Sommaire

Vous avez peut-être prévu, comme des milliers de personnes depuis la création du Dry January en 2013, de ne pas boire une seule goutte d’alcool pendant tout le mois de janvier 2023. Et pour cause : les fêtes de fin d’années sont souvent synonyme d’excès de boisson et de lendemains difficiles. Parfois, il est nécessaire de calmer le jeu, au moins pour un temps.

Perte de poids, meilleur sommeil et meilleure humeur

Si c’est votre cas, réjouissez-vous : plusieurs études ont montré que les bénéfices de ce mois sans alcool, et des “cures” de sobriété en général - se répercutent sur le long terme. C’est le Washington Post, dans un article daté du 27 décembre 2022, qui fait le point sur l’état des connaissances sur le sujet. Ces études montrent que les bonnes habitudes prises pendant les périodes d’abstinence totale ont tendance à perdurer, d’où une amélioration de l’état de santé global et du bien-être.

Premièrement, décider de ne pas boire d’alcool pendant un mois peut aider, sur le long terme, à ne pas forcément boire d’alcool dans les moments de socialisation. En termes de bénéfices physiques ensuite, le Dry January peut entraîner une perte de poids, procurer un meilleur sommeil, une meilleure humeur et plus d’énergie au quotidien.

Le Washington Post en veut pour preuve une étude publiée dans la revue BMJ Open en 2018. Les auteurs de cette étude ont effet montré que l’arrêt de l’alcool pendant un mois permettait d’améliorer sa santé, même si on ne fait pas spécialement d’efforts en termes de régime, de sport ou de consommation de tabac.

Pendant un mois, les chercheurs ont observé près de 100 personnes en bonne santé au Royaume-Uni et aux Etats-Unis ayant accepté de participer au Dry January. Ils ont comparé leurs données de santé avec celles d’une cinquantaine de personnes ayant continué de boire.

Une baisse de la consommation d'alcool sur le long terme

Les “abstinents” ont perdu en moyenne 2 kilogrammes, leur pression artérielle a chuté et leur niveau de résistance à l'insuline - un facteur de risque pour le diabète de type 2 - s’est drastiquement réduit.

Les scientifiques ont ensuite analysé les données de ces deux groupes de participants 6 à 8 mois après la fin du Dry January. Le groupe d’abstinents avait continué à réduire de manière “significative” sa consommation d’alcool, tandis que les autres n’avaient pas changé leurs habitudes.

Le Washington Post cite également une étude datant de 2016 parue dans la revue Health Psychology. Cette fois-ci, les chercheurs ont suivi 857 personnes aux Etats-Unis et en Grande Bretagne ayant participé au mois sans alcool.

Des personnes plus rarement en état d'ébriété

Celles-ci ont rempli un questionnaire après un mois, puis après 6 mois. D’après les scientifiques, les personnes s’étant abstenues lors du mois de janvier buvaient toujours moins en août. En moyenne, alors qu’elles buvaient de l'alcool en moyenne 4,3 jours par semaine avant le défi, ce chiffre était tombé à 3,3 jours en août. Elles étaient par ailleurs saoules moins souvent (2,1 fois par mois contre 3,4 fois auparavant).

Cependant, et c’est essentiel de le noter, la plupart des personnes qui relèvent le challenge recommencent à boire par la suite, même si c’est en quantité moindre. Toutefois, beaucoup l’affirment : décider de commander un verre ou non les a aidés à mieux comprendre leurs habitudes de consommation et à les réduire.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

"Short-term abstinence from alcohol and changes in cardiovascular risk factors, liver function tests and cancer-related growth factors: a prospective observational study", une étude publiée le 5 mai 2018 dans BMJ Open

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5942469/

"Voluntary temporary abstinence from alcohol during "Dry January" and subsequent alcohol use", une étude parue en mars 2016 dans Health Psychology

https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/26690637/

"The benefits of ‘Dry January’ last longer than a month, studies show", un article du Washington Post publié le 27 décembre 2022

https://www.washingtonpost.com/wellness/2022/12/27/dry-january-health-benefits/?=undefined

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.