Epidémie de méningites mortelles à Dieppe : on sait enfin comment

De 2003 à 2013, une terrible épidémie a frappé la région de Dieppe en Normandie. Aujourd'hui, deux chercheurs français viennent de découvrir le fonctionnement de la bactérie B : 14 permettant de mieux comprendre la virulence de cette épidémie rapporte le journal Paris Normandie.

Publicité
Publicité

© Adobe StockUne véritable avancée médicale. Une souche de méningocoque B : 14 a provoqué une forte épidémie de méningite invasive à méningocoque de 2003 à 2013 dans la région de Dieppe en Normandie faisant 165 victimes, dont 20 décès. Le professeur François Caron, chef du service des maladies infectieuses au CHU de Rouen, et le docteur Muhamad-Khier Taha, directeur du Centre national de recherches des méningocoques à l’Institut Pasteur de Paris, viennent d'annoncer avoir trouvé comment fonctionne la bactérie B : 14, selon les informations du journal Paris Normandie.

Une virulence nourrit par le fer

C'est après trois ans de recherches débouchant sur une thèse et un financement accordée par la région Normandie que les deux chercheurs ont fait cette découverte : "10 % de la population est porteuse de la bactérie. Il existe une grande diversité de méningocoque présente de façon saine dans le pharynx, indispensable à sa survie" révèle le professeur Caron au quotidien régional normand. Le but de leur recherche était de trouver comment la bactérie B:14 a pu devenir mortelle chez certains et pas d'autre.

Publicité

Selon les résultats de l'étude, si la bactérie a été aussi violente, c'est à cause d'un mécanisme qui lui est propre : "Il s’agit d’un système permettant à la bactérie de capter le fer à partir de l’hémoglobine présente dans l’organisme humain, ce qui renforce ses capacités de virulence" déclare le docteur Muhamad-Khier Taha au quotidien régional normand. Ce mécanisme aurait permis de déclencher la sévérité de la maladie chez les personnes touchées, mais pas chez les porteurs sains. Il ajoute également que : "La mortalité est lourde, les séquelles sont lourdes. Le méningocoque est la première cause de mortalité infantile, adolescente et de jeunes adultes. Il se transmet de personne à personne, c’est une terreur de santé des temps modernes".

Publicité

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés