se passe ? Sous anesthésie locale, on enlève l’excès de peau et les poches graisseuses au niveau des paupières. Des ecchymoses et un œdème autour des yeux surviennent peu après l’intervention. Les fils sont à enlever entre le quatrième et le sixième jour.

Quels sont les risques ? Ils sont faibles : hématome, infection, rétraction de cicatrice… Ils peuvent néanmoins entraîner un œil rond ou asymétrique.

Combien ça coûte ? Entre 1200 et 4000 €, selon le nombre de zone traitées, paupières supérieures ou inférieures, les honoraires du chirurgien...

Le lifting

Le lifting© IstockBut de l’opération : retendre la peau du visage.

Comment ça se passe ? Le lifting a des effets sur le front et les sourcils, les joues et le cou. Il se réalise sous anesthésie générale ou locale potentialisée. Il permet de retendre les tissus. Un œdème et des ecchymoses surviennent peu après l’intervention. Il faut environ 12 à 20 jours pour que le visage ait un meilleur aspect.

Quels sont les risques ? Des hématomes volumineux, une désunion de cicatrice ou, exceptionnellement, une paralysie faciale peuvent survenir. Les complications de l’anesthésie générale sont rares mais possibles : allergies, phlébite, embolie pulmonaire…

Combien ça coûte ? Entre 3500 et 8500 €, selon les honoraires de l'anesthésiste et du chirurgien, le type d’anesthésie, les frais de séjour en clinique...

La réduction du ventre (abdominoplastie)

But de l’opération : diminuer l’épaisseur de la graisse sur le ventre, retendre la peau et resserrer les muscles, si nécessaire.

Comment ça se passe ? Sous anesthésie générale ou péridurale, on aspire la graisse abdominale (lipoaspiration) par une ouverture autour du nombril. Puis on retend les tissus en enlevant la peau en excès.

Quels sont les risques ? Les complications sont celles d’une anesthésie générale. Des infections peuvent aussi survenir. Enfin, les cicatrices peuvent rester rouges pendant parfois plus d’un an.

Combien ça coûte ? De 2500 € à 6000 €, selon la technique utilisée et les honoraires du chirurgien, partiellement pris en charge par la CPAM, sous certaines conditions.

L’augmentation de la poitrine

L’augmentation de la poitrine© IstockBut de l’opération : augmenter le volume des seins.

Comment ça se passe ? L’intervention se fait sous anesthésie générale avec le plus souvent une incision autour ou à l’intérieur de l’aréole. Une prothèse mammaire en silicone ou contenant du sérum physiologique est mise en place. Les suites opératoires sont marquées par des douleurs qui s’estompent au bout de huit à dix jours.

Quels sont les risques ? Ceux d’une anesthésie générale. Les hématomes volumineux, infections et déplacement de prothèse sont rares, et surviennent dans les dix premiers jours.

Combien ça coûte ? Dans de très rares cas, une prise en charge par la CPAM est possible.

L’allongement et/ou l'élargissement du pénis

But de l’opération : allonger et/ou élargir le pénis (attention : c’est une intervention rarement indiquée, réservée au micropénis de moins de cinq centimètres).

Comment ça se passe ? On sectionne des ligaments d’attache du pénis pour désenfouir le sexe. Un remodelage par lipoaspiration et injection locale de graisses est aussi possible. Une prothèse pénienne est parfois envisagée.

Quels sont les risques ? Outre les risques de l’anesthésie, la section des ligaments rend le pénis instable en érection. Le remodelage par injections locales est transitoire et la mise en place de prothèses péniennes détruit les tissus érectiles.

Combien ça coûte ? Entre 2 500 et 4 000 €. Une prise en charge par la sécurité sociale est possible, mais rare et sous conditions.

Le remodelage des seins

Le remodelage des seins© IstockBut de l’opération : remonter les deux seins pour qu’ils se placent plus haut sur le thorax, soient plus ronds et mieux galbés.

Comment ça se passe ? L’acte consiste à ré-enrouler la glande mammaire à l’intérieur du sein. La durée d’hospitalisation est de deux à trois jours.

Quels sont les risques ? Outre ceux liés à une anesthésie générale, des hématomes, des abcès peuvent survenir. Rarement, l’aréole et le mamelon peuvent se nécroser. La cicatrisation peut aussi mal se passer avec des cicatrices anormalement rouges, épaisses et sensibles.

Combien cela coûte ? De 3 000 € à 4 500 € parfois en partie pris en charge par la CPAM.

La chirurgie du nez

But de l’opération : remodeler la forme du nez.

Comment ça se passe ? Le chirurgien modifie les éléments ostéo-cartilagineux. Les tissus sont ensuite moulés entre des mèches vaselinées placées dans les fosses nasales et un plâtre ou une attelle métallique sur la peau.

Quels sont les risques ? Un œdème et des hématomes autour des yeux surviennent après l’opération. Le résultat définitif se dévoile à la fin du premier mois. Il y a parfois des rétractions cutanées ou une anomalie osseuse sous la forme d’une petite bosse. Des retouches peuvent être proposées 4 à 6 mois après l’intervention.

Combien ça coûte ? Entre 2 500 et 4 500 €, selon la durée du geste, le type d’intervention, les honoraires du chirurgien… La sécurité sociale peut prendre en charge une partie de l’intervention sous certaines conditions.

Qui consulter ?

Qui consulter ?© IstockDepuis le décret de juillet 2005, la profession de chirurgien plastique et esthétique est réglementée afin d’encadrer cette discipline. Un devis est obligatoire. Il doit être détaillé (date du devis, nom, qualifications et numéro d’Ordre du chirurgien qui va opérer, nom, date de naissance du patient, nature de l’acte, détails des soins à prévoir, prix TTC…). Toute patiente ou patient doit bénéficier d’un délai de quinze jours de réflexion après la remise de ce devis. Pour connaître la liste des chirurgiens et des établissements habilités à pratiquer la chirurgie plastique à visée esthétique, contactez l’Ordre national des médecins ou la Sécurité sociale.

Pour en savoir plus : Site du Syndicat national de chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique.

> Comparez votre mutuelle et augmentez le nombre de séances en médecine douce !

Vidéo : 5 solutions pour s'affiner des bras !

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.